Forum Opéra

VERDI, Aida — New York

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
20 avril 2017
L’or du MET

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Opéra en 4 actes, livret d’Antonio Ghislanzoni d’après un scénario d’Auguste Mariette

Créé au Caire (Opéra Khédival), le 24 décembre 1871

Détails

Mise en scène

Sonja Frisell

Reprise de la mise en scène

Stephen Pickover

Décors

Gianni Quaranta

Costumes

Dada Saligeri

Lumières

Gil Wechsler

Chorégraphie

Alexei Ratmansky

Aida

Latonia Moore

Amneris

Violeta Urmana

Radamès

Riccardo Massi

Amonasro

George Gagnidze

Ramfis

James Morris

Le Roi

Soloman Howard

La Prêtresse

Michelle Bradley

Un messager

Ronald Naldi

Chœur et orchestre du Metropolitan Opera

Direction musicale

Daniele Rustioni

New York, Metropolitan Opera, Jeudi 20 avril, 19h30

« Big is beautiful » aiment à dire les Américains. La mise en scène d’Aida par Sonja Frisell au Metropolitan Opera de New York érige l’adage en règle d’or. D’or d’ailleurs, les costumes de Dada Saligeri ne font pas l’économie. Tiares, colliers, bracelets, cuirasses : tout scintille, tout brille, tout en jette dans cette production datée de 1988 et retransmise Live in HD en 2012. Les décors, zeffirelliens dans leur volonté obstinée de reproduire au hiéroglyphe près les temples de l’Egypte Antique, semblent empruntés à un péplum hollywoodien. Les tableaux se succèdent, en une surenchère ininterrompue de décorum. L’ensemble offre une certaine image de l’opéra, monumentale, démesurée, bling bling, à laquelle il n’est pas obligatoire d’adhérer mais qui produit son effet. Des salves d’applaudissements émerveillés  accompagnent la scène du triomphe, à couper le souffle avec chevaux, figurants, danseurs et tout le tintouin égyptien.

Brillant aussi, le son se met au diapason de l’image. Avec ses tutti assourdissants, sa ponctuation en forme de coup de poing, ses accélérations, la direction de Daniele Rustioni n’est pas exempte d’esbroufe mais, dans une partition à l’architecture sonore complexe, l’équilibre des volumes demeure exemplaire et les raffinements de l’écriture soulignés. Il faut dire que les Chœurs et l’Orchestre du Metropolitan Opera autorisent une vaste palette de nuances et de couleurs.


© Marty Sohl/Metropolitan Opera 2005

Moins rutilante en revanche apparaît la distribution. Ramfis aujourd’hui n’apporte rien à la gloire de James Morris ; d’une voix sombre de promesses, le jeune Soloman Howard impose sans mal à ce grand prêtre rugueux son autorité royale. Rôle tout d’un bloc, paradoxalement secondaire lorsqu’on sait la prédilection de Verdi pour la tessiture de baryton, Amonasro veut d’abord un bronze dont George Gagnidze ne possède ni la noblesse, ni l’éclat. De ses incursions en terres sopranisantes, Violeta Urmana a conservé un aigu affirmé au détriment de l’unité et de la projection des notes plus graves. Le tempérament seul ne suffit pas. Les exigences vocales d’Amneris n’ont pas de limites, quand la mezzo-soprano atteint désormais les siennes en fille de Pharaon.

La technique de Riccardo Massi le dispense du Si bémol morendo et autres subtilités destinées à renvoyer de Radamès une image moins triviale. Doté d’un timbre flatteur, d’une quinte aiguë conquérante et d’un phrasé soigné, son général égyptien n’est pas pour autant une de ces brutes épaisses coupables de tailler à la hache une partition entre toutes ingrates. Il a de plus la chance de disposer en Latonia Moore d’une partenaire dont l’investissement scénique est une invitation à se surpasser. Voilà une Aida insoumise dont  aucun à-coup, aucune prise de souffle intempestive ne vient rompre le tracé princier de la ligne. Le contre-ut du Nil est le seul obstacle sur lequel ce soir bute la voix longue, intrépide, vaillante jusque dans les ensembles qu’elle transperce sans songer un instant à s’économiser. Soprano américaine, originaire du Texas, Latonia Moore a déjà chanté Aida, à New York en 2012 mais aussi à Zurich, Bergen, Dallas, Tokyo. Londres et Dresde l’ont applaudie en Liu, Hambourg en Cio-Cio-San et en Amelia dans Simon Boccanegra et Un ballo in maschera. Faut-il ajouter que son nom est à suivre de près ?

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en 4 actes, livret d’Antonio Ghislanzoni d’après un scénario d’Auguste Mariette

Créé au Caire (Opéra Khédival), le 24 décembre 1871

Détails

Mise en scène

Sonja Frisell

Reprise de la mise en scène

Stephen Pickover

Décors

Gianni Quaranta

Costumes

Dada Saligeri

Lumières

Gil Wechsler

Chorégraphie

Alexei Ratmansky

Aida

Latonia Moore

Amneris

Violeta Urmana

Radamès

Riccardo Massi

Amonasro

George Gagnidze

Ramfis

James Morris

Le Roi

Soloman Howard

La Prêtresse

Michelle Bradley

Un messager

Ronald Naldi

Chœur et orchestre du Metropolitan Opera

Direction musicale

Daniele Rustioni

New York, Metropolitan Opera, Jeudi 20 avril, 19h30

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Cecilia Bartoli et Andreas Scholl comme au bon vieux temps !
Cecilia BARTOLI, Andreas SCHOLL, Sara MINGARDO
Spectacle