Forum Opéra

La Damoiselle élue — Paris (Philharmonie)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
17 septembre 2022
Apollinienne sérénité

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Claude Debussy (1862-1918)
La Damoiselle élue*

György Ligeti (1923-2006)
Clocks and Clouds**

Olivier Messiaen (1908-1992)
Turangalîlâ-Symphonie

Axelle Fanyo, soprano*
Fleur Barron, mezzo-soprano*
Choeur Accentus**
Bertrand Chamayou, piano
Nathalie Forget, ondes Martenot

Choeur de l’Orchestre de Paris
Choeur de Jeunes de l’Orchestre de Paris
Ingrid Roose, chef de choeur
Choeur Accentus
Richard Wilberforce, chef de choeur

Orchestre de Paris
Esa-Pekka Salonen, direction musicale

Paris, Philharmonie, le mercredi 14 septembre 2022, 20h

Ceux qui voient avant tout en Debussy le bâtisseur d’un nouveau langage, qui a influencé la plupart des mouvements musicaux qui lui ont succédé, doivent écouter La Damoiselle élue pour mesurer tout ce que le compositeur devait, dans ses jeunes années, à ceux qui l’ont précédé. Si ses premières pièces pour piano se souviennent de Chopin, c’est plutôt vers Wagner et son Tristan et Isolde que regarde la longue introduction, toute en modulations et en chromatismes, de ce « Poème lyrique pour deux voix de femme solo, chœur et orchestre » écrit à l’issue de son séjour à la Villa Médicis à Rome. Le poème évanescent de Dante-Gabriel Rossetti, le rythme de lente barcarolle sur lequel les choristes passent le relais aux solistes, les interventions raffinées confiées aux clarinettes, aux flûtes ou aux harpes, infusent une atmosphère que certains critiques de l’époque qualifièrent de « décadente », mais dont la richesse harmonique et la profusion de couleurs annoncent Images ou Pelléas. Au lieu de souligner les inflexions orientalisantes du discours, la direction souple d’Esa-Pekka Salonen privilégie la lisibilité des timbres. L’écrin est parfait pour Axelle Fanyo, qui apporte à ses interventions sa connaissance du répertoire français et les teintes claires de sa voix. Fleur Barron n’est pas en reste, qui dompte avec force, grâce à un instrument parfaitement projeté, l’acoustique de la Philharmonie. Toujours distinctes, mais idéalement fondues dans le discours d’ensemble, les solistes émergent, plus qu’elles ne s’en distinguent, du Chœur de l’Orchestre de Paris, parfaitement préparé.

Pour la pièce suivante, c’est pourtant l’excellent Chœur Accentus qui prend leur place. Il faut dire que dans Clocks and Clouds, György Ligeti met en avant chacune des douze choristes requises : dans un chant constitué d’onomatopées, elles se mêlent à l’orchestre dans un savant entremêlement de rythmes et de phrases qui s’imbriquent puis s’éloignent les uns des autres pour former des séquences musicales dont les arêtes et les angles se transforment à vue, devenant tantôt plus précis (« Clocks », le mesurable et le régulier), tantôt plus diffus (« Clouds », l’impalpable et le linéaire). Stimulante et perpétuellement créative, mettant en valeur le moindre pupitre de l’Orchestre ainsi que la virtuosité de toutes les chanteuses, la pièce ne parvient pas toujours à s’empêcher d’être absconse, sans l’unité de langage et la cohérence qui caractérisent une partition comme Atmosphères.

Après cette copieuse entrée en matière, qui voyait des œuvres exigeantes intégrer pour la première fois le répertoire de l’Orchestre de Paris, la deuxième partie s’annonçait plus ambitieuse encore, avec la Turangalîlâ-Symphonie, œuvre monstre et magnum opus d’Olivier Messiaen, créée en 1949 par le Boston Symphony Orchestra sous la direction de Leonard Bernstein. Dix mouvements, plus d’une heure vingt d’exécution, un orchestre pléthorique auquel s’ajoutent le piano et les ondes Martenot : la tentation du gigantisme n’est pas toujours loin, et risque d’emporter les interprètes. Salonen, là encore, se tient sur ses gardes : devant des musiciens  qui le suivent comme un seul homme, il sculpte les phrasés, soigne les lignes mélodiques, dégraisse les textures, comme s’il s’agissait là d’une pièce du XVIIIe siècle, parfaitement intelligible pour tout le monde. Nathalie Forget aux ondes Martenot et Bertrand Chamayou au piano s’inscrivent d’emblée au cœur de cette construction précise et aérienne, sans s’interdire des échappées virtuoses (« Joie du sang des étoile » !), spectaculaires instants que les  « Chants d’amour » ou le « Développement de l’amour » ramènent vite sur les rives d’une apollinienne sérénité.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Claude Debussy (1862-1918)
La Damoiselle élue*

György Ligeti (1923-2006)
Clocks and Clouds**

Olivier Messiaen (1908-1992)
Turangalîlâ-Symphonie

Axelle Fanyo, soprano*
Fleur Barron, mezzo-soprano*
Choeur Accentus**
Bertrand Chamayou, piano
Nathalie Forget, ondes Martenot

Choeur de l’Orchestre de Paris
Choeur de Jeunes de l’Orchestre de Paris
Ingrid Roose, chef de choeur
Choeur Accentus
Richard Wilberforce, chef de choeur

Orchestre de Paris
Esa-Pekka Salonen, direction musicale

Paris, Philharmonie, le mercredi 14 septembre 2022, 20h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

La Musique souvent nous prend comme une mer

L’art de combiner les mots d’une manière agréable à la pensée
LivreSWAG

Sacrati : La finta pazza, par la Cappella Mediterranea

Le sacre de Sacrati
CDSWAG

Rameau, Nouvelle symphonie – Minkowski, Sempey

Belle revanche
CDSWAG

Les dernières interviews

Le questionnaire de Proust de Konstantin Krimmel

Interview

Renée Fleming : « À ce stade de ma carrière, tous mes rêves se sont réalisés ! »

Interview

Giovanni Antonini : « Il faut croire au pouvoir des mots »

Interview

Les derniers dossiers

Questionnaire de Proust

Dossier

Les grands entretiens de Charles Sigel

Dossier

Philippe Boesmans (1936 – 2022)

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Christian Jost : Voyage vers l’espoir – Genève

Faire du beau avec du tragique ?
Kartal KARAGEDIK, Rihab CHAIEB, Gabriel FELTZ
Spectacle

L’Anneau d’or, Heinrich Schütz – Dijon

Schütz, entre son maître et son élève
Etienne MEYER
Spectacle

HAYDN, Les Saisons – Paris (Philharmonie)

Dans les Saisons de Haydn à la Philharmonie, les voix font le printemps !
William CHRISTIE
Spectacle

Gala des 20 ans d’ODB Opéra – Paris

Les stars de demain
Marlène ASSAYAG, Guillem AUBRY, Alexandre BALDO
Spectacle