Forum Opéra

ROSSINI, La Cenerentola — Berne

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
22 novembre 2012
Conte de fées

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Détails

Gioachino ROSSINI La Cenerentola Drama giocoso in due atti de Jacopo Ferretti Créé à Rome (Teatro Valle) le 28 janvier 1817 Mise en scène Cordula Däuper Décors Ralph Zeger Kostüme Sophie du Vinage Lumières Bernhard Bieri Angelina Christina Daletska Clorinde Camille Butcher Tisbe Claude Eischenberger Ramiro Peter Tantsits Dandini Robin Adams Don Magnifico Michele Govi Alidoro Martin Lorenz Weidmann Chor Konzert Theater Bern Berner Symphonieorchester Direction musicale Srboljub Dinić Konzert Theater, Berne, dimanche 18 novembre 2012, 18h

 

Certains spectacles dépassent le cadre de la critique. Certes, pris individuellement, on pourrait reprocher aux chanteurs un défaut d’intonation ou un petit manque d’aisance vocale, et désirer ailleurs un timbre plus riche ou souhaiter un volume plus conséquent. Tout cela porterait sur des détails qui n’auraient rien de rédhibitoires. Surtout, les mentionner ne dirait rien : si critiquer, c’est aussi rendre compte d’une impression, il faut parfois céder à l’enchantement d’une production, lorsqu’elle se surpasse à chaque instant.

 

Il était une fois une Cenerentola à l’opéra de Berne, mise en scène par Cordula Däuper et dirigée par Srboljub Dinić. Elle, la metteuse en scène, avait choisi pour sa scénographie un kitsch rose bonbon qui se révéla pourtant bien vite aussi intelligent qu’enjoué. L’écran des surtitrages, par exemple, encadré de lumières clignotantes, s’intégrait au décor : tantôt traduction, tantôt commentaire de l’action, il restituait ainsi avec subtilité la dimension philosophique de l’opéra ou s’amusait à l’envi des protagonistes. Rien n’était gratuit : preuve en était le délicieux gâteau en forme de château à la fin du premier acte, promesse qui se réalisait en un vrai château dans le final du deuxième acte. Surtout, la metteuse en scène avait su remplir chaque tableau d’action sans jamais le surcharger, et au contact de tant d’esprit, l’on riait sans cesse, de bon cœur et de bonne intelligence. Aucun détail n’était négligé, chaque scène était travaillée et retravaillée, mais ne laissait rien paraître qu’une énergie folle et une pertinence de tous les instants, ici désopilants, là tendres et émouvants. Cette direction d’acteur était même si excellente qu’on en oubliait la difficulté des airs, tant ils s’inscrivaient dans le contexte, de même que les vocalises semblaient aller de soi, car chaque note avait un sens. Le chef, lui, offrait une musique idéale, en choisissant les meilleurs tempi possibles, donnant tout son souffle aux crescendi, libérant, à la tête d’un orchestre irréprochable, toute l’énergie de cette partition sans pareille.
  
Et sur cette scène enchantée, il y avait des chanteurs de bien belle tenue. Deux sœurs d’abord (Camille Butcher et Claude Eischenberger) magnifiquement ignobles, idéales dans leurs rôles. Don Magnifico, leur père (Michele Govi), ensuite, habité par l’intelligence comique du texte, qui, l’air de rien, ciselait chacune de ses phrases, et joignait à son chant brillant le jeu d’acteur qui convenait. Robin Adams en Dandini amusait à chaque instant son monde, avec une qualité vocale remarquable, et ce, le plus naturellement du monde.Quant à son maître, le prince Don Ramiro (Peter Tantsits), ildéployait un timbre solaire et riche, des aigus splendides, qui lui valaient une admiration unanime dans son grand air. Et que dire de sa rencontre avec Angelina, où les spectateurs ne manquaient pas de verser quelques larmes discrètes, lorsque le taudis de Don Magnifico se transformait en un palais d’amour ? Cette Angelina (Christina Daletska) éblouissante et si simple, aussi touchante que virtuose, savait conquérir en un sourire et quelques notes le cœur de chacun. « Mi seduce, m’innamora… » disait le prince lorsqu’il la découvrait – il parlait pour tous. Et de ce royaume qu’était la scène, émanait une énergie irrésistible qui interdisait l’ennui et ne laissait exister que ce bonheur dont Rossini a le secret.
 

Il était une fois… mais l’on souhaiterait que cela advienne tout le temps.

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Gioachino ROSSINI La Cenerentola Drama giocoso in due atti de Jacopo Ferretti Créé à Rome (Teatro Valle) le 28 janvier 1817 Mise en scène Cordula Däuper Décors Ralph Zeger Kostüme Sophie du Vinage Lumières Bernhard Bieri Angelina Christina Daletska Clorinde Camille Butcher Tisbe Claude Eischenberger Ramiro Peter Tantsits Dandini Robin Adams Don Magnifico Michele Govi Alidoro Martin Lorenz Weidmann Chor Konzert Theater Bern Berner Symphonieorchester Direction musicale Srboljub Dinić Konzert Theater, Berne, dimanche 18 novembre 2012, 18h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Un choc, à la séduction et à la force renouvelées
Leonardo GARCÍA ALARCÓN, Ted HUFFMAN, Jasmin DELFS
Spectacle