Forum Opéra

PUCCINI, La Bohème — Berlin

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
2 décembre 2012
Deux Violetta en novembre ne valent pas une Mimi en décembre

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Détails

Giacomo PUCCINI

La Bohème
Opéra en quatre tableaux (1896)
Livret de Giuseppe Giacosa et Luigi Illica
d’après “La Vie de Bohème” d’Henri Murger

Mise en scène
Lindy Hume
Décors
Dan Potra
Costumes
Karl Friedrich Oberle
Lumières
Franz Peter David

Mimi
Krisitine Opolais
Musetta
Anna Samuil
Rodolfo
Stephen Costello
Marcello
Roman Trekel
Schaunard
Arttu Kataja
Colline
Jan Martinik
Parpignol
Michael Smallwood
Benoît/Alcindoro
Michael Kraus
Un sergent
Wolfgang Biebuyck
Un douanier
Ireneus Grzona

Chœur du Staatsoper Berlin
Orchestre de la Staatskapelle Berlin
Direction musicale
Andris Nelsons

Staatsoper Im Schiller Theater, Berlin, dimanche 2 décembre 2012, 18h

 

Il est des spectacles dont la renommée trouve son origine dans les ressorts de l’intrigue, d’autres en raison des difficultés vocales ou de la complexité de la partition… Le succès de cette reprise de La Bohème au Staatsoper de Berlin tient, quant à elle, à l’acuité de son propos. Il flotte sur cette Bohème une odeur de sapin qui tient non seulement à l’approche de Noël – tant dans l’argument qu’à la ville – mais aussi à la programmation en série par les maisons d’opéra berlinoises d’œuvres dont les héroïnes sont victimes de tuberculose.

Kristine Opolais, disons le d’entrée de jeu, est une Mimi formidable. Son chant est à l’image de la personnalité qui caractérise Mimi, à la fois doux et enfiévré. Inutile pour elle de forcer son instrument pour gagner en intensité, son émission tout autant que son jeu sont parfaits et rayonnent de sensibilité. A contrario, Musetta, au tempérament chicanier et enjôleur, est interprété par une Anna Samuil (qui incarnait récemment Traviata) au verbe haut et à la santé vocale agressive. Elle recueille néanmoins les mêmes réserves que précédemment (des aigus parfois criés, une composition grandiloquente) qui cependant, ici, cadrent mieux avec son personnage de grisette. Les quatre larrons qui partagent la mansarde où se noue le drame, affichent des caractères opposés dont les écarts de tessitures se font l’écho. Le ténor Stephen Costello donne des accents romantiques et passionnés au personnage de Rodolfo. Sans effort apparent, il séduit non seulement sa partenaire mais aussi l’auditoire en adoptant d’emblée l’interprétation juste et le ton persuasif pour son aria « che gelida manina ». La voix légèrement voilée du baryton Roman Trekel conforte Marcello dans son rôle de rebelle au caractère taciturne et emporté, tandis que celle d’Arttu Kataja en Schaunard lui compose une personnalité pleutre et roublarde. La basse Jan Martinik qui incarne Colline revêt des accents mélancoliques à l’image du philosophe, placide et bonhomme. Enfin, Michael Kraus prête sa voix tantôt traînante, tantôt nasillarde à des personnages cocasses (Benoît/Alcindoro) à l’image de ceux qui verront le jour dans Gianni Schicchi quelques années plus tard.

 

L’alliance de ces tempéraments contrastés et fougueux avec l’enchaînement de situations heureuses et dramatiques – à l’image de la vie réelle – donne à Puccini un prétexte pour ciseler une partition novatrice que l’orchestre de la Staatskapelle, sous la baguette d’Andris Nelsons, prend plaisir à faire rebondir, à en faire ressortir les fractures de rythme, à en esquisser les ritournelles pour les abandonner aussitôt en les transformant, révélant ainsi le génie vériste du Maître.

Dans les décors de Dan Potra, Lindy Hume nous offre une lecture on ne peut plus classique de l’œuvre. La mansarde est misérable à pleurer, la rive gauche est plus pittoresque que de nature, la reconstitution de ce Paris populaire semble dictée par Victor Hugo lui-même. L’absence d’innovations tapageuses ou savantes de cette mise en scène a le mérite de laisser l’attention du public se focaliser sur les épanchements des personnages qui donnent toute la substance à cette histoire, ainsi – n’en déplaise aux modernistes à tout va – les spectateurs de la misère humaine sont comblés.

Version recommandée :
 
Puccini: La Bohème | Giacomo Puccini par Herbert Von Karajan

 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Giacomo PUCCINI

La Bohème
Opéra en quatre tableaux (1896)
Livret de Giuseppe Giacosa et Luigi Illica
d’après “La Vie de Bohème” d’Henri Murger

Mise en scène
Lindy Hume
Décors
Dan Potra
Costumes
Karl Friedrich Oberle
Lumières
Franz Peter David

Mimi
Krisitine Opolais
Musetta
Anna Samuil
Rodolfo
Stephen Costello
Marcello
Roman Trekel
Schaunard
Arttu Kataja
Colline
Jan Martinik
Parpignol
Michael Smallwood
Benoît/Alcindoro
Michael Kraus
Un sergent
Wolfgang Biebuyck
Un douanier
Ireneus Grzona

Chœur du Staatsoper Berlin
Orchestre de la Staatskapelle Berlin
Direction musicale
Andris Nelsons

Staatsoper Im Schiller Theater, Berlin, dimanche 2 décembre 2012, 18h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Une version de concert illuminée par l’irrésistible Contessa de Golda Schultz !
Golda SCHULTZ, Anna EL-KHASHEM, Peter MATTEI
Spectacle