Forum Opéra

MOZART, Don Giovanni — Massy

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
27 février 2020
Massy séduit par Don Giovanni

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Dramma giocoso en deux actes, sur un livret de Lorenzo da Ponte
Créé le 29 octobre 1787 au Gräflich Nostitzsches National-Theater à Prague

Production de la Compagnie lyrique OPERA 2001, en collaboration avec l’Opéra de Massy

Détails

Mise en scène
Matteo Peirone et Gualtiero Ristori
Décors, Costumes, Scénographie
Alfredo Troisi
Etudes musicales et Piano-forte
Miglena Slavova
Direction Artistique
Luis Miguel Lainz

Solistes de la compagnie lyrique Opera 2001

Don Giovanni
Luca Dall’Amico
Leporello
Alberto Bianchi
Donna Anna
Yeonjoo Park
Donna Elvira
Viktoria Varga
Don Ottavio
Francesco Marsiglia
Zerlina
Mar Esteve i Rodrigo
Masetto
Gianluca Failla
Il Commendatore
David Cervera

Chœur de la compagnie lyrique OPERA 2001

Orchestre de l’Opéra de Massy
Direction musicale
Constantin Rouits

Massy, Opéra, jeudi 27 février, 20h

« Mesdames et Messieurs, bonsoir. Voici l’histoire de Don Giovanni. Maestro ? Musique ! » C’est avec ces mots qu’Alberto Bianchi (Leporello) lance la représentation du célèbre opéra de Mozart. Composé dans les dernières années de sa vie par un Mozart désormais orphelin et croulant sous les dettes, cette œuvre constitue une des plus belles et plus poignantes mises en musique du mythique séducteur Don Juan.

Pour Lorenzo da Ponte et Mozart, l’enjeu n’était pas tant de raconter l’histoire de ces conquêtes ou le destin du personnage, mais plutôt de le dépeindre dans toute sa complexité. Certes, Don Giovanni est un séducteur invétéré, mais à travers ses interactions avec les autres personnages, il devient un personnage bien plus sombre et inquiétant. En effet, pour Leporello, il est un tyran ; pour Donna Anna, un violeur ; pour Donna Elvira, un manipulateur ; pour le Commandeur, un meurtrier. Et sa mauvaise influence sur les autres est indéniable : Leporello préfère fermer les yeux et même risquer sa vie pour quelques piécettes de plus, quant à Zerlina, elle n’hésite pas à manipuler et à mentir à son fiancé Masetto. Et malgré les boutades, les quiproquos, le drame se précise minute après minute, note après note : l’inévitable punition de cet « homme » qui, aveuglé par sa fierté et son narcissisme, court à sa propre perte.

Cette inéluctabilité, Matteo Peirone et Gualtiero Ristori l’ont placé au centre de leur mise en scène. Luttant contre cette tendance à trop investir les situations burlesques et loufoques du livret, les deux collègues ont préféré aller à l’essentiel : rendre la plus claire possible l’évolution émotionnelle des personnages. Pour ce faire, ils ont misé d’une part sur un jeu scénique fin et subtil, et d’autre part sur des images fortes comme lorsque la sérénade de Don Giovanni (Deh, vieni alla finestra », acte II) « attire » des femmes telles du miel sur les abeilles.

Cet effort de clarté se remarque également dans le travail d’Alfredo Troisi. La couleur des costumes en dit presque aussi long qu’une tirade. Le nombre limité d’accessoires sur la scène permet de mettre en valeur chaque nouvelle apparition, ainsi, lorsque pour décrire la variété des nombreuses conquêtes de son maître, Leporello utilise des têtes de mannequins sur lesquels sont posées des perruques de différentes couleurs (« Madamina, il catalogo e questo », acte I). Quant au décor, il se limite à deux porches, deux façades mobiles, une immense tête de cheval sculptée, un banc et une table.

Porté par une mise en scène sobre et une scénographie subtile, Constantin Rouits a dirigé avec passion la partition de Mozart. Dès l’introduction, l’orchestre sonne : l’équilibre entre les différents pupitres est réussi, quant à l’accompagnement des récitatifs par Miglena Slavova (piano-forte), ils ont l’immense qualité de faire oublier qu’il s’agit d’un opéra et non d’une pièce de théâtre. Le seul petit bémol de la soirée concernerait certaines voix qui ont pu être couvertes, parfois, par les instruments (ou bien que certains chanteurs ont manqué de puissance, c’est selon…), notamment dans la scène finale du Commandeur.
Autre belle surprise de la soirée : l’excellente préparation musicale des chanteurs et la cohérence de leur performance. Tous issus de la compagnie lyrique OPERA 2001, ces artistes ont visiblement à cœur de faire partager leur amour du grand répertoire avec le public. Si certaines individualités ont brillé plus que d’autres (et c’est inévitable), on peut saluer ici leur vision chambriste particulièrement appréciable durant des ensembles, notamment lors du trio masqué à la fin du premier acte (« Protegga il giusto cielo », Donna Anna, Donna Elvira et Don Ottavio).  


Luca Dall’Amico, VIktoria Varga ©  Jean-Paul Cordier

Le timbre sombre et profond de Luca Dall’Amico est parfait pour le rôle de Don Giovanni. Sa belle palette de nuances, sa maîtrise du souffle et son agilité technique lui permettent d’incarner à tour de rôle un Don Giovanni charmeur (« Deh, vieni alla finestra », acte II), fougueux (« Finch’han dal vino », acte I), colérique et menaçant (« Don Giovanni, a cenar teco m’invitasti », acte II). S’il on comprend tout à fait son parti pris d’incarner un Don Giovanni distant, on peut cependant regretter qu’il ne se soit pas plus engagé émotionnellement (comme lorsqu’il tue le père de la femme qu’il vient de tenter de violer).
Le Leporello d’Alberto Bianchi est un personnage peu recommandable. Certes, il est au service de son maître, et par là même non responsable du comportement de ce dernier, mais il choisit de fermer les yeux sur ses actes les plus odieux et laisse acheter son silence. Si son timbre sombre de basse s’accorde à merveille avec celui de son maître, on peut regretter parfois un manque de puissance et d’agilité (« Notte e giorno faticar », acte I).
Pour David Cervera (Il Commendatore), le constat est un peu similaire (il faut dire que contrairement à Alberto Bianchi, sa présence sur scène est bien plus limité et la possibilité de montrer les atouts de sa voix moindre) : on aurait aimé une puissance vocale plus imposante dans la scène finale, car après tout s’il gagne son « bras de fer » contre Don Giovanni, il serait logique que sa puissance vocale en fasse de même…

De tous, c’est le couple formé par Donna Anna et Don Ottavio qui peine à véritablement convaincre : leur jeu resté trop statique empêche le spectateur de véritablement adhérer à leur histoire. Pourtant, pour la première (Yeonjoo Park), cela semble assez simple de s’attirer la sympathie du public : après tout, elle a été agressée et son père a été tué. Dans ses airs, son interprétation a manqué de relief (« Or sai chi l’onore », acte I), pour autant, son timbre clair et sa belle puissance dans les aigus lui permettent de briller dans les ensembles.
Pour le second, le ténor Francesco Marsiglia, une interprétation trop scolaire de sa partie vocale ne lui permet pas de séduire complètement le public.

La mezzo-soprano Mar Esteve i Rodrigo incarne parfaitement une Zerlina manipulatrice : elle veut le beurre (Masetto) et l’argent du beurre (Don Giovanni) et ne s’en cache pas. Son visage très expressif et la finesse de ses postures corporelles permettent à tout moment à l’auditoire de reconnaître l’émotion qui la traverse.
Moins flamboyant que sa « fiancée » scénique, le baryton Gianluca Failla incarne avec une grande justesse un Masetto jaloux et suspicieux.

Mais de tous, c’est la soprano Viktoria Varga (Donna Elvira) qui a brillé ce jeudi soir à Massy. Maîtrise, musicalité, élégance, écoute : en somme, quel métier ! Elle incarne à merveille la femme bafouée, courroucée qui se bat contre son cœur. Après une première intervention puissante (« Ah, fuggi il traditor », acte I), elle dévoile peu à peu la richesse de sa voix et son intelligence musicale (« Sola, sola in buio loco », acte II).

S’attaquer au monument Don Giovanni est toujours risqué pour des artistes. Pour les chanteurs d’abord, car la partition de Mozart exige d’eux à la fois de se conformer aux canons du genre, tout en proposant une nouvelle incarnation des personnages tant du point de vue scénique que musical. Mais aussi, pour les musiciens et le chef, car la partition nécessite une pleine maîtrise technique, afin de ne pas « décevoir » le public. Enfin, ce dramma giocoso exige des metteurs en scène une relecture d’une histoire célèbre en maintenant un savant équilibre entre le drame d’un côté et la comédie de l’autre.
Tout n’était pas parfait à Massy, mais l’équilibre, l’esprit et la musique étaient eux bien là.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Dramma giocoso en deux actes, sur un livret de Lorenzo da Ponte
Créé le 29 octobre 1787 au Gräflich Nostitzsches National-Theater à Prague

Production de la Compagnie lyrique OPERA 2001, en collaboration avec l’Opéra de Massy

Détails

Mise en scène
Matteo Peirone et Gualtiero Ristori
Décors, Costumes, Scénographie
Alfredo Troisi
Etudes musicales et Piano-forte
Miglena Slavova
Direction Artistique
Luis Miguel Lainz

Solistes de la compagnie lyrique Opera 2001

Don Giovanni
Luca Dall’Amico
Leporello
Alberto Bianchi
Donna Anna
Yeonjoo Park
Donna Elvira
Viktoria Varga
Don Ottavio
Francesco Marsiglia
Zerlina
Mar Esteve i Rodrigo
Masetto
Gianluca Failla
Il Commendatore
David Cervera

Chœur de la compagnie lyrique OPERA 2001

Orchestre de l’Opéra de Massy
Direction musicale
Constantin Rouits

Massy, Opéra, jeudi 27 février, 20h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Les déserts de l’amour et de l’ennui
Ambroisine BRÉ, Cyrille DUBOIS, Edwin CROSSLEY-MERCER
Spectacle