Forum Opéra

LIGETI, Le Grand Macabre — Berlin

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
21 avril 2013
Eros et Thanatos

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Détails

György LIGETI

Le Grand Macabre
Opéra en quatre tableaux (1978)
Livret de Michael Meschke et György Ligeti d’après la pièce de Michel de Ghelderodes

Mise en scène
Barrie Kosky
Décors et costumes
Peter Corrigan
Lumières
Franck Evin

Piet vom Fass
Chris Merritt
Amanda
Julia Giebel
Amando
Annelie Sophie Müller
Nekrotzar
Claudio Otelli
Mescalina
Michaela Lucas
Astradamors
Jens Larsen
Venus/Gepopo
Eir Inderhaug
Ministre blanc
Tansel Akzeybek
Ministre noir
Carsten Sabrowski
Prince Go-Go
Andrew Watts
Ruffiack
Bernhard Hansky
Schobiack
Bogdan Talos
Schabernack
Hans-Jörg Bertram

Chœur et orchestre du Komische Oper Berlin
Direction musicale
Baldur Brönnimann

Komische Oper Berlin, dimanche 21 avril 2013, 19h

 

Le Grand Macabre, qualifié d’anti-anti-opéra par Ligeti lui-même, s’inscrit parfaitement dans la programmation du Komische Oper de Berlin dont la direction artistique est placée sous la houlette de Barrie Kosky qui en signe également la mise en scène.
Avec le concours de Peter Corrigan pour les décors et les costumes, on retrouve dans ce spectacle le même univers artistique coloré, loufoque et paillard qui représente la marque de fabrique de cette maison d’opéra.

Mais pour l’heure ce n’est pas trahir l’esprit du Grand Macabre que de mettre au défi les chanteurs d’adopter un jeu égrillard pour lesquels certains semblent avoir des prédispositions… On retrouve ainsi Jens Larsen incarnant un Astradamors prompt à présenter son fondement alors qu’il se pavanait déjà nu sur scène en Sénèque dans Poppée de Monteverdi.

Au fil des tableaux qui illustrent cette fable plus lubrique qu’amoureuse sur fond de fin du monde annoncée, Barrie Kosky, en apôtre du marquis de Sade, s’en donne à cœur joie pour passer consciencieusement en revue le catalogue des perversions sexuelles de ses semblables : Travestissement, onanisme, sodomie et sadomasochisme bien sûr, mais aussi des pratiques plus sophistiquées – scatologie, urolagnie, cannibalisme et nécrophilie – que le texte du livret suffisamment flou et que l’intrigue assez farfelue peuvent laisser imaginer.

Le message épicurien contenu dans l’œuvre autorise l’élargissement des champs d’investigation en suggérant des pratiques toujours plus extrêmes pour conduire au plaisir. Ainsi le personnage de Gepopo, chef de la police secrète, incarné par la soprano colorature Eir Inderhaug aux aigus clairs et pincés, est présenté en manchot tandis que ses sbires, tous plus ou moins amputés, estropiés ou culs-de-jatte, invitent à d’autres jeux.
   

Bref, les postérieurs se dénudent, les accouplements sont plus que suggérés mais les performances vocales demeurent. Le prince Go-Go interprété par le contre-ténor Andrew Watts fait un triomphe en projetant puissamment une voix de tête sans la moindre défaillance. Piet vom Fass joué par Chris Merritt se taille également un franc succès en modulant subtilement ses interventions pour en accentuer la musicalité. Le duo des amants, incarnés par Julia Giebel et Annelie Sophie Müller, à qui reviennent les passages les plus lyriques de l’opéra, est d’une gracieuse légèreté. En revanche, le personnage de Nekrotzar est trahi par Claudio Otelli dont la voix trop légère et peu sonore ne rend pas justice à la noirceur du Grand Macabre. Les autres rôles, souvent plus proches de la déclamation que du chant, sont remarquablement interprétés tant par un jeu théâtral incarné que par une présence sonore percutante.

L’écriture explosive et syncopée de la partition, tout en mettant les chanteurs à rude épreuve, reste parfaitement compréhensible tandis que, dans la fosse, le recours aux klaxons, sonnettes et autres trouvailles est traité avec précision par Baldur Brönnimann. La mélodie qui s’en élève s’installe dans des ritournelles aussitôt interrompues sans chercher à ménager une quelconque transition. Les références relevées par les musicologues (Monteverdi, Verdi, Beethoven) sont justes esquissées si bien que de tenter de les identifier relève d’une gageure.

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

György LIGETI

Le Grand Macabre
Opéra en quatre tableaux (1978)
Livret de Michael Meschke et György Ligeti d’après la pièce de Michel de Ghelderodes

Mise en scène
Barrie Kosky
Décors et costumes
Peter Corrigan
Lumières
Franck Evin

Piet vom Fass
Chris Merritt
Amanda
Julia Giebel
Amando
Annelie Sophie Müller
Nekrotzar
Claudio Otelli
Mescalina
Michaela Lucas
Astradamors
Jens Larsen
Venus/Gepopo
Eir Inderhaug
Ministre blanc
Tansel Akzeybek
Ministre noir
Carsten Sabrowski
Prince Go-Go
Andrew Watts
Ruffiack
Bernhard Hansky
Schobiack
Bogdan Talos
Schabernack
Hans-Jörg Bertram

Chœur et orchestre du Komische Oper Berlin
Direction musicale
Baldur Brönnimann

Komische Oper Berlin, dimanche 21 avril 2013, 19h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Flamboyant et rayonnant
Michael SPYRES
Spectacle