Forum Opéra

RAMEAU, Et in Arcadia ego — Paris (Opéra Comique)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
1 février 2018
Beaucoup de fumée, un peu fumeux

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Création lyrique sur des œuvres de Jean-Philippe Rameau, livret d’Eric Reinhardt

Créée à l’Opéra-Comique le 1er février 2018

Ouverture (Zaïs),

Chaconne pour Dieux et Naïades puis choeur (Les Fêtes de l’Hymen et de l’Amour)

« Ô Ciel » (Les Fêtes d’Hébé)

Prélude de l’acte V (Les Boréades)

« Lieux funestes » (Dardanus)

Gigue un peu gaie (Le Temple de la gloire)

« Coulez mes pleurs » (Zaïs)

Air tendre en rondeau (Zoroastre)

« Ô Diane, ô sombre forêt » (Les Surprises de l’Amour)

Sarabande (Zoroastre)

Musette, « Je ne sais quel ennui me presse » (Naïs)

« Rassemblez-vous, peuples » (Castor et Pollux)

Sommeil en rondeau, trio et choeur (Dardanus)

Air vif (Les Fêtes de Polymnie)

« Ô Mort, n’exerce pas ta rigueur inhumaine » (Les Fêtes d’Hébé)

Descente d’Oriade et d’Argilie (Les Fêtes de Polymnie)

« Éclatez, mes justes regrets », « Rassemblez-vous, peuples » (Castor et Pollux)

Ritournelle vive (Dardanus)

« Dieu cruel, ennemi trompeur » (Les Surprises de l’amour)

Air vif (Dardanus)

« Que tout gémisse » (Castor et Pollux)

« Quand l’Aquilon fougueux » (Dardanus)

Gavottes et Rigaudons (Les Boréades)

Sommeil d’Endymion (Les Surprises de l’amour)

« Tristes apprêts » (Castor et Pollux)

Prélude des Incas (Les Indes galantes)

« Quelle plainte en ces lieux m’appelle », fugue (Hippolyte et Aricie)

« Le premier trait que l’amour lance » (Les Surprises de l’amour)

Détails

Mise en scène

Phia Ménard

Dramaturgie

Eric Reinhardt

Décors

Phia Ménard, Eric Soyer

Costumes

Fabrice Ilia Leroy, Phia Ménard

Lumières

Eric Soyer

Marguerite

Lea Desandre

Choeur Les éléments

Les Talens Lyriques

Direction musicale

Christophe Rousset

Opéra-Comique, jeudi 1er février, 20 heures

On ne saurait reprocher à l’Opéra-Comique de s’endormir sur les lauriers acquis sous Jérôme Deschamps. Depuis son arrivée à la tête de cette maison, Olivier Mantei ne cesse de révéler des personnalités nouvelles et de proposer des spectacles innovants, quitte à recueillir, comme ce fut le cas hier soir, autant de huées que d’applaudissements. Avec Et in Arcadia ego, la salle Favart poursuit dans la voie ouverte en septembre dernier par Miranda, celle du pasticcio revu et corrigé par le XXIe siècle. Après les musiques de Purcell réunies par Raphaël Pichon, c’est Christophe Rousset qui a sélectionné dans les œuvres de Rameau une bonne centaine de morceaux, dont trente ont été retenus. Et comme pour Miranda, si l’aspect musical est source de ravissement, il est permis de rester plus dubitatif face à d’autres aspects de ce spectacle.

Pour l’avoir aperçu à de nombreuses premières, on croit savoir qu’Eric Reinhardt aime l’opéra. Le thème qu’il a choisi n’est pas très gai mais il s’accorde avec un certain nombre de pages de Rameau, et l’idée de la mort n’a heureusement pas empêché d’inclure des pièces vives. Comme dans La Bohème de Bastille, nous sommes transportés dans l’avenir : en 2088, le personnage principal âgé de 95 ans revisite son passé, et le voyage commence sept décennies auparavant. Sur le rideau s’affiche d’abord un texte où l’on reconnaît la plume du talentueux romancier, mais la surprise vient avec le chant, quand on découvre que toutes les paroles des airs ont été réécrites. Autant la prosodie de Rameau, si liée au rythme de notre langue, paraît difficile à traduire en langue étrangère, autant ces nouvelles phrases, même proches des structures grammaticales de départ, aboutissent à un résultat étrange. Par exemple, dans l’air de la prison de Dardanus, ici confié aux ténors d’un chœur invisible, « l’horreur que votre aspect m’inspire », qui a inspiré au compositeur des accents si poignants, devient « A l’heure où l’horizon t’attire », phrase beaucoup moins porteuse de sens. Quand « Tristes apprêts » est rebaptisé « Mort qui me vient », substituer « Toi la voix » à « Jour plus affreux » et « Avaient fait naître » à « Astre lugubre » n’est pas non plus innocent. Et ce nouveau livret, déjà point exempt de formules tortueuses, bascule finalement dans un ésotérisme plus que mallarméen, ou un minimalisme plus que beckettien.

Pour la réalisation visuelle, entre le recours fréquent aux fumigènes et des éclairages travaillés, Phia Ménard propose une série d’images frappantes, notamment la terrible apparition finale d’une sorte de monstrueuse larve qui envahit tout le plateau, mais certaines laissent plus songeur, comme l’effondrement du Pokémon géant dont on découvre les entrailles. Et tout comme on peut souhaiter que l’écriture d’Eric Reinhardt suscite prochainement un livret qu’un compositeur vivant mettra en musique, l’on se dit que tant d’inventivité aurait sans doute pu être mis au service d’un véritable opéra de Rameau.


© Pierre Grosbois

Au moins la metteuse en scène pouvait-elle compter sur une interprète de choix en la personne de Lea Desandre, sur les épaules de qui repose en grande partie le spectacle. Seule en scène pendant plus d’une heure et demie, la jeune mezzo française impressionne autant par sa souplesse de danseuse que par ses qualités proprement vocales, qui éclatent en particulier dans les airs plus dramatiques, comme le récit de Phèdre découvrant la mort d’Hippolyte. L’aigu s’élance avec vigueur, et le grave s’assourdit seulement quand le texte se prête moins bien au chant (on s’en rend compte avec l’air de Phébé, interprété deux fois sur des paroles différentes : le son U de « l’aventure » est bien moins facile à rendre sonore que le E de « des enfers » dans le livret original, ou que le A de « de la gloire » quand l’air revient). Le chœur Les éléments livre une admirble prestation mais reste caché pendant tout le spectacle, selon une pratique de plus en plus courante ; il est lui aussi confronté au problème de sens du texte évoqué plus haut (« Que tout gémisse » n’a pas tout à fait le même sens que « Que tu gémisses », invitation à des plaisirs sexuels aussi multiples que superficiels).

A la tête de ses Talens Lyriques, Christophe Rousset dirige la musique de Rameau avec une précision implacable, son expérience lui permettant la maîtrise quasi scientifique d’un discours où les silences comptent autant que les sons. La remarque vaut autant pour de stupéfiantes pages orchestrales comme l’ouverture de Zaïs, que pour les danses nerveuses, pour les déplorations que pour les airs agités. En fosse, incontestablement, Rameau est en majesté, ainsi que le chef l’avait promis.  

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Création lyrique sur des œuvres de Jean-Philippe Rameau, livret d’Eric Reinhardt

Créée à l’Opéra-Comique le 1er février 2018

Ouverture (Zaïs),

Chaconne pour Dieux et Naïades puis choeur (Les Fêtes de l’Hymen et de l’Amour)

« Ô Ciel » (Les Fêtes d’Hébé)

Prélude de l’acte V (Les Boréades)

« Lieux funestes » (Dardanus)

Gigue un peu gaie (Le Temple de la gloire)

« Coulez mes pleurs » (Zaïs)

Air tendre en rondeau (Zoroastre)

« Ô Diane, ô sombre forêt » (Les Surprises de l’Amour)

Sarabande (Zoroastre)

Musette, « Je ne sais quel ennui me presse » (Naïs)

« Rassemblez-vous, peuples » (Castor et Pollux)

Sommeil en rondeau, trio et choeur (Dardanus)

Air vif (Les Fêtes de Polymnie)

« Ô Mort, n’exerce pas ta rigueur inhumaine » (Les Fêtes d’Hébé)

Descente d’Oriade et d’Argilie (Les Fêtes de Polymnie)

« Éclatez, mes justes regrets », « Rassemblez-vous, peuples » (Castor et Pollux)

Ritournelle vive (Dardanus)

« Dieu cruel, ennemi trompeur » (Les Surprises de l’amour)

Air vif (Dardanus)

« Que tout gémisse » (Castor et Pollux)

« Quand l’Aquilon fougueux » (Dardanus)

Gavottes et Rigaudons (Les Boréades)

Sommeil d’Endymion (Les Surprises de l’amour)

« Tristes apprêts » (Castor et Pollux)

Prélude des Incas (Les Indes galantes)

« Quelle plainte en ces lieux m’appelle », fugue (Hippolyte et Aricie)

« Le premier trait que l’amour lance » (Les Surprises de l’amour)

Détails

Mise en scène

Phia Ménard

Dramaturgie

Eric Reinhardt

Décors

Phia Ménard, Eric Soyer

Costumes

Fabrice Ilia Leroy, Phia Ménard

Lumières

Eric Soyer

Marguerite

Lea Desandre

Choeur Les éléments

Les Talens Lyriques

Direction musicale

Christophe Rousset

Opéra-Comique, jeudi 1er février, 20 heures

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

La guerre à mort
Emmanuelle HAÏM, Corinne WINTERS, Florian SEMPEY
Spectacle
Chaleur d’Il Tamerlano pour une nuit fraîche
Filippo MINECCIA, Ottavio DANTONE, Bruno TADDIA
Spectacle