Forum Opéra

TCHAÏKOVSKI, Eugène Onéguine — Munich

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
26 juillet 2015
Chronique d’un succès attendu

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Scènes lyriques en trois actes et sept tableaux

Livret du compositeur et de Constantin Chilovski, d’après le roman en vers de Pouchkine

Créé au Théâtre Maly (Conservatoire) de Moscou, le 29 mars 1879

Détails

Mise en scène

Krzysztof Warlikowski

Décors et costumes

Małgorzata Szczęśniak

Lumières

Felice Ross

Chorégraphie

Saar Magal

Dramaturgie

Miron Hakenbeck

Peter Heilker

Madame Larina

Heike Grötzinger

Tatiana

Anna Netrebko

Olga

Alisa Kolosova

Filipievna

Elena Zilio

Eugène Onéguine

Mariusz Kwiecien

Le Prince Grémine

Günther Groissböck

Un capitaine

Evgenij Kachurovsky

Zaretski

Günther Groissböck

Monsieur Triquet

Ulrich Reß

Lenski

Pavol Breslik

Bayerisches Staatsorchester

Chor der Bayerischen Staatsoper

Chef des choeurs

Sören Eckhoff

Direction musicale

Leo Hussain

Munich, Bayerishe Staatsoper, dimanche 26 juillet, 19h

Son retrait soudain de Manon Lescaut aux côtés de Jonas Kaufmann en novembre dernier avait causé une telle déception qu’Anna Netrebko avait promis de revenir rapidement à Munich dans un autre opéra. Eugène Oneguine était-il le meilleur choix ? C’est la question que l’on se pose au début de la représentation en entendant cette voix désormais rompue au répertoire verdien se mesurer à un rôle qui n’exige pas tant d’opulence mais voudrait plus de fraîcheur. Peu à peu cependant, le tempérament dramatique aide à prendre possession d’un personnage que la soprano connaît bien pour l’avoir interprété plusieurs fois et dont, surtout, elle maitrise la langue et l’esprit, cette âme russe exaltée et souvent excessive dans sa quête d’absolu. Tant et si bien que l’on finit par croire à cette Tatiana dont la maturité épanouie du chant serait sensualité inassouvie puis dignité résignée lors d’un duo final qui, pour le coup, lui correspond davantage. Élevée au rang de princesse, Anna Netrebko peut sans réserve prodiguer des sons généreux et capiteux, d’une rondeur enveloppante et, pour certains d’entre eux, d’une longueur enivrante. Les applaudissements nourris et prolongés à la fin de la scène de la lettre se transforment au moment des saluts en un succès d’autant plus attendu que toutes les conditions ont été réunies pour qu’il le soit. A commencer par le choix de partenaires slaves donc également familiers de la langue et de l’esprit de la partition : Mariusz Kwiecien dont on dirait que le costume d’Oneguine a été taillé à l’exacte mesure de son baryton chaleureux et Pavol Breslik qui, après Edgardo dans Lucia di Lammermoor la veille, prête comme si de rien n’était sa sincérité et sa distinction fragile au rôle de Lenski. Tous les deux sont remarquables de chant, d’intentions, d’engagement, d’allure et de présence, formant un couple d’amis crédibles et surtout d’amants vraisemblables. La production l’exige.


© Wilfried Hösl

La facilité avec laquelle Anna Netrebko se conforme à la vision subversive de Krzysztof  Warlikowski, en vigueur au Bayerische Staatsoper depuis 2007, contredit l’hypothèse selon laquelle l’annulation de Manon Lescaut aurait été motivée par une mise en scène jugée trop décalée. Les provocations de  Hans Neuenfels sont sucres d’orge comparées aux transformations imposées à l’opéra de Tchaïkovski. Banale transposition psychédélique de l’intrigue dans les années 1960 avec ses couleurs acides, son écran de TV retransmettant les premiers pas sur la lune, sa lettre enregistrée au dictaphone, la pièce bascule en deuxième partie dans l’exploration psychanalytique des tendances homosexuelles non assumées d’Eugène Onéguine. A ces pulsions empruntées au compositeur lui-même, motif pour certains historiens d’un suicide qui lui aurait été imposé, une seule échappatoire : l’amour de Tatiana. Ainsi s’explique le revirement des sentiments lors du bal chez Gremine situé, comme la scène du duel, dans une chambre au lit défait, où la polonaise est dansée par des cowboys torses-nus, représentation symbolique de fantasmes refoulés que la salle accueille par une bordée de huées.

Ce soubresaut de scandale, un chœur et un orchestre parmi les meilleurs qui soient, la présence de seconds rôles intelligemment caractérisés  – Günther Groissböck, Gremine noble et protecteur ; tendre Olga d’Alisa Kolosova ; Heike Grötzinger et Elena Zilio, Larina et Filipjewna, bienveillantes et cabossées avec leurs nécessaires écarts de registre ; le Triquet étriqué d’Ulrich Reß – auraient pu faire de ce succès un triomphe si la direction de Léo Hussain faisait montre de moins d’application et de plus de cœur. Opéra sentimental, Eugène Oneguine nécessite autant, sinon plus, d’effusions lyriques que de grandes voix.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Scènes lyriques en trois actes et sept tableaux

Livret du compositeur et de Constantin Chilovski, d’après le roman en vers de Pouchkine

Créé au Théâtre Maly (Conservatoire) de Moscou, le 29 mars 1879

Détails

Mise en scène

Krzysztof Warlikowski

Décors et costumes

Małgorzata Szczęśniak

Lumières

Felice Ross

Chorégraphie

Saar Magal

Dramaturgie

Miron Hakenbeck

Peter Heilker

Madame Larina

Heike Grötzinger

Tatiana

Anna Netrebko

Olga

Alisa Kolosova

Filipievna

Elena Zilio

Eugène Onéguine

Mariusz Kwiecien

Le Prince Grémine

Günther Groissböck

Un capitaine

Evgenij Kachurovsky

Zaretski

Günther Groissböck

Monsieur Triquet

Ulrich Reß

Lenski

Pavol Breslik

Bayerisches Staatsorchester

Chor der Bayerischen Staatsoper

Chef des choeurs

Sören Eckhoff

Direction musicale

Leo Hussain

Munich, Bayerishe Staatsoper, dimanche 26 juillet, 19h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Samson retrouvé – et après ?
Lea DESANDRE, Nahuel DI PIERRO, Claus GUTH
Spectacle