Forum Opéra

VERDI, Falstaff — Aix-en-Provence

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
15 juillet 2021
A table avec Barrie Kosky

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Opéra en 3 actes de Giuseppe Verdi

Livret d’Arrigo Boito d’après Les Joyeuses commères de Windsor de William Shakespeare

Créé à la Scala de Milan, le 9 février 1893

Détails

Mise en scène

Barrie Kosky

Scénographie, costumes

Katrin Lea Tag

Lumière

Franck Evin

Dramaturgie

Olaf A. Schmitt

Sir John Falstaff

Christopher Purves

Ford

Stéphane Degout

Fenton

Juan Francisco Gatell

Mrs Alice Ford

Carmen Giannattasio

Mrs Quickly

Daniela Barcellona

Nannetta

Giulia Semenzato

Mrs Meg Page

Antoinette Dennefeld

Dottore Cajus

Gregory Bonfatti

Bardolfo

Rodolphe Briand

Pistola

Antonio di Matteo

Chœur et Orchestre de l’Opéra de Lyon

Chef de chœur

Roberto Balistreri

Direction musicale

Daniele Rustioni

Festival d’Aix-en-Provence, Théâtre de l’Archevêché, mardi 13 juillet, 21h30

Prenez un artiste dans la force de l’âge – Christopher Purves –, ventripotent mais pas trop, cabotin forcément, comédien autant que chanteur même si mis en difficulté par une partition qui exige aussi un format héroïque, mais doué de cette « capacité très anglaise à être simultanément très sérieux et très drôle »* ; travestissez-le en chef cuisinier pour le présenter moins gourmand que gourmet, plus sympathique que clownesque sans pour autant renoncer à l’accoutrer de costumes et perruques ridicules ; plongez-le dans des décors aux couleurs acidulées, entre Fortuny et Pink Floyd ; bardez-le d’un adversaire atrabilaire – Stéphane Degout (appréciez au passage la manière hargneuse mais néanmoins comique dont le baryton, moustache en berne, croque à pleine dents, du grave jusqu’à l’aigu, de la rage contenue jusqu’à l’éclat, le long monologue de Ford) – ; fourrez-le de deux jeunes premiers à la silhouette et la typologie vocale idéales en dépit d’une moindre puissance – Giulia Semenzato, soprano dont la légèreté sied aux volutes aériennes de Nannetta et Juan Francisco Gatell, ténor avant tout rossinien mais Fenton veut plus de grâce que de muscle – ; arrosez-le d’une mezzo dont on ne soupçonnait pas l’inénarrable vis comicaDaniela Barcellona, longtemps abonnée aux grands rôles de travesti dans les opéras de Rossini – ; saupoudrez en vrac d’autres artistes irréprochables bien que moins mémorables ou moins avantagés par la partition – Carmen Giannattasio (Alice), Antoinette Dennefeld (Meg), Gregory Bonfatti (Cajus), Rodolphe Briand (Bartolo), Antonio di Matteo (Pistola) – ; versez l’ensemble dans une fosse peut-être trop étroite pour que scintillent autant qu’on l’aimerait les prodiges d’une orchestration éblouissante ; confiez ce mécanisme d’horlogerie diabolique à une  baguette dont l’efficacité prime sur la poésie – Daniele Rustioni, chef permanent de l’Opéra national de Lyon, mis à rude épreuve par certains ensembles mais dont le réglage de la fugue finale, exaltée par un chœur enfin sollicité à part entière, s’affirme comme un modèle jubilatoire de précision – ; puis montez vigoureusement la comédie en neige, tout en veillant soigneusement à ce que le mouvement épouse les humeurs d’une musique virevoltante, jusqu’à ce que le public hilare applaudisse à tout rompre. Telle est la recette du Falstaff proposé par Barrie Kosky sur la scène du Théâtre de l’Archevêché.


© Monika Rittershaus

S’il est savoureux, le plat ainsi mijoté gagnerait à être moins assaisonné. Les gags ne sont jamais aussi percutants que lorsqu’ils obéissent à la lettre du livret. Qu’ils s’en écartent, ne serait-ce que d’un soupçon, et l’effet tombe à l’eau, tel le panier de linge sale dans la Tamise à la fin du 2e acte, qui en l’occurrence fait moins plouf que flop. Entre chaque tableau, des voix enregistrées récitent de longues recettes de cuisine. L’idée, si elle facilite les changements de décor, retombe à la vitesse d’un soufflé. Elle est d’ailleurs abandonnée dans la deuxième partie sans que nul ne le déplore. « J’adore les comédies hyper-structurées comme celle-là »*, s’enflamme Barry Koskie. On s’en serait douté. Ne dit-on pas le cuisinier amoureux lorsque le plat est trop salé.    

 * Barry Kosky dans un entretien réalisé par Timothée Picard en mai 2021

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en 3 actes de Giuseppe Verdi

Livret d’Arrigo Boito d’après Les Joyeuses commères de Windsor de William Shakespeare

Créé à la Scala de Milan, le 9 février 1893

Détails

Mise en scène

Barrie Kosky

Scénographie, costumes

Katrin Lea Tag

Lumière

Franck Evin

Dramaturgie

Olaf A. Schmitt

Sir John Falstaff

Christopher Purves

Ford

Stéphane Degout

Fenton

Juan Francisco Gatell

Mrs Alice Ford

Carmen Giannattasio

Mrs Quickly

Daniela Barcellona

Nannetta

Giulia Semenzato

Mrs Meg Page

Antoinette Dennefeld

Dottore Cajus

Gregory Bonfatti

Bardolfo

Rodolphe Briand

Pistola

Antonio di Matteo

Chœur et Orchestre de l’Opéra de Lyon

Chef de chœur

Roberto Balistreri

Direction musicale

Daniele Rustioni

Festival d’Aix-en-Provence, Théâtre de l’Archevêché, mardi 13 juillet, 21h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Merci de l’avoir réveillé !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Les tergiversations de la reine d’Egypte
Sandrine PIAU, Ann HALLENBERG, Arianna VENDITTELLI
Spectacle