Forum Opéra

VAN BEETHOVEN, Fidelio — Bruxelles (Bozar)

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
11 juin 2014
Casting de rêve, et pourtant…

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Opéra en deux actes,

sur un livret de Josef Sonnleithner, Stephan von Breuning & Georg Friedrich,

d’après le drame de Jean-Nicolas Bouilly Léonore ou l’amour conjugal.

Créé dans sa vesion définitive le 23 mai 1814 au Kärtnertortheater de Vienne

Détails

Version de concert

Florestan

Joseph Kaiser

Leonore

Malin Byström

Marzellina

Sophie Karthäuser

Don Pizzaro

Andrew Foster-Williams

Rocco

Robert Gleadow

Jaquino

Michael Colvin

Don Ferrando

Mischa Schelomianski

Le Cercle de l’Harmonie

Chœur de chambre les éléments

Chef des chœurs

Joël Suhubiette

Direction musicale

Jérémie Rhorer

Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, mercredi 11 juin 2014, 20h

Jérémie Rhorer était invité à diriger Fidélio en version de concert au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. Outre son orchestre, le Cercle de l’Harmonie, l’excellent chœur de chambre des Eléments, préparé par Joël Suhubiette, la distribution réunissait, comme on va le voir, des chanteurs de très grande qualité. Et pourtant, la réalisation finale laisse l’auditeur un peu sur sa faim, tant le chef s’est laissé aller à des excès regrettables. Sans doute peu habitué à l’acoustique pourtant irréprochable de la grande salle bruxelloise, Rhorer n’a pas réussi à donner vie et couleurs à la partition de Beethoven. Poussant l’orchestre dans un registre sans cesse exagéré, sollicitant les instruments et les chanteurs aux maximum de leur capacités, il oublie de faire respirer la musique et présente finalement la complexe polyphonie de Beethoven en un seul plan sonore particulièrement compact, sans étagement des voix, sans cesse aux limites de la saturation. La lisibilité de la partition y perd beaucoup. Les pupitres de cordes du Cercle de l’Harmonie offrent des couleurs particulièrement pauvres, sans profondeur, écrasant le son sous prétexte de volume. Les vents connaissent de nombreux accidents techniques, de sorte que la partie purement orchestrale paraît finalement assez peu soignée.

Plus grave, Rhorer traite ses chanteurs à peu près comme son orchestre. Il les pousse à donner du volume, beaucoup (trop) de volume, au détriment de la qualité des voix, bridées dans leur liberté naturelle. La musique de Beethoven, déjà tellement expressive dans son écriture même, ne nécessite pas une telle mise en relief. Ces excès un peu puérils d’un jeune chef qui semble vouloir tout contrôler, tout montrer, pousser chaque détail à son paroxysme sont certainement le plus grand défaut de cette production. Mais venons-en à ses qualités, qui ne sont pas minces non plus !

 

Tous les rôles principaux sont tenus par des chanteurs impressionnants. Léonore de rêve, la soprano suédoise Malin Byström s’impose à tous. Sa voix, aux possibilités apparemment illimitées, son physique particulièrement crédible, son engagement total donnent au rôle un héroïsme rarement atteint et diablement efficace. Son duo final avec Florestan est remarquablement réussi. C’est à peu près le seul moment émouvant de la soirée.

 

Le Rocco de Robert Gleadow n’est guère en reste. Voix bien timbrée, lyrique jusque dans les registres les plus graves, il affirme lui aussi une grande puissance expressive. On aura rarement vu geôlier aussi sympathique… La prestation de Andrew Foster-Williams en Don Pizzaro est sans doute celle qui souffre le plus des excès du chef. Hurlant d’une seule couleur d’un bout à l’autre de son rôle, il perd beaucoup de ses possibilités expressives. Loin de gagner en crédibilité, le rôle ainsi caricaturé frise presque le ridicule.  Florestan est l’excellent Joseph Kaiser, extrêmement engagé, lui aussi. Son chant, idéal pour le rôle, très puissant, impressionne par sa souplesse et son caractère héroïque. Michaël Colvin en Jaquino livre également une très bonne prestation, ainsi que Sophie Karthäuser (Marcellina), dont la voix moins puissante souffre un peu, cependant, des exigences du chef. Soulignons encore la qualité des chœurs, dont les interventions toujours justes offrent de rares moments de respiration sonore bienvenus.

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en deux actes,

sur un livret de Josef Sonnleithner, Stephan von Breuning & Georg Friedrich,

d’après le drame de Jean-Nicolas Bouilly Léonore ou l’amour conjugal.

Créé dans sa vesion définitive le 23 mai 1814 au Kärtnertortheater de Vienne

Détails

Version de concert

Florestan

Joseph Kaiser

Leonore

Malin Byström

Marzellina

Sophie Karthäuser

Don Pizzaro

Andrew Foster-Williams

Rocco

Robert Gleadow

Jaquino

Michael Colvin

Don Ferrando

Mischa Schelomianski

Le Cercle de l’Harmonie

Chœur de chambre les éléments

Chef des chœurs

Joël Suhubiette

Direction musicale

Jérémie Rhorer

Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, mercredi 11 juin 2014, 20h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Rossini sur instrument d’époque
Marina VIOTTI, Jan SCHULTSZ
Spectacle