Forum Opéra

Human love, Love divine — Peralada

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
9 août 2019
Le charme à l’oeuvre

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Georg Friedrich Haendel

1.- « Tra amplessi innocenti » duo de la cantate Cecilia, volgi uno sguardo, HWV 89

2.- « Se vago rio » aria de la cantate Aminta e Fillide HWV 83

3.- « Prigionera ho l’alma » aria de Rodelinda HWV 19

4.- « Caro autor » duo, HWV 182

5.- Sarabande de Alcina, acte I, HWV 34

6.- Ballo de Ariodante, acte III, HWV 33

7.- Minuetto de Alcina, acte I

8.- Gavotte de Alcina, acte I

9.- « O prince whose virtues » duo de Hercules, HWV 60

10.- « With honour let desert be crown’d » aria de Judas Maccabeus, HWV 63

11.- « Let the bright Seraphim » aria de Samson, HWV 57

12.- « As steal the mourn » duo de L’Allegro, il Penseroso e il Moderato, HWV 55

13.- Entrée des songes agréables, d’Alcina

14.- Entrée des songes funestes, d’Alcina

15.- Entrée des songes agréables effrayés, d’Alcina

16.- « E un folle » aria de Alcina

17.- « With darkness deep » aria de Theodora, HWV 68

18.- « Dite spera e son contento » duo de Ariodante, HWV 33

19.- Ouverture, largo (II) de Il pastor fido, HWV 8a

20.- « Who calls my parting soul » duo d’Esther, HWV 50

21.- « Waft her, angels, through the skies » aria de Jephta, HWV 70

22.- « Eternal source of light divine » aria de l’Ode for Queen Ann, HWV 84

23.- « Happy, happy we » duo de Acis & Galatea, HWV 49

Nuria Real, soprano

Juan Sancho, ténor

Capella Cracoviensis

Direction musicale : Jan Thomasz Adamus

Peralada, Eglise des Carmes, jeudi 8 août 2019 à 20 heures

Concert de charme en l’Eglise des Carmes, avec ce programme HUMAN LOVE, LOVE DIVINE conçu par le ténor Juan Sancho. De son propos, on ne pourra dire que ce qu’on en aura deviné, puisque son texte de présentation, probablement rédigé en espagnol par ce natif de Séville, n’est proposé que dans une traduction en catalan. Partant de l’idée que l’amour est le moteur de toute la production lyrique, il constate que souvent l’expression de l’amour humain et celle de l’amour divin se confondent. La réunion de pièces où le ténor peut être le partenaire de la soprano, rares car ces duos sont l’apanage des rôles pour castrats, permet de percevoir comment le genre humain peut atteindre le divin. Et Haendel, révérence gardée à Monteverdi, est sans doute dans le monde lyrique le génie le plus humain et le plus divin.

Alternance, comme l’indique le programme, d’airs solistes et de duos avec des pauses orchestrales permettant aux musiciens de la Capella Cracoviensis de démontrer leur virtuosité dans l’exécution de pièces orchestrales qui mobilisent pour les cordes rapidité vertigineuse, souplesse inlassable, force, retenue, mordant, moelleux, et une infaillible précision. Certaines pièces vocales donnent l’occasion au hautbois, au basson de démontrer leur maîtrise et leur musicalité, ainsi qu’à la trompette quand elle est en miroir de la voix.


Vue d’ensemble : Nuria real, Juan sancho et l’ensemble Capella Cracoviensis © dr

Musicalité est d’ailleurs le mot qui s’impose à nous s’il fallait qualifier ce concert d’un seul mot. Celle de Nuria Real est connue par ses disques, et on la découvre en direct avec bonheur. Non seulement la voix semble couler de source, avec une fraîcheur et un naturel proprement enchanteurs, même quand elle parcourt les voies les plus escarpées, mais on ne perçoit jamais la plus petite outrance du son ou du sentiment. Cela semble si facile, si simple, qu’on en oublierait presque que ces délices, cette voix de soie flottante, si douce et si brillante, sont le résultat d’un art patient et inlassable.

Juan Sancho est-il anxieux ? Il ne donne pas l’impression d’être à l’aise. Sur son visage glabre, qui pourrait être signé Ribera ou Le Greco, on croit lire une certaine tension, et on croit la percevoir dans un chant que l’on ressent, au début en tout cas, légèrement contraint. Est-ce dû à l’émission, pour nous étrange, car le ténor ouvre fort peu la bouche ? Veut-il ainsi donner l’impression de naturel ? Il est pourtant évident que ce qu’il donne à entendre, dans l’exécution rapide des agilités et dans la maîtrise du souffle, est le résultat d’une éducation. Non que le chant soit laborieux ! Mais la projection est par moments confidentielle et on se demande si c’est ce type d’émission qui l’altère. Quoi qu’il en soit la musicalité de Juan Sancho n’est pas discutable et son engagement est tel qu’il l’entraîne parfois à ébaucher des gestes qui trahissent au moins le désir d’embrasser la direction du morceau.

Très attentif, le public s’est montré si enthousiaste qu’un bis a été accordé, le duo de L’Allegro, il Penseroso e il Moderato, avec son introduction au hautbois et au basson et sa captivante ritournelle, à nouveau aussi délectable mais rendu peut-être avec une intensité supérieure. A moins que cette impression n’ait été suscitée par notre désir que ce plaisir durât encore ? Quand le charme est à l’oeuvre…

 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Georg Friedrich Haendel

1.- « Tra amplessi innocenti » duo de la cantate Cecilia, volgi uno sguardo, HWV 89

2.- « Se vago rio » aria de la cantate Aminta e Fillide HWV 83

3.- « Prigionera ho l’alma » aria de Rodelinda HWV 19

4.- « Caro autor » duo, HWV 182

5.- Sarabande de Alcina, acte I, HWV 34

6.- Ballo de Ariodante, acte III, HWV 33

7.- Minuetto de Alcina, acte I

8.- Gavotte de Alcina, acte I

9.- « O prince whose virtues » duo de Hercules, HWV 60

10.- « With honour let desert be crown’d » aria de Judas Maccabeus, HWV 63

11.- « Let the bright Seraphim » aria de Samson, HWV 57

12.- « As steal the mourn » duo de L’Allegro, il Penseroso e il Moderato, HWV 55

13.- Entrée des songes agréables, d’Alcina

14.- Entrée des songes funestes, d’Alcina

15.- Entrée des songes agréables effrayés, d’Alcina

16.- « E un folle » aria de Alcina

17.- « With darkness deep » aria de Theodora, HWV 68

18.- « Dite spera e son contento » duo de Ariodante, HWV 33

19.- Ouverture, largo (II) de Il pastor fido, HWV 8a

20.- « Who calls my parting soul » duo d’Esther, HWV 50

21.- « Waft her, angels, through the skies » aria de Jephta, HWV 70

22.- « Eternal source of light divine » aria de l’Ode for Queen Ann, HWV 84

23.- « Happy, happy we » duo de Acis & Galatea, HWV 49

Nuria Real, soprano

Juan Sancho, ténor

Capella Cracoviensis

Direction musicale : Jan Thomasz Adamus

Peralada, Eglise des Carmes, jeudi 8 août 2019 à 20 heures

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Réjouissante soûlographie
Pietro SPAGNOLI, Carolina LÓPEZ MORENO, Marianna PIZZOLATO
Spectacle