Forum Opéra

BELLINI, I Capuleti e i Montecchi — Paris (Bastille)

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
24 avril 2014
Roméo et Eurydice

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Détails

Vincenzo BELLINI

I Capuleti e i Montecchi
Opéra en 2 actes (1830)
Livret de Felice Romani

Mise en scène
Robert Carsen
Décors et Costumes
Michael Levine
Lumières
Davy Cunningham

Capellio
Paul Gay
Giulietta
Yun Jung Choi
Romeo
Karine Deshayes
Tebaldo
Charles Castronovo
Lorenzo
Nahuel Di Pierro

Orchestre et Chœur
de l’Opéra national de Paris
Chef de Choeur : Alessandro di Stephano
Direction musicale
Bruno Campanella

Opéra national de Paris, Opéra Bastille, jeudi 24 avril 2014, 19h30

 

Ce soir Eurydice est revenue des Enfers pour sauver la représentation d’I Capuleti e i Montecchi à l’Opéra Bastille. En effet, Ekaterina Siurina, qui devait initialement tenir le rôle de Giulietta, s’est fait porter pâle pour cette première. Pour la remplacer, l’Opéra de Paris n’est pas allé chercher bien loin : c’est Yun Jung Choi, Eurydice de l’Orphée et Eurydice version Pina Bausch au Palais Garnier dans quelques jours, qui a repris le flambeau. Ancienne de l’Atelier Lyrique de l’Opéra de Paris, cette dernière n’est pas une inconnue à Paris, elle chantait le mois dernier Donna Anna dans le Don Giovanni monté par l’Atelier Lyrique et fut la Cléopâtre du Giulio Cesare de Haendel à Garnier l’an passé.

La performance de la soprano coréenne ne semble pas souffrir de la prise de rôle tardive : elle charme dès le célèbre « Oh ! quante volte » par un timbre lumineux et suffisamment charnu et des aigus d’une grande pureté. Si sa Giulietta a une personnalité encore un peu effacée, elle ne manque certainement pas de charme ! La voix de Karine Deshayes (Romeo) se marie d’ailleurs superbement à celle de sa partenaire d’un soir, par la délicatesse et la précision des variations à l’unisson et leurs timbres presque jumeaux. De même, son chant ne manque pas d’intensité, notamment dans les deuxième et troisième scènes de l’acte 2, mettant en valeur son mezzo clair bien projeté. Elle ose même certaines variations inédites dans l’aigu. D’où vient alors cette légère insatisfaction face à cette interprétation de haut niveau ? Peut être d’un relatif manque de relief (notamment dans la cabalette « La tremenda ultrice spada ») : les graves souffrant d’un déficit de projection et le timbre peu corsé privent ce rôle travesti de ses aspects les plus belliqueux.

Chez ces messieurs, Charles Castronovo (Tebaldo) étonne par une voix sombrée, limite laryngée. Si le style du ténor américain ne dépare pas pour autant (malgré des variations des reprises bien timides), on pourrait souhaiter plus de mordant et de brillance dans ce rôle. Les deux basses, Paul Gay (Capellio) et Nahuel di Pierro (Lorenzo) sont sonores et bien-chantantes, le premier faisant preuve d’une plus grande autorité vocale.
  

La direction de Bruno Campanella surprend par sa retenue dans l’ouverture. Contrairement à celle d’Evelino Pido qui brusquait la musique lors de la précédente reprise, le maestro italien laisse respirer l’orchestre, délivrant de magnifiques soli instrumentaux (les bois et les violoncelles entre autres). Si l’on rêverait parfois de pulsation plus fébrile, notamment dans la strette finale de l’acte un, le bilan est plus que positif. Il l’est également du côté des Chœurs masculins de l’Opéra, très présents tout au long de l’œuvre, nuancés et parfaitement en place.

La production de Robert Carsen, elle, connaît ici sa quatrième reprise (créée en 1996, elle a depuis été reprise en 1998, 2004 et enfin en 2008, avec rien moins que Joyce di Donato et Anna Netrebko, cette dernière faisant ses débuts à l’Opéra de Paris à cette occasion). On retrouve intactes les qualités esthétiques des décors de Michael Levine admirablement éclairés par Davy Cunningham. Les panneaux rouge sang, oppressants, qui tour à tour dessinent une salle des banquets, une chambre, une nef d’église ou un tombeau, traduisent toute la noirceur et la violence du livret. De même, les costumes, rouges pour les Capulets, noirs pour les Montaigu, et robe blanche virginale pour Giulietta, riches et élégants, rendent l’action tout à fait lisible. Reste une direction d’acteur en retrait (le metteur en scène ne s’est d’ailleurs pas occupé en personne de cette reprise), manquant de finesse, malgré de beaux tableaux de batailles, qui empêche le drame de totalement nous captiver.

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Vincenzo BELLINI

I Capuleti e i Montecchi
Opéra en 2 actes (1830)
Livret de Felice Romani

Mise en scène
Robert Carsen
Décors et Costumes
Michael Levine
Lumières
Davy Cunningham

Capellio
Paul Gay
Giulietta
Yun Jung Choi
Romeo
Karine Deshayes
Tebaldo
Charles Castronovo
Lorenzo
Nahuel Di Pierro

Orchestre et Chœur
de l’Opéra national de Paris
Chef de Choeur : Alessandro di Stephano
Direction musicale
Bruno Campanella

Opéra national de Paris, Opéra Bastille, jeudi 24 avril 2014, 19h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Danse pour la fin du monde
Nicky SPENCE, Jaquelyn STUCKER, Clive BAYLEY
Spectacle
Réjouissante soûlographie
Pietro SPAGNOLI, Carolina LÓPEZ MORENO, Marianna PIZZOLATO
Spectacle