Forum Opéra

Jonas Kaufmann, Du bist die Welt für mich — Paris (TCE)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
23 mai 2015
Lorsque Jonas paraît

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Détails

Franz Lehár

Valse, extraite de Giuditta

Freunde, das Leben ist lebenswert!, air d’Octavio dans Giuditta

Emmerich Kálmán (1882-1953)

Ouverture de Gräfin Mariza

Grüß mir mein Wien, air de Tassilo dans Gräfin Mariza

Richard Tauber (1891-1948)

Du bist die Welt für mich, extrait de Der singende Traum

Franz Lehár

Ballsirenen, valse extraite de Die Lustige Witwe

Gern hab’ ich die Frau’n geküsst, extrait de Paganini

Hans May (1886-1958)

Ein Lied geht um die Welt, chanson de Ricardo dans le film Ein Lied geht um die Welt

Pause

Franz Lehár

Valse, extraite de Der Graf von Luxemburg

Schatz, ich bitt’ dich… Hab ein blaues Himmelbett, sérénade d’Armand extraite de Frasquita

Robert Stolz (1880-1975)

Marche, extraite de Früjahrsparade

Im Traum hast du mir alles erlaubt, extraite du film Liebeskommando

Mischa Spoliansky (1898-1985)

Heute Nacht oder nie, extraite du film Das Lied einer Nacht

Franz Lehár

Ouverture, Das Land des Lächelns

Dein ist mein ganzes Herz!, air de Sou-Chong dans Das Land des Lächelns

Rappel

Werner Richard Heymann (1896-1961)

Irgendwo auf der Welt, extrait du film Ein Blonder Traum

Ralph Benatzky (1884-1957)

Es muss was Wunderbares sein, extrait de Im weißen Rössl

Robert Stolz (1880-1975)

Marche de la Frühjahrsparade de Robert Stolz, dirigée par le ténor himself.

Frag nicht warum ich gehe (Das Lied ist aus)

Freunde, das Leben ist lebenswert!, air d’Octavio dans Giuditta

Jonas Kaufmann, ténor

Rundfunk-Sinfonieorchester Berlin

Direction musicale

Jochen Rieder

Les grandes Voix

Paris, Théâtre des Champs-Elysées, samedi 23 mai 2015, 20h

Qu’il paraisse, et Jonas fait entrer en fusion

Les plus chenues mémés tressuant dans leur vison.

Une grâce ! Un sourire ! Un timbre ! Une tenue !

Les hommes sont jaloux et les femmes sont nues.

Ces Kalman, ces Lehar qu’on connaît peu en France

Sonnèrent familiers comme des airs d’enfance.

 

Las, il fallut compter, ô larmes, ô douleur,

Ce soir avec un chef d’une immense lourdeur.

Par les rues de Berlin il ne nous mena guère,

Mais plutôt de Munich quand on fête la bière.

Et les bruyants flonflons de sa formation

Chauffant leurs instruments jusqu’à ébullition,

Evoquaient trait pour trait la grâce débonnaire

Des Panzerdivisions du temps de nos grands-pères.

 

Aigu pris en dessous mais qui va en s’enflant,

Piano détimbré comme un soupir galant :

De trucs et de tics, Jonas ne manque pas,

Mais la foule enivrée ne les remarque pas.

Micro, déhanchements, cabotin de génie,

Il emballe la salle qui trépigne et qui jouit.

Qu’ils aient nom Stolz, Lehar, Tauber ou Kalman,

Tous s’effacent ce soir : ne reste que Kaufmann.

 

On cède ou l’on résiste,  on s’engoue ou l’on tique,

Mais il a un secret désarmant la critique :

Cet étrange talent qui s’appelle le chic.

 

 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Franz Lehár

Valse, extraite de Giuditta

Freunde, das Leben ist lebenswert!, air d’Octavio dans Giuditta

Emmerich Kálmán (1882-1953)

Ouverture de Gräfin Mariza

Grüß mir mein Wien, air de Tassilo dans Gräfin Mariza

Richard Tauber (1891-1948)

Du bist die Welt für mich, extrait de Der singende Traum

Franz Lehár

Ballsirenen, valse extraite de Die Lustige Witwe

Gern hab’ ich die Frau’n geküsst, extrait de Paganini

Hans May (1886-1958)

Ein Lied geht um die Welt, chanson de Ricardo dans le film Ein Lied geht um die Welt

Pause

Franz Lehár

Valse, extraite de Der Graf von Luxemburg

Schatz, ich bitt’ dich… Hab ein blaues Himmelbett, sérénade d’Armand extraite de Frasquita

Robert Stolz (1880-1975)

Marche, extraite de Früjahrsparade

Im Traum hast du mir alles erlaubt, extraite du film Liebeskommando

Mischa Spoliansky (1898-1985)

Heute Nacht oder nie, extraite du film Das Lied einer Nacht

Franz Lehár

Ouverture, Das Land des Lächelns

Dein ist mein ganzes Herz!, air de Sou-Chong dans Das Land des Lächelns

Rappel

Werner Richard Heymann (1896-1961)

Irgendwo auf der Welt, extrait du film Ein Blonder Traum

Ralph Benatzky (1884-1957)

Es muss was Wunderbares sein, extrait de Im weißen Rössl

Robert Stolz (1880-1975)

Marche de la Frühjahrsparade de Robert Stolz, dirigée par le ténor himself.

Frag nicht warum ich gehe (Das Lied ist aus)

Freunde, das Leben ist lebenswert!, air d’Octavio dans Giuditta

Jonas Kaufmann, ténor

Rundfunk-Sinfonieorchester Berlin

Direction musicale

Jochen Rieder

Les grandes Voix

Paris, Théâtre des Champs-Elysées, samedi 23 mai 2015, 20h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Réjouissante soûlographie
Pietro SPAGNOLI, Carolina LÓPEZ MORENO, Marianna PIZZOLATO
Spectacle