Forum Opéra

VERDI, La forza del destino — Paris (Bastille)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
16 décembre 2022
Anna Netrebko, éblouissante Leonora

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Opéra en quatre actes de Giuseppe Verdi

Livret de Francesco Maria Piave d’après le drame du duc de Rivas Don Álvaro o La fuerza del sino

Créé à Saint-Pétersbourg le 10 novembre 1862 (première version) et à la Scala le 27 février 1869 (version définitive)

Détails

Mise en scène

Jean-Claude Auvray réalisée par Stephen Taylor

Décors

Alain Chambon

Costumes

Maria Chiara Donato

Lumières

Laurent Castaingt

Chorégraphie

Terry John Bates réalisée par Paolo Ferri

Il marchese di Calatrava

James Creswell

Donna Leonora

Anna Netrebko

Don Carlos di Vargas

Ludovic Tézier

Don Alvaro

Russel Thomas

Preziosilla

Elena Maximova

Padre Guardiano

Ferruccio Furlanetto

Fra Melitone

Nicola Alaimo

Curra

Julie Pasturaud

Mastro Trabuco

Carlo Bosi

Un Alcade

Florent Mbia

Un chirurgien

Hyun Sik Zee

Orchestre et Chœurs de l’Opéra national de Paris

Cheffe des chœurs

Ching-Lien Wu

Direction musicale

Jader Bignamini

Paris, Opéra Bastille, le 15 décembre 2022 à 19h

Le trac légitime dû aux enjeux d’un soir de première étant derrière eux, la plupart des chanteurs se sont révélés bien meilleurs lors de cette seconde représentation de La Force du destin, à moins que ce ne soit l’effet de la présence rayonnante d’Anna Netrebko, remise de ses problèmes de santé, dont la prestation magistrale a certainement stimulé ses collègues, à commencer par Russell Thomas, méconnaissable dès le premier acte qu’il a abordé avec une voix assurée, des aigus solides, émis avec facilité, et une belle détermination face sa partenaire . Au trois, son grand air « O tu che in seno agli angeli », interprété avec un legato mieux maîtrisé et de subtiles nuances, a ému le public qui lui a réservé une belle ovation. Le ténor a également fait preuve d’un investissement théâtral autrement plus convaincant lors de ses scènes avec Ludovic Tézier, notamment le grand duo du quatrième acte « Invano Alvaro ti celasti al mondo ». De son côté, le baryton français qui avait déjà livré une prestation tout à fait remarquable le soir de la première, s’est encore surpassé. son air « Urna fatal » est un modèle de chant verdien. En grande forme vocale, Ludovic Tézier traduit avec finesse dans cette page les atermoiements du personnage face à la tentation de trahir la promesse faite à son ami. Enfin, toute sa scène finale à partir de son arrivée au couvent est absolument impressionnante tant sur un plan théâtral que vocal.


La forza del destino © Charles Duprat / Opéra national de Paris

Ferruccio Furlanetto dont le timbre avait paru blanchi, lundi dernier a retrouvé quelques couleurs cuivrées dans la voix, et un registre grave assuré jusqu’au fa qui conclut son duo avec Leonora au deuxième acte. Il n’est pas jusqu’à Nicola Alaimo qui s’approprie avec davantage d’aisance et une évidente délectation, le personnage truculent et Bougon de Fra Melitone.  

Cette fois, la grande triomphatrice de la soirée, celle que tout le monde attendait, c’est Anna Netrebko dont les moyens n’ont pas paru affectés par la maladie. Dès ses premières notes on est envouté par son timbre capiteux, riche en harmoniques, et son art de varier les couleurs au gré des affects de son personnage. L’ampleur de ses moyens vocaux, en particulier son registre aigu rond et puissant, impressionne tandis que les sons filés dont elle orne son chant, éblouissent. Son deuxième acte est tout à fait hallucinant, La prière « Madre,pietosa Vergine », avec ses redoutables montées dans l’aigu, typiques du style verdien de cette époque, ne semble lui poser aucun problème tout comme le duo avec Padre Guardiano qui lui fait suite où elle se montre tout à tour suppliante, terrorisée et finalement apaisée. Enfin, au quatre, elle livre dans un silence recueilli un « Pace mio Dio » de haute volée, teinté de nostalgie dans sa première partie puis d’une émotion intense dans sa conclusion, au cours duquel elle nous régale d’un magnifique « invan la pace » piano et longuement tenu. Du grand art.

Orchestre et chœurs sont égaux à eux-mêmes, c’est-à-dire excellents. Jader Bignamini parvient à conférer une certaine unité à cette succession de tableaux disparates où le burlesque côtoie le drame. La partition est donnée dans son intégralité sans les coupures d’usage ce qui mérite d’être signalé. Le choix de placer l’ouverture après le premier acte, faisant de celui-ci une sorte de prologue, peut se justifier vu le temps qui s’écoule entre la fuite des amants et la scène de l’auberge.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en quatre actes de Giuseppe Verdi

Livret de Francesco Maria Piave d’après le drame du duc de Rivas Don Álvaro o La fuerza del sino

Créé à Saint-Pétersbourg le 10 novembre 1862 (première version) et à la Scala le 27 février 1869 (version définitive)

Détails

Mise en scène

Jean-Claude Auvray réalisée par Stephen Taylor

Décors

Alain Chambon

Costumes

Maria Chiara Donato

Lumières

Laurent Castaingt

Chorégraphie

Terry John Bates réalisée par Paolo Ferri

Il marchese di Calatrava

James Creswell

Donna Leonora

Anna Netrebko

Don Carlos di Vargas

Ludovic Tézier

Don Alvaro

Russel Thomas

Preziosilla

Elena Maximova

Padre Guardiano

Ferruccio Furlanetto

Fra Melitone

Nicola Alaimo

Curra

Julie Pasturaud

Mastro Trabuco

Carlo Bosi

Un Alcade

Florent Mbia

Un chirurgien

Hyun Sik Zee

Orchestre et Chœurs de l’Opéra national de Paris

Cheffe des chœurs

Ching-Lien Wu

Direction musicale

Jader Bignamini

Paris, Opéra Bastille, le 15 décembre 2022 à 19h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

A l’école de la rue
Yshani PERINPANAYAGAM, Ted HUFFMAN, Margarita POLONSKAYA
Spectacle