Forum Opéra

Lamenti e sospiri – Dijon

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
22 mars 2023
Le baroque chambriste

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Détails

Jacques Arcadelt (1507-1568)
Vostra fui e sarò (1er livre de madrigaux à 4 voix), 1615

Sigismondo d’India (1582-1629)
Ardo, lassa, o non Ardo ?, (Marineo), à deux voix, 1615
“ Mercè ! ” grido piangendo, 1618

Francesco Cavalli (1602-1676)
Dimmi, Amor, che farò ? – Extrait de L’Oristeo, 1651

Sigismondo d’India
Un di soletto, (Chiabrera), 1609

Piangono al pianger mio, (Rinuccini), 1609
Odi quel Rosignolo, (Bracciolini)

Dario Castello (1602-1631)
Sonate (pièce instrumentale)

Sigismondo d’India
Voi che ascoltate in rime sparse (Petrarca), 1618
Io viddi in terra angelici costumi, (Petraca), 1609
Là tra ‘l sangue e le morti, (Petrarca), 1609
Pallidetta qual viola Mentre che ‘l cor, (Ferranti), 1621

Mentre ch’il cor, (Petrarca), 1621
Su su prendi la cetra o Pastore, à 2 voix, 1615

 

Mariana Florès et Julie Roset, sopranos

Cappella Mediterranea

Direction musicale

Leonardo García Alarcón

 

Opéra de Dijon, Grand-Théâtre, 19 mars 2023, 17 h

Le Grand-Théâtre de Dijon se prête merveilleusement à la musique baroque et ses proportions comme son acoustique s’accordent tout particulièrement au programme de ce soir. Les voix, et même les instruments se prêteront ponctuellement à une spatialisation, voire à des déambulations, qui auront le mérite de rapprocher encore un peu plus les interprètes d’un public sous le charme, au sens fort du terme.


© DR

Le programme s’ouvre sur un madrigal du premier livre d’Arcadelt (2). Donné instrumentalement, uniquement en cordes pincées de nos cinq instrumentistes, c’est un régal, avant que les voix de Mariana Florès et de Julie Roset se fassent entendre de la salle. Le ton est donné : intimiste, sensible, poétique. Outre nos deux chanteuses, ils sont cinq : Leonardo García Alarcón dirige depuis sa banquette qui lui permet de jouer du positif, de l’épinette, voire des deux, Marie Bournisien est à la harpe, Mónica Pustilnik joue de l’archiluth comme de la guitare, Quito Gato du théorbe, de la guitare, et de la percussion, quant à Margaux Blanchard elle tient la partie de viole de gambe. La fine équipe au cœur de la Cappella Mediterranea, plus solidaire que jamais, engagée autour de leur chef au charisme exceptionnel.

Au centre du programme, Sigismondo d’India, dont l’œuvre correspond à la transition entre la Renaissance et le baroque. En 2021, Les musiciens de ce soir en avaient enregistré des chansons à une et deux voix. Charles Sigel avait alors rendu compte des deux CD. La dizaine de pièces que nous écouterons, en trois parties, séparées par un air de Cavalli et une pièce instrumentale de Castello, reflète une grande variété d’inspiration, sur d’excellents poèmes de Pétrarque, du Tasse et d’autres. De surcroît, le renouvellement des accompagnements instrumentaux, allant du tutti à deux guitares (Palidetta qual viola) suscite une attention permanente, où le bonheur et l’émotion se conjuguent. Les voix, quasi mimétiques tant leur communion est constante, y sont un parfait régal. Elles sont si familières qu’on fera l’économie de leur description. Contentons-nous de souligner leur art de la narration, l’engagement dramatique, et, surtout la  maîtrise d’une ornementation subtile, discrète, qui illumine la ligne – on serait tenté d’écrire « enlumine ». Pour ne retenir que deux exemples, il y a un monde entre la délicieuse pastourelle (« Un di soletto ») que narre Julie Roset avec fraîcheur et allant, et la gravité comme la force du « Piangono alpianger moi le fere… » qui suit, confiée à Mariana Florès, dont le chant est ponctué par les accents instrumentaux douloureux. Les deux voix sont réunies dans le « Su, su, prendi la cetra, o Pastore », élégiaque et savoureux. Le bonheur des interprètes est manifeste et communicatif. Le public, captivé, réserve ses chaleureuses acclamations à nos sept solistes, et quatre généreux bis le récompenseront.

(1) Dont on se souvient de la version que Leonardo García Alarcón réalisa, en 2018, dans une toute autre configuration, même si la majeure partie des interprètes d’aujourd’hui en étaient.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Jacques Arcadelt (1507-1568)
Vostra fui e sarò (1er livre de madrigaux à 4 voix), 1615

Sigismondo d’India (1582-1629)
Ardo, lassa, o non Ardo ?, (Marineo), à deux voix, 1615
“ Mercè ! ” grido piangendo, 1618

Francesco Cavalli (1602-1676)
Dimmi, Amor, che farò ? – Extrait de L’Oristeo, 1651

Sigismondo d’India
Un di soletto, (Chiabrera), 1609

Piangono al pianger mio, (Rinuccini), 1609
Odi quel Rosignolo, (Bracciolini)

Dario Castello (1602-1631)
Sonate (pièce instrumentale)

Sigismondo d’India
Voi che ascoltate in rime sparse (Petrarca), 1618
Io viddi in terra angelici costumi, (Petraca), 1609
Là tra ‘l sangue e le morti, (Petrarca), 1609
Pallidetta qual viola Mentre che ‘l cor, (Ferranti), 1621

Mentre ch’il cor, (Petrarca), 1621
Su su prendi la cetra o Pastore, à 2 voix, 1615

 

Mariana Florès et Julie Roset, sopranos

Cappella Mediterranea

Direction musicale

Leonardo García Alarcón

 

Opéra de Dijon, Grand-Théâtre, 19 mars 2023, 17 h

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

« Par Toutatis », tout sur Atys !
LivreSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Chi va piano, va sano ?
Thomas BLONDELLE, Stefan HERHEIM, Donald RUNNICLES
Spectacle