Forum Opéra

LECOCQ, La Fille de Madame Angot – Paris (Opéra Comique)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
29 septembre 2023
Trop de pas grand’chose et pas assez de rien du tout

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Opéra comique en 3 actes

Musique de Charles Lecocq

Livret de Clairville, Paul Siraudin, Victor Koning

Créé au théâtre des Fantaisies Parisiennes de Bruxelles le 4 décembre 1872, puis à Paris aux Folies Dramatiques le 21 février 1873.

Détails

Mise en scène
Richard Brunel
Dramaturgie
Catherine Ailloud-Nicolas
Décors et costumes
Bruno de Lavenère
Lumières
Laurent Castaingt
Chorégraphie
Maxime Thomas

Clairette Angot
Hélène Guilmette
Mademoiselle Lange
Véronique Gens
Pomponnet
Pierre Derhet
Ange Pitou
Julien Behr
Larivaudière
Matthieu Lécroart
Hersilie
Floriane Derthe
Amarante
Ludmilla Bouakkaz
Louchard
Antoine Foulon
Trénitz / Un incroyable
Geoffrey Carey
Cadet / Un Officier / Buteux / Guillaume (Phrases parlées)
Matthieu Walendzik
Buteux (Phrases chantées)
François Pardailhe

Orchestre de chambre de Paris
Le Concert spirituel
Direction musicale
Hervé Niquet

Paris, Opéra Comique, mercredi 27 mars, 20h

Quelle célimène délicate et chatouilleuse que l’opérette ! La traiter avec insuffisamment d’égard peut la discréditer ; lui accorder trop d’attention n’est pas davantage lui rendre service. Pour preuve, La Fille de Madame Angot à l’Opéra Comique jusqu’au 5 octobre, puis à Nice, Avignon et Lyon les saisons prochaines. Dans un de nos meilleurs théâtres lyriques, avec des moyens dignes d’une grande production, le choix d’un metteur en scène reconnu et de gosiers rompus à des répertoires autrement exigeants ne suffit pas à avaliser le retour du chef d’œuvre de Charles Lecocq Salle Favart après 85 ans d’absence.

Au risque de se répéter, est-il obligatoire d’user de la transposition pour aider le public d’aujourd’hui à mieux appréhender les ouvrages d’hier ? Aidée par la musique, la mise en scène de Richard Brunel parvient à stimuler une intrigue privée de ressorts. Mais un décalage immédiat s’installe entre la représentation de l’action aux heures les plus chaudes de mai 1968, et le livret, si ancré dans le Directoire qu’il multiplie les références à cette période et en convoque plusieurs figures historiques – Pitou, Lange… Qu’à la fin du XVIIIe comme du XXe siècle, la révolte gronde ne rend pas moins incongrue la présence d’un poète royaliste dans un atelier d’assemblage de carrosserie. Sous les pavés, la plage ; sur les grilles de l’usine, des banderoles noircies de slogans. Une tournette favorise le passage de l’aciérie vers le salon de Mlle Lange, devenu salle de cinéma. Le duo des retrouvailles, « Jours fortunés de notre enfance », donne lieu à une parodie des Demoiselles de Rochefort qui forme le numéro plus abouti de la soirée. Las, les gradins des salles obscures s’avèrent peu propices à la valse supposée dissimuler les manigances des conspirateurs. On ne nous fera pas prendre des vessies pour des lanternes, des baisers pour des pas de danse et de Gaulle pour Barras. Quelques huées sanctionnent le parti pris au moment des saluts.

© Jean-Louis Fernandez

A l’époque de Lecocq, « les chanteuses assuraient le succès des productions tandis que les chanteurs décevaient régulièrement », explique Alexandre Dratwicki dans le programme – très complet, comme toujours à l’Opéra Comique. Les temps ont changé. Hélène Guilmette et Véronique Gens doivent s’incliner devant leurs partenaires masculins. La première crayonne une Clairette en mal de brio, de clarté et de cette fraicheur consubstantielle aux jeunes filles en fleur de l’opérette. Mlle Lange contraint la seconde à d’inconfortables efforts de projection, comme si le rôle ne tombait pas dans sa voix. Devoir lire les surtitres pour ne pas perdre un mot du texte chanté est un comble s’agissant d’une interprète émérite de la tragédie lyrique et de la mélodie. Julien Behr porterait beau en Ange Pitou si l’émission trop en arrière n’atténuait l’éclat du séducteur et ne le rendait lui aussi difficile à comprendre. Ce sont finalement les seconds rôles qui tirent leur épingle du jeu : Ludmilla Bouakkaz en Amarante gouailleuse bien que là encore il faille s’accrocher aux surtitres pour goûter la « légende de la mère Angot » ; Matthieu Lécroart dont le baryton timbré évite le piège de la caricature, digne dans les situations les plus embarrassantes, inquiétant dès qu’il retrouve un semblant d’autorité, amusant au 3e acte dans le duo très applaudi « des deux forts » ; et en tête de peloton, Pierre Derhet, Pomponnet toujours intelligible, d’une aisance vocale et scénique remarquable, jusque dans la romance du 2e acte, coupée lors de la création car jugée trop difficile, usant à propos de la voix mixte pour diaprer de sentiments un personnage sinon ridicule.

Les artistes du Concert Spirituel mettent à profit leur connaissance du répertoire français du XVIIIe siècle pour anoblir chacune des interventions chorales. Avec le concours de l’Orchestre de chambre de Paris, Hervé Niquet professe sa foi en la musique de Lecocq. La légèreté de sa direction, sa fantaisie dénuée d’insolence, n’excluent pas le respect porté à la partition pour atteindre au bout du compte l’équilibre recherché entre le trop et le pas assez.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra comique en 3 actes

Musique de Charles Lecocq

Livret de Clairville, Paul Siraudin, Victor Koning

Créé au théâtre des Fantaisies Parisiennes de Bruxelles le 4 décembre 1872, puis à Paris aux Folies Dramatiques le 21 février 1873.

Détails

Mise en scène
Richard Brunel
Dramaturgie
Catherine Ailloud-Nicolas
Décors et costumes
Bruno de Lavenère
Lumières
Laurent Castaingt
Chorégraphie
Maxime Thomas

Clairette Angot
Hélène Guilmette
Mademoiselle Lange
Véronique Gens
Pomponnet
Pierre Derhet
Ange Pitou
Julien Behr
Larivaudière
Matthieu Lécroart
Hersilie
Floriane Derthe
Amarante
Ludmilla Bouakkaz
Louchard
Antoine Foulon
Trénitz / Un incroyable
Geoffrey Carey
Cadet / Un Officier / Buteux / Guillaume (Phrases parlées)
Matthieu Walendzik
Buteux (Phrases chantées)
François Pardailhe

Orchestre de chambre de Paris
Le Concert spirituel
Direction musicale
Hervé Niquet

Paris, Opéra Comique, mercredi 27 mars, 20h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

La guerre à mort
Emmanuelle HAÏM, Corinne WINTERS, Florian SEMPEY
Spectacle
Chaleur d’Il Tamerlano pour une nuit fraîche
Filippo MINECCIA, Ottavio DANTONE, Bruno TADDIA
Spectacle