Forum Opéra

Mélodies françaises — Montpellier

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
15 juin 2013
L’élégance au naturel

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Détails

Mélodies françaises

Véronique Gens, soprano
Susan Manoff, piano

Gabriel Fauré
Le papillon et la fleur – Au bord de l’eau – Après un rêve
Les berceaux – Lydia – Mandoline

Henri Duparc
Invitation au voyage – Romance de Mignon – Chanson triste

Claude Debussy
Fleur des blés – Nuit d’étoiles

Ernest Chausson
Les papillons – Le colibri – Le temps des lilas – La chanson bien douce

Reynaldo Hahn
Quand je fus prise au pavillon – Trois jours de vendange – Lydé
Tyndaris – Pholoe – a Chloris – Le printemps

Montpellier, Opéra-Comédie, samedi 15 juin à 20 heures

 

Il y a un mystère Véronique Gens. Quand elle entre en scène, avec ce naturel qui allie la réserve et la dignité, elle se place d’emblée à une hauteur aristocratique d’où son art ne redescendra pas. Ses tenues mêmes, tunique noire qui irait à une tragédienne ou robe ivoire au chaste corsage, en disent long sur une personnalité qui se refuse – quand son physique le lui permettrait – à jouer le jeu du glamour. C’est sur sa maîtrise de musicienne et sur sa sensibilité d’interprète qu’elle a bâti sa carrière. Mais il est frappant de constater à quel point sa présence physique contribue puissamment à l’effet de son chant, car la voix de ce corps en exprime toute la fermeté, toute la vie palpitante. On est ainsi témoin d’une prestation impossible, d’une exhibition qui refuse l’exhibitionnisme. Cette performance paradoxale, Véronique Gens l’accomplit sans le moindre faux pas, en virtuose raffinée et confirmée. Quand la ligne en impose et tient à distance, les tremblements de sa voix imitent l’intimité, mais si l’on prend ses murmures pour des confidences, elle ne cède jamais à l’épanchement, car elle se prête au spectacle, mais ne s’abandonne pas au public. La voir et l’entendre est donc un spectacle qui relève du supplice chinois, tout ensemble suscitant et frustrant le désir !

Que rêver de mieux pour ce programme de mélodies françaises, elles-mêmes quintessence d’un art de clarté, de séduction et de concision, avec ce que cette dernière notion implique de renoncement ? On oubliera donc quelques aigus aux limites qui compromettent la netteté du texte dans les premiers Fauré pour se repaître de l’ampleur, de la souplesse, du moelleux d’un velours exactement coupé, dont la tombée souligne la ligne sculpturale et pourtant frémissante d’une diction qui n’est plus à vanter. Parfaitement secondée, on s’en doute, par l’experte Susan Manoff, partenaire de maints chanteurs dans ce répertoire, Véronique Gens cisèle sans le moindre alanguissement complaisant Duparc, Debussy et Chausson, avant la série exquise de Reynaldo Hahn. Piani, sons diminués et messa di voce, la gamme entière de la virtuosité vocale concourt à la lumineuse expressivité. Au public conquis les deux artistes accordent deux bis, « Les roses d’Ispahan », mélodie de Fauré, et « Les chemins de l’amour », donnant à la caressante mélodie de Poulenc une sensualité capiteuse. Alors, le devoir accompli, elles remercient d’un sourire où transparaît l’enfant qui vit toujours en elles. Ce n’est pas la moindre des grâces de ce concert.
.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Mélodies françaises

Véronique Gens, soprano
Susan Manoff, piano

Gabriel Fauré
Le papillon et la fleur – Au bord de l’eau – Après un rêve
Les berceaux – Lydia – Mandoline

Henri Duparc
Invitation au voyage – Romance de Mignon – Chanson triste

Claude Debussy
Fleur des blés – Nuit d’étoiles

Ernest Chausson
Les papillons – Le colibri – Le temps des lilas – La chanson bien douce

Reynaldo Hahn
Quand je fus prise au pavillon – Trois jours de vendange – Lydé
Tyndaris – Pholoe – a Chloris – Le printemps

Montpellier, Opéra-Comédie, samedi 15 juin à 20 heures

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Merci de l’avoir réveillé !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

La revanche de Don Ottavio
Bogdan VOLKOV, Marc MINKOWSKI, Vincent HUGUET
Spectacle