Forum Opéra

MéChat-morphose, à Dijon — Dijon

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
8 novembre 2017
A courir deux lièvres…

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Coproduction Cité de la Voix de Vézelay, Opéra du Grand Avignon, Opéra de Dijon, Opéra de Rennes, Scène de Pays dans les Mauges, Théâtre de Caen

Détails

Jean-Baptiste Morin : Don Quichotte

André Campra : Les Femmes

Louis-Nicolas Clérambault : Pygmalion

entrelardées de pièces instrumentales des précédents et d’autres compositeurs (François Couperin, Antonio de Cabezon, Marin Marais, Marc-Antoine Charpentier, Jean-Baptiste Lully et Louis-Antoine Dornel)

François Couperin : Ouverture de l’Espagnole (des Nations);

Jean-Baptiste Morin : Fanfare, de la Chasse du cerf;

Antonio de Cabezón : Diferencia sobre el canto del Caballeros;

Jean-Baptiste Morin : Don Quichotte, air «Ouvrez-vous sombres précipices»;

Marin Marais : Plainte de la Quatrième suite;

Jean-Baptiste Morin : Don Quichotte, air espagnol, mort de Don Quichotte, Tombeau;

Marc-Antoine Charpentier : Chaconne H.529;

Jean-Baptiste Lully : Air en trio sur Les folies d’Espagne;

André Campra : Les Femmes, deux airs (La coquette, «Ah ! qu’un coeur est malheureux»)

Louis-Nicolas Clérambault : Prélude de la cantate Médée;

André Campra : Les Femmes, air «Fils de la nuit»;

Marc-Antoine Charpentier : Chaconne H.529;

François Couperin : Prélude du Concert royal n°2;

Marin Marais : Gavotte en rondeau, double, gigue, symphonie de la Troisième suite des pièces en trio;

Louis-Nicolas Clérambault : Pygmalion (premier récit, air, récit et air);

Louis-Antoine Dornel : Marche des Evaporés, Les Turlupins, extraits du Concert Calotin.

Conception

Héloïse Gaillard et Tami Troman

Mise en scène et adaptation des textes

Tami Troman

Lumières

Nathalie Perrier

Sculpture et regard artistique

Delphine Sainte-Marie

Costumes

Alain Blanchot

Chorégraphie

Bruno Benne

Baryton

Benoît Arnould

Mime – Comédien

Jean-Paul Mura

Directrice artistique, haitbois baroque et flûtes à bec

Héloïse Gaillard

Violon

Marie Rouquié

Violoncelle

Annabelle Luis

Chef de chant et clavecin

Violaine Cochard

Dijon, Auditorium, 8 novembre 2017

Héloïse Gaillard et son ensemble Amarillis nous avaient déjà favorablement impressionné par leurs deux cantates de Rameau (Orphée, et Le berger fidèle). Le pasticcio est de mode. S’il est le moyen de faire connaître des pièces rarement jouées, c’est aussi un piège : celui de la cohérence dramatique. Le titre singulier de cette production fait référence au choix d’une dramaturgie confiant à un comédien – chat botté –  le soin de lier les trois cantates par une narration rondement menée. Le spectacle s’adresse tout d’abord aux jeunes, étrangers au monde baroque, quand ce n’est pas à celui de la musique. Les parents sont bienvenus, comme les amateurs de musique française du Grand Siècle. Les musiciennes, groupées côté cour, cèdent l’essentiel du plateau au comédien et au chanteur. Totalement nu, neutre, en dehors de la présence du clavecin et des pupitres, l’espace va se colorer et se meubler de quelques accessoires plus cocasses les uns que les autres, œuvre de Delphine Sainte-Marie. Auparavant, le comédien-chat aura traversé le fond de scène à vive allure, sur sa trotinette, puis invité les musiciennes à prendre des couleurs et à se changer, en coulisse bien sûr. Le beau prélude de l’Espagnole (des Nations, de Couperin), doublement réduit au clavecin et en guise de musique d’ameublement, nous pose problème. Autant l’attention du jeune public se focalise sur le jeu du comédien, autant celle du mélomane se trouve-t-elle perturbée par l’animation comique et le propos du chat botté. Le malaise n’est que passager, et s’estompera progressivement jusqu’à ce que la direction d’acteur du Pygmalion final nous réconcilie avec le genre.

La cantate française reste peu explorée, malgré son extraordinaire vogue durant trois décennies, au début du XVIIIe siècle, Le Mercure de France nous rappelle qu’ en novembre 1714 elle « inonde tout Paris », détournant le grand public des tragédies lyriques de Lully. La forme la plus courante correspond à la succession de 3 récitatifs et de trois airs. Même si elles ne sont pas restituées dans leur intégralité, ni dans leur continuité, c’est un beau projet que celui-ci. Des dix-huit cantates de Morin, Don Quichotte (1712) est la plus connue, gravée dès 1966. Amarillis lui rend sa verve, son ironie, sa sensibilité. L’illustration qu’en donnent le comédien et le chanteur fait sourire (et rire les plus jeunes). Le jeu des musiciennes conduites par Héloïse Gaillard séduit. Quel que soit l’instrument dont cette dernière se saisisse (hautbois baroque, flûtes à bec), l’émotion est là. Ses complices ne sont pas en reste et leur ensemble, parfaitement équilibré, relève d’une écoute chambriste. Le choix des pièces instrumentales s’avère judicieux et l’on savoure telle plainte ou telle chaconne. Les pièces en trio de Marin Marais nous ravissent.  Benoît Arnould semble fatigué (après une première représentation quelques heures auparavant). La voix est belle, bien timbrée, mais les graves font défaut, et la puissance…baroque.

De Campra, la dernière cantate de son premier livre (1708), les Femmes, que grava Gérard Souzay dès les années 60. Dans cette interprétation quelque peu parasitée par la comédie qui se joue simultanément, difficile de percevoir le raffinement  la sensualité, voire la luxure. La magnifique aria  « Fils de la nuit », da capo, spectaculaire, est normalement introduite par un « sommeil » très doux, d’une grande richesse harmonique. Pourquoi lui avoir substitué le prélude de la Médée de Clérambault ? Pygmalion, l’une des 25 cantates de Clérambault, est donnée de façon plus continue, pratiquement sans superposition de textes comiques ajoutés, le mime suffisant. Le baryton y retrouve ses moyens et son aisance.  Les évolutions finales, dansées sur des musiques de Dornel permettent de conclure sur une note réjouissante. La promesse d’un « spectacle total qui allie sculpture, théâtre, musique et danse » n’est que partiellement tenue.  Le jeune public sort ravi avant tout par l’aspect visuel, les lumières, les costumes, et par le jeu du comédien. Réjouissant autant que frustrant.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Coproduction Cité de la Voix de Vézelay, Opéra du Grand Avignon, Opéra de Dijon, Opéra de Rennes, Scène de Pays dans les Mauges, Théâtre de Caen

Détails

Jean-Baptiste Morin : Don Quichotte

André Campra : Les Femmes

Louis-Nicolas Clérambault : Pygmalion

entrelardées de pièces instrumentales des précédents et d’autres compositeurs (François Couperin, Antonio de Cabezon, Marin Marais, Marc-Antoine Charpentier, Jean-Baptiste Lully et Louis-Antoine Dornel)

François Couperin : Ouverture de l’Espagnole (des Nations);

Jean-Baptiste Morin : Fanfare, de la Chasse du cerf;

Antonio de Cabezón : Diferencia sobre el canto del Caballeros;

Jean-Baptiste Morin : Don Quichotte, air «Ouvrez-vous sombres précipices»;

Marin Marais : Plainte de la Quatrième suite;

Jean-Baptiste Morin : Don Quichotte, air espagnol, mort de Don Quichotte, Tombeau;

Marc-Antoine Charpentier : Chaconne H.529;

Jean-Baptiste Lully : Air en trio sur Les folies d’Espagne;

André Campra : Les Femmes, deux airs (La coquette, «Ah ! qu’un coeur est malheureux»)

Louis-Nicolas Clérambault : Prélude de la cantate Médée;

André Campra : Les Femmes, air «Fils de la nuit»;

Marc-Antoine Charpentier : Chaconne H.529;

François Couperin : Prélude du Concert royal n°2;

Marin Marais : Gavotte en rondeau, double, gigue, symphonie de la Troisième suite des pièces en trio;

Louis-Nicolas Clérambault : Pygmalion (premier récit, air, récit et air);

Louis-Antoine Dornel : Marche des Evaporés, Les Turlupins, extraits du Concert Calotin.

Conception

Héloïse Gaillard et Tami Troman

Mise en scène et adaptation des textes

Tami Troman

Lumières

Nathalie Perrier

Sculpture et regard artistique

Delphine Sainte-Marie

Costumes

Alain Blanchot

Chorégraphie

Bruno Benne

Baryton

Benoît Arnould

Mime – Comédien

Jean-Paul Mura

Directrice artistique, haitbois baroque et flûtes à bec

Héloïse Gaillard

Violon

Marie Rouquié

Violoncelle

Annabelle Luis

Chef de chant et clavecin

Violaine Cochard

Dijon, Auditorium, 8 novembre 2017

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Qui trop embrasse…
Susanna MÄLKKI, Huw MONTAGUE RENDALL, Chiara SKERATH
Spectacle
Chaleur d’Il Tamerlano pour une nuit fraîche
Filippo MINECCIA, Ottavio DANTONE, Bruno TADDIA
Spectacle