Forum Opéra

Récital — Paris (TCE)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
16 janvier 2011
Miraculeux !

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Détails

Thomas Hampson, baryton
Wolfram Rieger, piano
Franz Schubert (1797-1828)
Lieder sur des textes de Heinrich Heine, extraits du Schwanengesang D957 :
Der Atlas
Ihr Bild
Das Fischermädchen
Die Stadt
Am Meer
Der Doppelgänger
Samuel Barber (1910-1981)
Night Wanderers (texte de William Henry Davies)
A Green Lowland of Pianos (texte de Czeslaw Milosz d’après Jerzy Harasymowicz)
Solitary Hotel op. 41 n° 4 (texte de James Joyce)
Nocturne op. 13 (texte de Frederic Prokosch)
Three Songs op. 10 (textes de James Joyce) :
Rain has fallen
Sleep now
I hear an army
Entracte
Gustav Mahler (1860-1911)
Kindertotenlieder (textes de Friedrich Rückert) :
Nun will die Sonn’ so hell aufgehn
Nun seh’ ich wohl, warum so dunkle Flammen
Wenn dein Mütterlein
Oft denk’ ich, sie sind nur ausgegangen
In diesem Wetter, in diesem Braus
Bis :
Gustav Mahler
Erinnerung
(extrait des Lieder und Gesänge aus der Jugendzeit)
Ich atmet’ einen linden Duft
Blicke mir nicht in die Lieder
(extraits des Rückert-Lieder)
Paris, Théâtre des Champs-Élysées. Dimanche 16 janvier 2011

Il est de ces récitals d’une perfection sans faille, qui vous tiennent en haleine jusqu’à la dernière note et vous hantent longtemps après les avoir entendus. Celui que Thomas Hampson a proposé ce soir au Théâtre des Champs-Élysées est de ceux-là.

Le programme, remarquablement conçu, est dédié à trois compositeurs familiers du répertoire du baryton américain. En premier lieu, Schubert dont Thomas Hampson avait gravé, notamment, un mémorable Winterreise en 1997 qu’il avait chanté dans la foulée au Châtelet.

Ce soir, son choix s’est porté sur six extraits du Schwanengesang, ceux composés sur des textes de Heinrich Heine. « Der Atlas » qui ouvre le concert donne aussitôt la tonalité d’ensemble de la soirée, Hampson, secondé par son pianiste, en livre une interprétation musclée, tout à la fois virile et désespérée. Les autres Lieder sont à l’avenant et le cycle s’achève avec un « Der Doppelgänger » proprement hallucinant.

 

La soirée se poursuit avec Samuel Barber. On sait les affinités qui lient Thomas Hampson aux musiciens de son pays qu’il s’est plu à faire connaître tant au disque qu’à la scène. De Barber, il propose un panorama de sept songs, échelonnées sur toute la carrière du musicien, parmi lesquelles on relèvera « A green lowland of pianos » extrait d’un recueil composé en 1975, à l’intention de Dietrich Fischer- Dieskau dont Thomas Hampson propose une vision personnelle, d’une grande intensité dramatique, dépourvue de toute afféterie.

Trois mélodies de jeunesse (1936) sur des textes de James Joyce concluent la première partie du concert.

 

La seconde partie est entièrement consacrée à Gustav Mahler dont on célèbre cette année le centenaire de la mort. Thomas Hampson ne pouvait manquer de rendre hommage à ce compositeur à qui il a consacré une part importante de sa carrière depuis près d’un quart de siècle et dont il est considéré comme l’un des meilleurs interprètes actuels. Il avait déjà gravé la version avec piano des Kindertotenlieder, également avec Wolfram Rieger, en 1997. Il est intéressant de constater que, comparée à cet enregistrement, la voix est demeurée intacte, mieux, elle a gagné en profondeur et en intensité dramatique sans perdre les qualités qui la rendent unique : une palette de couleurs infinie, une dynamique parfaitement contrôlée du piano le plus ténu au forte le plus impressionnant avec une maîtrise souveraine de la voix mixte qui fait merveille notamment dans des phrases comme « Wir möchten nah dir bleiben gerne » dans le deuxième Lied.

Par des chemins bien différents, l’interprétation que propose Thomas Hampson de ce cycle se hisse sur des sommets comparables à ceux où l’avait porté jadis Kathleen Ferrier.

Plus qu’un accompagnateur, Wolfram Rieger se révèle un véritable partenaire dont l’osmose avec le chanteur est tout à fait remarquable.

 

Trois bis concluront la soirée, « Erinnerung », une mélodie de jeunesse et deux extraits des Ruckert-Lieder dont le climat plus apaisé met un point final cohérent à ce concert exceptionnel.

 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Thomas Hampson, baryton
Wolfram Rieger, piano
Franz Schubert (1797-1828)
Lieder sur des textes de Heinrich Heine, extraits du Schwanengesang D957 :
Der Atlas
Ihr Bild
Das Fischermädchen
Die Stadt
Am Meer
Der Doppelgänger
Samuel Barber (1910-1981)
Night Wanderers (texte de William Henry Davies)
A Green Lowland of Pianos (texte de Czeslaw Milosz d’après Jerzy Harasymowicz)
Solitary Hotel op. 41 n° 4 (texte de James Joyce)
Nocturne op. 13 (texte de Frederic Prokosch)
Three Songs op. 10 (textes de James Joyce) :
Rain has fallen
Sleep now
I hear an army
Entracte
Gustav Mahler (1860-1911)
Kindertotenlieder (textes de Friedrich Rückert) :
Nun will die Sonn’ so hell aufgehn
Nun seh’ ich wohl, warum so dunkle Flammen
Wenn dein Mütterlein
Oft denk’ ich, sie sind nur ausgegangen
In diesem Wetter, in diesem Braus
Bis :
Gustav Mahler
Erinnerung
(extrait des Lieder und Gesänge aus der Jugendzeit)
Ich atmet’ einen linden Duft
Blicke mir nicht in die Lieder
(extraits des Rückert-Lieder)
Paris, Théâtre des Champs-Élysées. Dimanche 16 janvier 2011
>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Halévy pour la vie
John OSBORN, Ambur BRAID, Henrik NANASI
Spectacle