Forum Opéra

OFFENBACH, Pomme d'Api — Montpellier (Festival)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
12 juillet 2019
À croquer !

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Opérette en un acte, livret de Ludovic Halévy et William Busnach

créée le 4 septembre 1873 au Théâtre de la Renaissance, Paris

révision de Jean Christophe Keck

Détails

Catherine

Hélène Carpentier

Rabastens

Lionel Peintre

Gustave

Sébastien Droy

piano

Anne Pagès

direction musicale

Jean-Christophe Keck

Festival Radio France Occitanie Montpellier

Montpellier, Opéra-Comédie, le 12 juillet 2019, 18 h

De la comptine, supposée chantée par une marchande de fruits, on ne connaît plus guère que le refrain « Pomm’ de reinette et pomm’ d’Api », cette dernière étant un petit fruit dont une face est rouge, c’est aussi le titre d’un remarquable magazine pour enfants. La pomme, ça se croque (« L’homme à la po-o-o…mme, ô ciel ? »). Aussi, louons déjà l’invention des librettistes, pour nous offrir un bijou de drôlerie émue, sans satire, avec une jubilation qui n’est démentie que dans les passages empreints de tendresse.

Jean-Christophe Keck, spécialiste incontesté de l’œuvre de Jacques Offenbach, introduit la production par une présentation bienvenue de ce bijou, rare, qu’il considère à juste titre comme l’un des meilleurs ouvrages en un acte qu’écrivit le compositeur. Ensuite, selon le même procédé que celui qu’il avait mis en œuvre pour Ba-Ta-Clan, ici même, il y a trois ans, il va diriger ses chanteurs et le piano tout en disant les didascalies, comme au bon vieux temps des retransmissions de l’orchestre lyrique de l’ORTF. Le résultat, bien que privé de costumes et de décors, est savoureux et juste. Les huit numéros sont autant de réussites. Le premier permet à Rabastens, viveur et gaillard, de se présenter, autant que d’introduire l’intrigue. La romance navrée de Gustave, qui s’est vu couper les vivres par son oncle s’il ne rompait pas avec Pomme d’Api, précède les couplets de Catherine, la jeune bonne récemment recrutée. C’est alors le célèbre et hilarant trio « va donc chercher le gril », joyeuse parodie loufoque de l’opéra-comique français. Le duo des amoureux séparés, chargé d’émotion juste, nous fait revivre leur liaison. Du rondeau « j’en prendrai un, deux, trois, quatre… », repris en finale après la romance de Gustave qui aboutit à la réconciliation des amoureux, rien n’est superflu.

Rabastens, l’oncle, rentier (ancien fabricant de machines à coudre), « 48 ans, trente-neuf pour les femmes », est un gaillard, « toujours vert ». La bonne chère, comme son appétit insatiable pour les jeunes femmes commandent sa vie. Les côtelettes, accompagnées des pommes de terre qu’épluchera Catherine, le champagne sont de la partie. Pour le camper, ne manque à Lionel Peintre que cette rondeur physique liée à sa gourmandise : car tout est là, de la voix sonore, toujours intelligible, projetée, comme du jeu, exemplaire d’engagement et de vérité. On dit de la créatrice de Catherine, Madame Théo, venue du Café concert, que ses qualités vocales et de comédienne surpassaient celles d’Anna Judic et d’Hortense Schneider. Un nom à retenir : Hélène Carpentier, la jeune soprano, déjà lauréate de nombreux prix, lui prête sa voix et son sens du théâtre pour notre plus grand bonheur. La fraîcheur de l’émission, la finesse du jeu, la drôlerie nous séduisent. Sébastien Droy est Gustave, le neveu. A la création, ce rôle était travesti, confié à Madame Dartaux. Notre ténor a tous les moyens vocaux requis, égalité des registres, projection, couleur. Le jeu est convaincant. Tout juste l’intelligibilité est-elle parfois prise en défaut. Nous ne pouvons qu’adhérer à l’affirmation du programme, qui nous dit que seuls, Mozart, Rossini et Offenbach supportent allègrement la réduction au piano, pour des raisons identiques d’invention mélodique et rythmique. Le jeu d’Anne Pagès, à qui cette dernière est confiée, répond pleinement aux attentes et fait oublier les réalisations orchestrales, y compris celle de Manuel Rosenthal.

Une bouffée d’air frais dans la chaleur de l’été montpellierain.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opérette en un acte, livret de Ludovic Halévy et William Busnach

créée le 4 septembre 1873 au Théâtre de la Renaissance, Paris

révision de Jean Christophe Keck

Détails

Catherine

Hélène Carpentier

Rabastens

Lionel Peintre

Gustave

Sébastien Droy

piano

Anne Pagès

direction musicale

Jean-Christophe Keck

Festival Radio France Occitanie Montpellier

Montpellier, Opéra-Comédie, le 12 juillet 2019, 18 h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Qu’est-il arrivé à Baby Maria ?
Matthew WILD, Karsten JANUSCHKE, Nombulelo YENDE
Spectacle