Forum Opéra

Récital Dmitri Hvorostovsky — Paris (Châtelet)

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
10 novembre 2016
Tout feu tout flamme

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Michail Glinka

« K Molli » (« À Molly »)

« Kal sladko s toboyu mne byt’ » (« Qu’il est doux d’être auprès de toi »)

« Ne govori, chto serdtsu bol’no » (« Ne dis pas que ton cœur s’afflige »)

« Somneniye » (« Le doute »)

« Bolero »

Nikolaï Rimski-Korsakov

« Na Kholmakh Gruzii » (« Sur les collines de Géorgie ») Op. 3 n°4

« O, yesli b ty mogla khot’ na yedinyy mig » (« Oh, si tu pouvais un instant ») Op. 39 n°1

« Drobitsya, i pleshchet » (« Au bord de la mer ») Op. 46 n°1

« Ne veter, veya s vysoty » («Ce n’est pas le vent ») Op. 43 n°2

« Chto v imeni tebe moyem » (« Que t’importe mon nom ? ») Op. 4 n°1

« Zvonche zhavoronka pen’ye » (« L’alouette chante plus fort que jamais ») Op. 43 n°1

Piotr Ilitch Tchaïkovski

« Blagaslavljayu vas, lesa » (« Je vous bénis, forêts ») Op. 47 n°5

« Solovey » (« Le Rossignol ») Op. 60 n°4

« Sred’ shumnogo bala, sluchajno » (« Au milieu d’un bal bruyant ») Op. 38 n°3

« Pervoye svidaniye » (« Première rencontre ») OP.63 n°4

Richard Strauss

« Allerseelen » (« Le Jour des morts ») OP. 10 n°8

« Befreit (« Libérés ») Op.39 n°4

« Zueignung » (« Dédicace ») Op. 10 n°1

« Morgen » (« Demain ») Op. 27 n°4

« Cäcilie » (« Cécile ») Op. 27 n°2

Bis

Giuseppe Verdi

« Vanne … Credo in un dio crudel » (Otello)

Dmitri Hvorostovsky, baryton

Ivari Ilja, piano

Paris, Théâtre du Châtelet, jeudi 10 novembre 2016, 20h

Au début de l’été 2015 la nouvelle était tombée, brutale, Dmitri Hvorostovsky souffrant d’une tumeur au cerveau était contraint d’annuler tous ses engagements jusqu’à l’automne. Aussitôt l’inquiétude s’était emparée de la planète lyrique et en particulier des nombreux admirateurs du baryton russe mais c’était sans compter sur sa solidité et sa force de caractère grâce auxquelles il semble avoir triomphé de la maladie. Dès septembre 2015 il effectuait son grand retour dans Le Trouvère sur la scène du Met ou le public l’a longuement acclamé. Puis, petit à petit, sa carrière a repris son cours normal, de New-York à Vienne en passant par Londres avec une halte à Paris pour un concert unique au Théâtre du Châtelet qui l’avait déjà applaudi  en mai 2012.

Le programme, s’articule autour de mélodies de trois compositeurs russes Glinka, Rimski-Korsakov et Tchaïkovski que complète un bouquet de lieder de Richard Strauss parmi les plus fameux. Le baryton, élégamment vêtu d’une jaquette sombre, peut y déployer toute l’étendue de son art de diseur, alternant la tendresse, la mélancolie, le désespoir ou l’exaltation tout au long de ces textes aux multiples facettes.

Dès le premier air, « À Molly », le timbre de bronze et l’ampleur vocale de Hvorostovsky témoignent qu’il n’a rien perdu de ses moyens. Dommage qu’il se montre avare de nuances dans ces pages de Glinka dont la ligne mélodique s’inspire du bel canto italien. Elles permettent cependant à l’interprète de faire valoir un legato impeccable soutenu par une longueur de souffle infinie notamment dans « Qu’il est doux d’être auprès de toi ». Ce groupe de mélodies s’achève brillamment avec la romance « Bolero », au rythme syncopé, déclaration d’amour sur laquelle plane l’ombre de la mort.

Changement de climat avec Rimski-Korsakov dont les musiques sur des poésies de Pouchkine et Tolstoï sont empreintes d’une mélancolie toute slave que traduit à merveille la voix de Hvorostovsky  aux inflexions baignées de tristesse et de nostalgie. A la gravité morbide de « Que t’importe mon nom » (Pouchkine) s’oppose la légèreté de « L’alouette chante plus fort que jamais » (Tolstoï) qui conclut cette partie sur une note d’espoir. La voix qui s’est chauffée se montre plus ductile et le baryton peut se permettre quelques demi-teintes bienvenues.

La seconde partie s’ouvre sur des pages de Tchaïkovski d’une facture plus complexe qui font la part belle au piano comme « Je vous bénis forêts », dont le texte est de Tolstoï. Hvorostovsky aborde cet hymne vibrant à la nature et à la fraternité avec une ferveur et une opulence vocale remarquables. Dans le « Le Rossignol » sur un poème de Pouchkine, le timbre se fait plaintif pour évoquer la tristesse du narrateur tout comme dans « Au milieu d’un bal bruyant ». La dernière romance, « Première rencontre » est chantée avec une allégresse communicative.

Dans les lieder de Strauss, la voix se déploie librement, ample et bien projetée. « Allerseelen »possède toute la gravité requise,  « Zweinung », chanté avec exaltation, est couronné par un aigu triomphant, « Morgen » finement nuancé, permet au baryton de varier les couleurs sombres de son timbre, enfin « Cäcilie » au rythme plus allant déchaîne l’enthousiasme d’un public qui n’a hélas pas pu s’empêcher d’applaudir à la fin des airs – et même pendant « Morgen » – rompant ainsi l’unité de chaque groupe de mélodies.

Un seul bis pour terminer, le « Credo » de Iago, comme en 2012, chanté tout en force, sans la moindre subtilité, galvanise cependant l’auditoire.

Au piano le fidèle Ivari Ilja dont la complicité de longue date avec le baryton transparaît tout au long de la soirée est un accompagnateur attentif et efficace.     

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Michail Glinka

« K Molli » (« À Molly »)

« Kal sladko s toboyu mne byt’ » (« Qu’il est doux d’être auprès de toi »)

« Ne govori, chto serdtsu bol’no » (« Ne dis pas que ton cœur s’afflige »)

« Somneniye » (« Le doute »)

« Bolero »

Nikolaï Rimski-Korsakov

« Na Kholmakh Gruzii » (« Sur les collines de Géorgie ») Op. 3 n°4

« O, yesli b ty mogla khot’ na yedinyy mig » (« Oh, si tu pouvais un instant ») Op. 39 n°1

« Drobitsya, i pleshchet » (« Au bord de la mer ») Op. 46 n°1

« Ne veter, veya s vysoty » («Ce n’est pas le vent ») Op. 43 n°2

« Chto v imeni tebe moyem » (« Que t’importe mon nom ? ») Op. 4 n°1

« Zvonche zhavoronka pen’ye » (« L’alouette chante plus fort que jamais ») Op. 43 n°1

Piotr Ilitch Tchaïkovski

« Blagaslavljayu vas, lesa » (« Je vous bénis, forêts ») Op. 47 n°5

« Solovey » (« Le Rossignol ») Op. 60 n°4

« Sred’ shumnogo bala, sluchajno » (« Au milieu d’un bal bruyant ») Op. 38 n°3

« Pervoye svidaniye » (« Première rencontre ») OP.63 n°4

Richard Strauss

« Allerseelen » (« Le Jour des morts ») OP. 10 n°8

« Befreit (« Libérés ») Op.39 n°4

« Zueignung » (« Dédicace ») Op. 10 n°1

« Morgen » (« Demain ») Op. 27 n°4

« Cäcilie » (« Cécile ») Op. 27 n°2

Bis

Giuseppe Verdi

« Vanne … Credo in un dio crudel » (Otello)

Dmitri Hvorostovsky, baryton

Ivari Ilja, piano

Paris, Théâtre du Châtelet, jeudi 10 novembre 2016, 20h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Une clé pour le Paradis ?
José Miguel PÉREZ-SIERRA, Antonino FOGLIANI
Spectacle