Forum Opéra

Récital Maïlys de Villoutreys & Clara Izambert-Jarry – Paris (Grévin)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
7 décembre 2023
Mélodies en cent sols

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Sophie Gail (1775-1819)
Tyrolienne : Celui qui sut toucher mon coeur
L’attente
Je sais bien que la jeunesse
Scène des Champs-Elysées – thème & variations improvisées pour harpe seule
N’est-ce pas d’elle
Il faut mourir
L’heure du soir
Air du Chanoine à Milan
Bolléros
Mon cher Frontin

W. A. Mozart (1756-1791)
An Chloe K. 524
Cette épingle, qui l’a vue ? air de Barberine dans Les Noces de Figaro (1786)
Abendempfindung an Laura K. 523
Oiseaux si tous les ans K. 307

Franz Schubert (1797-1828)
An die Musik D. 547
Klagelied D. 23
Gretchen am Spinnrade
Danses choisies pour harpe seule – extrait de Deutsche Tänze & 2 Ecossaisen D. 783
Valses sentimentales D. 779

Theresia Demar (1786-1858)
Fandango & Landon portugais varié – pour harpe seule

Maïlys de Villoutreys, soprano
Clara Izambert-Jarry, harpe

Paris, Musée Grévin, 4 décembre 2023, 20h30

Après un beau CD, Romances d’Empire, paru en octobre 2022 sous le label Château de Versailles Spectacles, voici la tournée mais avec un programme sensiblement modifié quoique encore principalement consacré à la compositrice Sophie Gail. A l’origine de cette notable redécouverte, la soprano Maïlys de Villoutreys et la harpiste Clara Izambert-Jarry poursuivent leur tour d’Europe et se sont posées le temps d’un joli récital dans l’écrin du petit théâtre du Musée Grévin.

Sophie Gail mena donc à l’époque du Directoire et de l’Empire une brillante carrière de cantatrice, pianiste et compositrice d’opéras et de romances, lesquelles formes lyriques connurent leur apogée à la même époque. Femme libre (divorcée) devant gagner sa vie, la jeune femme voyage avec ses compositions en Europe. Elle publie ses premières romances en 1790 et rapidement ces courtes pièces exaltant en vers et en strophes divers sentiments sont reprises dans tous les salons à la mode et particuliers.

A la place du piano initial s’impose facilement la harpe historique (du facteur George Blaicher) diligente ou aérienne de Clara Izambert-Jarry accompagnant (en révélant leurs arrière-plans atmosphériques) les mélodies interprétées par la délicieuse Maïlys de Villoutreys, au timbre à la fois cendré et cristallin, sans défaut. Calibrant selon les airs le flux sonore, elle charme par son chant virtuose aux lignes pures, aux effets dynamiques subtils pour exprimer la fièvre de l’amoureuse (« L’attente »), la mélancolie de la femme mûre qui n’a plus droit qu’à l’amitié (« Je sais bien que la jeunesse ») ou la sensibilité romantique de la femme déçue par son destin (« Il faut mourir »). L’agilité est toujours au rendez-vous (quoique parfois certains mots nous aient échappé) dans le marivaudage (« Mon cher Frontin ») comme dans l’espagnolade (« Bolleros »).

Dans ce programme sont intercalés des lieder de Mozart et Schubert, dont l’esthétique germanique se marie ici très simplement au goût français. Le public a la joie de réentendre entre autres, le plutôt rare lied de la Marguerite au rouet (« Gretchen am Spinrade ») schubertienne au phrasé ici toujours impeccable et l’émouvant « An die Musik » plus connu.
En mozartienne accomplie, la soprano nous offre aussi un superbe air de Barberine (en français). La panique argentine de la jeune fille déplorant peut-être sa virginité perdue est finement rendue. La brillante vocalité de Maïlys de Villoutreys rend tout à fait justice aux pièces choisies, que l’intimité du duo avec la harpe hisse aux cimes de la sensualité et du sentiment noble.

Dans les intermèdes purement instrumentaux dédiés à la harpe, chacun peut secrètement applaudir au jeu superlatif, coloré et stylé de Clara Izambert-Jarry. Cette disciple de Marielle Nordmann et fondatrice du Trio Dauphine ravit aussi quand elle accompagne au chant la soprano pour le bis, un beau nocturne de Sophie Gail, « La Nuit » – une compositrice décidément remarquable, magnifiquement défendue par les deux artistes.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Sophie Gail (1775-1819)
Tyrolienne : Celui qui sut toucher mon coeur
L’attente
Je sais bien que la jeunesse
Scène des Champs-Elysées – thème & variations improvisées pour harpe seule
N’est-ce pas d’elle
Il faut mourir
L’heure du soir
Air du Chanoine à Milan
Bolléros
Mon cher Frontin

W. A. Mozart (1756-1791)
An Chloe K. 524
Cette épingle, qui l’a vue ? air de Barberine dans Les Noces de Figaro (1786)
Abendempfindung an Laura K. 523
Oiseaux si tous les ans K. 307

Franz Schubert (1797-1828)
An die Musik D. 547
Klagelied D. 23
Gretchen am Spinnrade
Danses choisies pour harpe seule – extrait de Deutsche Tänze & 2 Ecossaisen D. 783
Valses sentimentales D. 779

Theresia Demar (1786-1858)
Fandango & Landon portugais varié – pour harpe seule

Maïlys de Villoutreys, soprano
Clara Izambert-Jarry, harpe

Paris, Musée Grévin, 4 décembre 2023, 20h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Réjouissante soûlographie
Pietro SPAGNOLI, Carolina LÓPEZ MORENO, Marianna PIZZOLATO
Spectacle