Forum Opéra

LENS, Shell Shock — Bruxelles (La Monnaie)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
23 octobre 2014
Le (beau) cliché érigé en spectacle

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Musique de Nicholas Lens, livret de Nick Cave.

Commande du Théâtre Royal de la Monnaie, créée à Bruxelles le 24 octobre 2014.

Détails

Chorégraphie et Mise en scène

Sidi Larbi Cherkaoui

Collaboration à la mise en scène

Vedjørn Sundby

Décors et vidéo

Eugenio Szwarcer

Costumes

Khanh Le Tanh

Lumières

Willy Cessa

Dramaturgie

Ruth Little

Soprano

Claron McFadden

Mezzo-soprano

Sara Fulgoni

Contratenore

Gerald Thompson

Tenore

Ed Lyon

Basso

Marc S. Doss

Ragazzi Soprani

Gabriel Crozier, Gabriel Kuti, Theo Lally (Trinity Boys Choir, London)

Création et danse

Amilios Arapoglou, Damien Jalet, KazutomiKozuki, Jason Kittelberger, Elias Lazaridis, Johnny Lloyd, Guro Nagelhus Schia, Nemo Oeghoede, Shintaro Oue, Ira Mandela Siobhan

Orchestre symphonique et chœur de la Monnaie

Chef des chœurs

Martino Faggiani

Direction musicale

Koen Kessels

Bruxelles, Théâtre Royal de la Monnaie, jeudi 23 octobre 2014 à 20h (avant première).

Création très attendue, ce Shell Shock est la contribution que La Monnaie a voulu offrir à son public à l’occasion de la célébration du centenaire de la première guerre mondiale. Shell shock désigne en anglais la psychose traumatique extrême subie par les soldats exposés au feu, qui se traduit par divers symptômes tels la perte d’équilibre, l’impossibilité de marcher, des mouvements compulsifs incontrôlables conduisant à des contorsions douloureuses, sans parler de maintes phobies.

Sous la forme d’une cantate chorégraphiée – l’œuvre est sous-titrée Requiem of WarShell Shock est basée sur une suite de douze cantiques, consacrés chacun à une catégorie de victimes de la guerre, les soldats coloniaux, les mères, les orphelins, les rescapés, les infirmières, les déserteurs etc…

Dus à la plume de l’Australien Nick Cave – que l’on connaît surtout comme compositeur de chansons rock au travers de groupes comme The Boys Next Door ou les Bad Seeds –, ces textes en anglais prennent souvent des formes incantatoires, volontiers déclamatoires et s’attachent, parfois avec émotion, à décrire la détresse, la colère, la nostalgie du temps d’avant. Pas de dialogue, pas de construction dramatique, mais une juxtaposition d’expériences plus ou moins incarnées, sous la forme de narrations ou de complaintes, dans une langue dénuée de tout artifice.

Sur le plan musical, la partition due au compositeur belge Nicholas Lens est d’un abord facile, toujours lyrique et suit d’assez près le texte, avec de nombreuses structures en couplets et refrains. L’orchestration est sobre, voire simpliste, tapis de cordes avec ornements de bois ou de cuivres et partie de piano obligé, relativement peu élaborée, non théâtralisée, et curieusement dépourvue de tension dramatique, pour un sujet qui pourtant justifierait du relief. Les parties solistes sont confiées à cinq chanteurs qui  endossent chacun successivement plusieurs rôles et déroulent le texte avec de nombreuses répétitions, des retours en arrière qui impriment à l’ensemble un rythme lent, au risque de susciter l’ennui. Un chœur à huit voix complète la distribution.

En confiant la mise en scène de ce spectacle à Sidi Larbi Cherkaoui, figure importante de la scène chorégraphique belge depuis déjà une dizaine d’années, la Monnaie jouait la carte du contraste et s’assurait une partie visuelle pour le moins mouvementée au service d’une œuvre a priori statique et un peu compassée. Et en effet, devant un décor fait de panneaux coulissant verticalement et permettant un étagement sur trois ou quatre niveaux, la scène est très vite occupée par une troupe de danseurs virevoltants, très virtuoses, qui apportent avec eux les accessoires permettant l’illustrer les différents tableaux de l’œuvre. Ces accessoires donnent vie et corps au texte. Mais ces tableaux au demeurant fort beaux sont aussi une succession de clichés sur la grande guerre, comme sortis d’un livre pour enfants, assez naïvement traités et dépourvus de toute mise en perspective. Peu d’émotion, aucun support pour une réflexion sur le sens de la guerre, sans même parler de ses enjeux, ni sur l’importance historique du conflit, aucune trace d’expérience personnelle directe ou indirecte de la part du metteur en scène, qui semble très extérieur à son sujet et le traite par une sorte d’abstraction esthétique. Paradoxalement, c’est quand le mouvement s’arrête que l’émotion est la plus grande, lorsqu’avec une extrême sobriété la parole est laissée aux enfants pour l’ultime tableau, le canto des orphelins.

Emmené par la soprano américaine Claron McFadden, au timbre particulièrement généreux et très présente, le quintette vocal a fort à faire pour donner vie au texte et s’insérer dans la mise en scène. Prestation remarquable également pour le ténor anglais Ed Lyon, qui apporte beaucoup de distinction et d’élégance à son rôle, et déploie avec aisance un timbre très agréable et une diction impeccable. La mezzo Sara Fulgoni n’est pas en reste et sa voix chaude et enveloppante convient particulièrement bien aux parties qui lui sont confiées. Et les trois enfants solistes sont particulièrement émouvant, la fragilité de leur voix entraînant d’emblée la sympathie du public. Gerald Thompson, contreténor, Mark S. Doss, baryton-basse, et les chœurs de la Monnaie, nombreux et très mobiles, complètent heureusement cette distribution vocale de grande qualité.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Musique de Nicholas Lens, livret de Nick Cave.

Commande du Théâtre Royal de la Monnaie, créée à Bruxelles le 24 octobre 2014.

Détails

Chorégraphie et Mise en scène

Sidi Larbi Cherkaoui

Collaboration à la mise en scène

Vedjørn Sundby

Décors et vidéo

Eugenio Szwarcer

Costumes

Khanh Le Tanh

Lumières

Willy Cessa

Dramaturgie

Ruth Little

Soprano

Claron McFadden

Mezzo-soprano

Sara Fulgoni

Contratenore

Gerald Thompson

Tenore

Ed Lyon

Basso

Marc S. Doss

Ragazzi Soprani

Gabriel Crozier, Gabriel Kuti, Theo Lally (Trinity Boys Choir, London)

Création et danse

Amilios Arapoglou, Damien Jalet, KazutomiKozuki, Jason Kittelberger, Elias Lazaridis, Johnny Lloyd, Guro Nagelhus Schia, Nemo Oeghoede, Shintaro Oue, Ira Mandela Siobhan

Orchestre symphonique et chœur de la Monnaie

Chef des chœurs

Martino Faggiani

Direction musicale

Koen Kessels

Bruxelles, Théâtre Royal de la Monnaie, jeudi 23 octobre 2014 à 20h (avant première).

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Vade retro La Callas !
Karine DESHAYES, Marie-Ève SIGNEYROLE, Andrea SANGUINETI
Spectacle