Forum Opéra

PUCCINI, Tosca — Paris (Bastille)

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
16 mai 2019
Devenir Tosca avec Anja Harteros

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Melodrame en trois actes.

Livret de Giuseppe Giacosa et Luigi Illica d’après la pièce de Victorien Sardou.

Création le 14 janvier 1900 à Rome, Teatro Costanzi.

Détails

Mise en scène
Pierre Audi
Décors
Christof Hetzer
Costumes
Robby Duiveman
Lumières
Jean Kalman
Dramaturgie
Klaus Bertisch

Floria Tosca
Anja Harteros
Mario Cavaradossi
Vittorio Grigolo
Scarpia
Željko Lučić
Cesare Angelotti
Sava Vemić
Spoletta
Rodolphe Briand
Sciarrone
Igor Gnidii
Le sacristain
Nicolas Cavallier
Le geôlier
Christian Rodrigue Moungoungou

Maîtrise des Hauts-de-Seine/Chœur d’enfants de l’Opéra national de Paris
Choeur de l’Opéra national de Paris

Chef de chœur
José Luis Basso

Orchestre de l’Opéra national de Paris
Direction musicale
Dan Ettinger

Paris, Opéra Bastille, 16 mai 2019, 19h30

Tosca, ça marche à tous les coups ! On les connaît les ficelles, pourtant ; les moments où le frisson perce sous la peau, le tic-tac de la machine bien réglée qui subitement s’emballe et vous emporte. Rien n’y fait, les larmes montent, et on retombe dans le panneau. Alors, quand Floria s’appelle Anja Harteros… La soprano allemande est le parfait réceptacle de nos émotions : elle est Tosca et nous sommes tous Tosca à travers elle. Ce n’est pas qu’une question de voix – qu’en dire ? sinon que, de ses aigus filés à ses graves miroitants, le matériau inchangé fait se rejoindre les deux faces du personnage : l’éclat et la ténèbre –, c’est surtout la présence d’une figure. À distance de la diva, qui verrouille le rôle en le fixant sur son personnage public, Harteros balade une silhouette hiératique, minimaliste, ouverte à la projection du spectateur, en attente de sens, se nourrissant de tous. Les finales du 2e et du 3e acte sont de parfaits décors pour cette ombre chinoise marchant, hésitante, vers la lumière et vers la mort. Et puis, « Vissi d’arte », là où l’intensité de la voix rencontre la concentration du geste : c’était l’instant où il y eut deux mille sept cent et quelques autres Floria Tosca dans la salle.

Une méchante expectoration nous prive du Mario que tout le monde attendait – on sait la connivence qui se passe de mots entre Jonas Kaufmann et sa plus familière partenaire. Vittorio Grigolo assure courageusement le remplacement : son Mario est superbe de lumière, irréprochable techniquement, d’une projection sensationnelle, bref il fait exactement ce qu’il veut. Mais je crois qu’il est un tout petit peu à côté de la plaque, faute d’avoir saisi avec qui – pour qui, plutôt ! – il chantait. Au 3e acte, une image résume tout. Alors que le couple, main dans la main, célébre son pacte d’amour (« Trionfal di nova speme ») et que Mario gigote de son côté, levant le bras puis le posant sur son cœur, Floria demeure immuable, presque Isolde dans sa draperie d’extase. Aux saluts, l’incompatibilité des tempéraments s’expose, Grigolo cherchant à entraîner Harteros dans ses pitreries habituelles et ne récoltant qu’un vague sourire gêné, façon Nathalie Loiseau face à un François Asselineau. Ce dernier aurait d’ailleurs fait un Scarpia peut-être plus effrayant que Željko Lučić, titulaire honnête du rôle certes mais manquant singulièrement de saveur. À l’inverse d’un Bryn Terfel dont la moindre intervention semblait chargée du plus grand vice, le baryton serbe fait juste le job : si la voix ne peut pas croquer toute la monstruosité du personnage, que les gestes, l’attitude du moins la dessinent !

L’absence de Pierre Audi au rideau – et donc on l’imagine aux répétitions – explique peut-être cela. Pas de raison pour autant de blâmer par ailleurs une production efficace (c’est bien la première des qualités pour un spectacle qui sera repris dix ou quinze fois), riche en images marquantes (les trois finales !) et dont on a trop vite dit qu’elle manquait d’idées : quel est donc l’étrange jeu de piste que Tosca doit résoudre avant de pouvoir enfin sortir de l’appartement de Scarpia ? est-on si sûr d’avoir compris toutes les implications de cette immense croix ? Ce petit théâtre (comprimari et choeurs compris, tous impeccables) est formidablement bien tenu par Dan Ettinger, qui donne beaucoup à l’orchestre et reçoit en proportion : il n’y a que des éloges à adresser à cette phalange exemplaire, loin du pathos et du sentiment souligné qui noient parfois Puccini.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Melodrame en trois actes.

Livret de Giuseppe Giacosa et Luigi Illica d’après la pièce de Victorien Sardou.

Création le 14 janvier 1900 à Rome, Teatro Costanzi.

Détails

Mise en scène
Pierre Audi
Décors
Christof Hetzer
Costumes
Robby Duiveman
Lumières
Jean Kalman
Dramaturgie
Klaus Bertisch

Floria Tosca
Anja Harteros
Mario Cavaradossi
Vittorio Grigolo
Scarpia
Željko Lučić
Cesare Angelotti
Sava Vemić
Spoletta
Rodolphe Briand
Sciarrone
Igor Gnidii
Le sacristain
Nicolas Cavallier
Le geôlier
Christian Rodrigue Moungoungou

Maîtrise des Hauts-de-Seine/Chœur d’enfants de l’Opéra national de Paris
Choeur de l’Opéra national de Paris

Chef de chœur
José Luis Basso

Orchestre de l’Opéra national de Paris
Direction musicale
Dan Ettinger

Paris, Opéra Bastille, 16 mai 2019, 19h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

A l’école de la rue
Yshani PERINPANAYAGAM, Ted HUFFMAN, Margarita POLONSKAYA
Spectacle