Forum Opéra

PURCELL, King Arthur — Versailles

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
20 janvier 2013
Trop de gags tuent le gag (et la musique)

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Henry PURCELL

King Arthur
Opéra en cinq actes, livret de John Dryden
Créé au Queen’s Theatre, Londres, en mai-juin 1691

Mise en scène
Corinne et Gilles Benizio
Costumes
Catherine Rigault
Lumières
Jacques Rouveyrollis

Ana Maria Labin
Chantal Santon-Jeffery
Mélodie Ruvio
Mathias Vidal
Christophe Gay
Joao Fernandes

Le Concert Spirituel
Direction musicale
Hervé Niquet

Opéra royal de Versailles, dimanche 20 janvier 2013, 16h

 

Oui, ce Roi Arthur mis en scène par Shirley et Dino est drôle, très drôle, et il faudrait vraiment avoir avalé son parapluie pour ne pas s’y amuser. D’ailleurs, même à l’Opéra royal de Versailles, le public est bon enfant, et quand Gilles Benizio demande au parterre de hurler à la lune comme les loups, à la corbeille de croasser comme des corbeaux et au balcon de coasser comme des grenouilles, tandis que l’orchestre fait la meute de chiens, tout le monde se prête de bonne grâce à l’exercice. Oui, Hervé Niquet mène son orchestre avec une énergie irrésistible ; oui, le chœur, très présent, est lui aussi plein de verve, vocale autant que scénique. Pourtant, l’euphorie d’ensemble ne doit pas faire oublier quelques notes discordantes.

Certains gags vont parfaitement dans le sens de la musique, et l’on admire autant qu’on rit quand les chevaliers d’Arthur, sommés de nettoyer par ce chef de plateau hilarant que campe Dino en personne, se cachent la tête dans leur seau pour mieux produire l’effet d’écho voulu par la partition dans « Come if you dare ». En revanche, il est dommage que pour le double chœur « Hither, this way », les effectifs ne soient pas plus nettement divisés en suivants de Philidel et suivants de Grimbald : la spatialisation voulue par Purcell en est comme gommée. Enfin, et c’est là qu’on ne peut plus adhérer, les deux derniers morceaux avant le chœur final, où l’inspiration du compositeur atteint des sommets, sont sacrifiés à la recherche du gag systématique. Si jusque-là, Purcell enfile les numéros guerriers, bucoliques, pittoresques ou séducteurs, il s’élève à un tout autre niveau avec « You say ’tis love » et surtout « Fairest Isle », et il est très difficile d’accepter qu’une musique sublime soit gâchée par un comique soudain indésirable. Pendant l’air de Vénus, les chevaliers ivres roulent sous la table et une dame de la Cour se cure les dents avec une fourchette, tandis que le duos soprano/basse se transforme en trio avec rivale indésirable qui ridiculise la chanteuse principale. C’est là que trop de gags tuent le gag, et que la musique aurait dû être mieux respectée. Quant aux interventions d’un Hervé Niquet en meneur de jeu, elles sont fort cocasses tant qu’elles se limitent à la voix parlée ; lorsqu’il s’improvise chanteur pour deux entractes, peut-être aurait-on pu en faire l’économie. Si les musiciens ont besoin de quelques instants pour refaire l’accord, on préfère nettement l’interprétation muette de « Mexico » de Francis Lopez par Gilles Benizio.

 

Quant à l’équipe vocale réunie, c’est celle-là même qui a créé le spectacle à Montpellier en juillet 2008, avant de le reprendre à Versailles déjà, en février 2011 ; seul Marc Mauillon a dû céder la place pour deux des quatre représentations à un Christophe Gay à la voix sans doute moins percutante, mais qui semble s’être tout à fait intégré à la troupe. Les deux sopranos ont un timbre plus généreux que ce n’est souvent le cas dans cette succession de petits rôles, mais l’on regrette que « Fairest Isle » ait été confié à Ana Maria Labin plutôt qu’à Chantal Santon-Jeffery, dont le soprano plus sombre aurait paré de riches couleurs ce sommet de la partition. Mathias Vidal est un ténor idéalement adaptée à ce répertoire et l’on apprécie son numéro de moine déjanté, digne de celui de Louis de Funès dans le film des Branquignols Ah les belles bacchantes. Roi Arthur hilarant, tantôt pusillanime, tantôt bourreau des cœurs, João Fernandes est une authentique basse mais sa voix semble ici moins bien se projeter que dans le répertoire français qu’il sert à merveille. De manière générale, on ne donnera pas pour modèle la diction anglaise des uns et des autres, et il a heureusement été prouvé jadis que l’on peut enchanter un public moderne en jouant dans son intégralité la pièce de Dryden pour laquelle ont été écrits les intermèdes de Purcell..

 

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Henry PURCELL

King Arthur
Opéra en cinq actes, livret de John Dryden
Créé au Queen’s Theatre, Londres, en mai-juin 1691

Mise en scène
Corinne et Gilles Benizio
Costumes
Catherine Rigault
Lumières
Jacques Rouveyrollis

Ana Maria Labin
Chantal Santon-Jeffery
Mélodie Ruvio
Mathias Vidal
Christophe Gay
Joao Fernandes

Le Concert Spirituel
Direction musicale
Hervé Niquet

Opéra royal de Versailles, dimanche 20 janvier 2013, 16h

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Vade retro La Callas !
Karine DESHAYES, Marie-Ève SIGNEYROLE, Andrea SANGUINETI
Spectacle