Forum Opéra

PUCCINI, Turandot — Sanxay

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
15 août 2015
Noir de Chine

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Opéra en trois actes, livret de Giuseppe Adami et Renato Simoni

Créé à la Scala de Milan, le 25 avril 1926

Détails

Mise en scène

Agostino Taboga

Scénographie

Maria Rossi Franchi

Costumes

Shizuko Omachi

Lumières

Andrea Tocchio

Turandot

Anna Shafajinskaïa

Calaf

Rudy Park

Liù

Tatiana Lisnic

Timur

Wojtek Smilek

Ping

Armen Karapetyan

Pang

Xin Wang

Pong

Carlos Natale

Altoum

Ronan Nédélec

Le Mandarin

Nika Guliashvili

Chœur d’enfants de l’Académie de chant des Soirées lyriques de Sanxay

Orchestre et Chœur des Soirées lyriques de Sanxay

Direction musicale

Eric Hull

Théâtre gallo-romain de Sanxay, 15 août 2015, 21h30

Non loin de Poitiers – l’une des rares métropoles de région à ne pas présenter de saison d’opéra –, les Soirées lyriques de Sanxay ont su, en quinze ans, s’imposer comme le rendez-vous des mélomanes qui ont pu y entendre quelques-unes des grandes voix d’aujourd’hui avant que les plus grands théâtres se les disputent. Grâce au succès remporté l’an dernier par Nabucco, le festival s’est autorisé à programmer pour la première fois une œuvre lourde à monter, pour laquelle ses organisateurs ont su, une fois de plus, réunir une distribution de premier ordre.

Rudy Park est décidément un Calaf qu’on entend en ce moment beaucoup en France (et ailleurs) : en février 2016, il reprendra à Montpellier ce rôle qu’il tenait à Nancy en 2013, et il est à prévoir qu’il y remportera le même triomphe, tant son profil vocal correspond au personnage. Voix d’une puissance sans faille, aux couleurs souvent barytonales, le ténor coréen s’impose comme une évidence, et son « Nessun dorma » connaît le succès attendu. Tosca à Bastille en 2003, puis à nouveau en septembre dernier pour quelques représentations, Anna Shafajinskaïa est une de ces voix de l’est spécialisées dans les rôles meurtriers, avec une prédilection pour Turandot, justement. Bien qu’indisposée selon l’annonce faite en début de soirée, la soprano ukrainienne vient à bout des difficultés du rôle sans effort apparent, composant une princesse de glace majestueuse et sonore. Tatiana Lisnic était Donna Anna à l’Opéra de Paris il y a peu ; avec les mêmes qualités qu’on avait alors pu souligner, elle compose une Liù plus vaillante, plus affirmée que ce n’est souvent le cas mais, revers de la médaille, le premier air manque regrettablement de la tendresse attendue, alors que quelques instants auparavant, l’admirable diminuendo sur la dernière note de « Perchè… mi hai sorriso » laissait présager plus de délicatesse. Du trio des ministres, on distinguera surtout le Ping d’Armen Karapetyan, néanmoins fort bien entouré par Xin Wang et Carlos Natale. Si Nika Guliashvili est un Mandarin autoritaire comme il sied, on s’avoue un peu moins convaincu par le Timur un peu sourd de Wojtek Smilek. Baryton dans un emploi parfois confié à des ténors en bout de course, Ronan Nédélec s’acquitte très honorablement des répliques d’Altoum. Grands bravos pour le chœur, protagoniste indispensable de cette œuvre où le peuple commente presque constamment l’action (cette année, un excellent chœur d’enfants s’y était joint). Les mêmes acclamations vont à l’orchestre des Soirées lyriques qui, sous la direction toujours experte d’Eric Hull, rend admirablement justice aux audaces harmoniques de Puccini.

Refusant tout kitsch extrême-oriental et privilégiant la lisibilité, Agostino Taboga a voulu pour cette Turandot une Chine couleur d’encre : l’action se déroule dans un décor noir de Maria Rossi Franchi, composés de claustras mobiles, et le peuple de Pékin porte des costumes noirs, sur lesquels tranchent les tenues vivement colorées de principaux personnages, signées Shizuko Omachi. Pas de relecture cherchant l’originalité à tout prix, mais néanmoins quelques touches personnelles : la première scène de l’acte II, où Ping, Pang et Pong (au visage bleu vert, maquillé comme celui des acteurs de l’Opéra de Pékin) sont entourés de fonctionnaires occupés à tamponner et classer des documents ; la toute jeune figurante qui vient représenter l’ancêtre de Turandot pendant « In questa reggia » ; ou encore ces socles placés à cour et à jardin, sur lesquels montent la princesse et le prince inconnu pour la scène des énigmes.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en trois actes, livret de Giuseppe Adami et Renato Simoni

Créé à la Scala de Milan, le 25 avril 1926

Détails

Mise en scène

Agostino Taboga

Scénographie

Maria Rossi Franchi

Costumes

Shizuko Omachi

Lumières

Andrea Tocchio

Turandot

Anna Shafajinskaïa

Calaf

Rudy Park

Liù

Tatiana Lisnic

Timur

Wojtek Smilek

Ping

Armen Karapetyan

Pang

Xin Wang

Pong

Carlos Natale

Altoum

Ronan Nédélec

Le Mandarin

Nika Guliashvili

Chœur d’enfants de l’Académie de chant des Soirées lyriques de Sanxay

Orchestre et Chœur des Soirées lyriques de Sanxay

Direction musicale

Eric Hull

Théâtre gallo-romain de Sanxay, 15 août 2015, 21h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

A l’école de la rue
Yshani PERINPANAYAGAM, Ted HUFFMAN, Margarita POLONSKAYA
Spectacle