Forum Opéra

WAGNER, Das Rheingold – Berlin (Deutsche Oper)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
23 mai 2024
Chi va piano, va sano ?

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Opéra en un acte et quatre scènes, prologue du cycle Der Ring des Nibelungen
Musique et livret de Richard Wagner
Création le 22 septembre 1869 à Munich

Détails

Mise en scène, décors
Stefan Herheim
Décors
Silke Bauer
Costumes
Uta Heiseke
Video
Torge Møller
Lumières
Ulrich Niepel
Dramaturgie
Alexander Meier-Dörzenbach
Jörg Königsdorf

Wotan
Iain Paterson
Donner
Thomas Lehman
Froh
Attilio Glaser
Loge
Thomas Blondelle
Alberich
Jordan Shanahan
Mime
Ya-Chung Huang
Fasolt
Albert Pesendorfer
Fafner
Tobias Kehrer
Fricka
Annika Schlicht
Freia
Flurina Stucki
Erda
Lauren Decker
Woglinde
Lea-ann Dunbar
Wellgunde
Arianna Manganello
Flosshilde
Karis Tucker

Orchester der Deutschen Oper Berlin
Directeur musical
Sir Donald Runnicles

Berlin, Deutsche Oper, mardi 21 mai 2024, 19h30

Premier épisode du Ring mis en scène par Stefan Herheim au Deutsche Oper, dont Thierry Verger avait partiellement rendu compte en 2021, sans excès d’enthousiasme – « Plongée en absurdie » titrait-il à propos de Die Walküre tandis que Gotterdammerüng n’était selon lui sauvé que par la musique. La découverte du cycle dans son intégralité permettra-t-elle de tempérer son jugement ? Il est trop tôt pour répondre. Souhaitons que les dernières images de la saga aident à mieux comprendre les premières. A l’issue du prologue, certains partis-pris s’ils demeurent obscurs n’entravent pas la lisibilité du récit, stimulé par un travail permanent sur le geste et le mouvement. Les idées foisonnent. Il faudrait revoir le spectacle plusieurs fois pour mieux en saisir la portée (un coffret DVD Naxos est disponible à cet effet). Des éléments de décor font office de leitmotiv : le piano, élément clé du dispositif, d’où jaillissent personnages et accessoires au gré de l’histoire ; l’anneau maléfique luminescent ; les valises portées par une cohorte de figurants, tour à tour migrants ( ?), ombres heureuses d‘un paradis originel ( ?) et soldats du Nibelung ; les voiles gigantesques utilisées pour enchainer les tableaux à vue et évoquer à l’aide de projections vidéo des cimes enneigées, l’antre de la terre ainsi qu’à la fin de l’opéra, l’arbre dans lequel Wotan plante l’épée – geste qui prépare l’épisode suivant. Si l’on peine à comprendre toutes les allusions, si quelques effets font pschitt – les métamorphoses d’Alberich –, bon nombre de scènes en mettent plein les yeux. Et que demande-t-on a un Ring finalement ? De retrouver son âme d’enfant face à un conte dont l’enchantement perdure bien que l’on en connaisse ficelles et issue. A ce titre, l’approche de Stefan Herheim comble nos vœux.


© Bernd Uhlig

Vocalement, le Walhalla serait à portée d’oreille si deux des principaux interprètes ne se situaient en deçà de nos attentes, élevées s’agissant de personnages essentiels à l’épopée. Iain Patterson est un Wotan sans envergure. La vaillance de l’aigu ne peut seule racheter l’insuffisance des autres registres. La présence, l’autorité, l’éclat… : l’attirail des qualités exigées dans le prologue font défaut à ce dieu, déjà crépusculaire, vaincu avant même d’avoir combattu. Il manque aussi à Jordan Shanahan une palette à la Soulages, l’impact et le dégradé infini de teintes sombres pour qu’Alberich, sinistre et inquiétant sous son maquillage de clown, puisse étaler les noirceurs de son âme. C’est donc sans surprise qu’au tomber de rideau l’applaudimètre consacre Thomas Blondelle. La voix saine, projetée transcende un rôle trop souvent réduit à un irritant glapissement. Déguisé en en Joker, ce Loge vif-argent use pour manipuler ses comparses d’un vocabulaire intarissable et d’une somme d’intentions sans cesse renouvelées. Au même niveau de caractérisation, même si moins mis en lumière par la partition, citons l’Erda de Lauren Decker, authentique voix de contralto au large vibrato dont l’apparition fait comme à chaque fois sensation ; le Fafner héroique de Tobias Kehrer qui démontre que ténèbres et clarté ne sont pas antinomiques ; la Fricka,de Annika Schlicht, mezzo-soprano égal et dépourvu de duretés, redoutable car inhabituellement séduisante. S’agissant de rôles appelés à revenir dans les prochains épisodes, voilà qui augure bien de la suite.

Donald Runnicles n’entre pas dans ce Ring par la grande porte. On a connu mi bémol fondateur plus insondable et étoffe instrumentale mieux tissée. L’acoustique de la salle porte sa part de responsabilité dans la pixellisation sonore même si les musiciens du Deutsche Oper baignent dans leur liquide amniotique. Les cuivres sont glorieux. Plus que les sortilèges orchestraux – les reflets ondoyants du Rhin, la majesté du Walhalla – dominent le flux continu du discours, l’équilibre et l’échelle des volumes, du murmure au paroxysme effrayant qu’atteignent certains climax. La chasse à l’homme qui ouvre La Walkyrie n’a pas encore débuté que l’on sent déjà l’haleine fétide de la meute en furie.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en un acte et quatre scènes, prologue du cycle Der Ring des Nibelungen
Musique et livret de Richard Wagner
Création le 22 septembre 1869 à Munich

Détails

Mise en scène, décors
Stefan Herheim
Décors
Silke Bauer
Costumes
Uta Heiseke
Video
Torge Møller
Lumières
Ulrich Niepel
Dramaturgie
Alexander Meier-Dörzenbach
Jörg Königsdorf

Wotan
Iain Paterson
Donner
Thomas Lehman
Froh
Attilio Glaser
Loge
Thomas Blondelle
Alberich
Jordan Shanahan
Mime
Ya-Chung Huang
Fasolt
Albert Pesendorfer
Fafner
Tobias Kehrer
Fricka
Annika Schlicht
Freia
Flurina Stucki
Erda
Lauren Decker
Woglinde
Lea-ann Dunbar
Wellgunde
Arianna Manganello
Flosshilde
Karis Tucker

Orchester der Deutschen Oper Berlin
Directeur musical
Sir Donald Runnicles

Berlin, Deutsche Oper, mardi 21 mai 2024, 19h30

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Vade retro La Callas !
Karine DESHAYES, Marie-Ève SIGNEYROLE, Andrea SANGUINETI
Spectacle