Forum Opéra

Wozzeck — Paris (Bastille)

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Spectacle
11 mars 2022
D’une actualité troublante

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Opéra en trois actes (1925)
Livret du compositeur d’après la pièce Woyzeck de Büchner
Créé le 14 décembre 1925 à la Staatsoper de Berlin sous la direction de Erich Kleiber.

Détails

Mise en scène
William Kentridge
Assistant à la mise en scène
Luc De Wit
Décors
Sabine Theunissen
Costumes
Grata Goiris
Vidéos
Catherine Meyburgh
Régie vidéo
Kim Gunning
Lumières
Urs Schönebaum

Wozzeck
Johan Reuter
Tambour-Major
John Daszak
Andres
Tansel Akzeybek
Capitaine
Gerhard Siegel
Docteur
Falk Struckmann
Premier compagnon
Mikhail Timoshenko
Second compagnon
Tobias Westman
Le Fou
Heinz Göhrig
Marie
Eva-Maria Westbroek
Margret
Marie-Andrée Bouchard-Lesieur

Choeur et orchestre de l’Opéra national de Paris
Chef du choeur
Ching-Lien Wu
Direction musicale
Susanna Mälkki

Paris, Opéra Bastille, jeudi 10 mars 2022, 19h30

S’il est un chef-d’oœvre de la culture européenne enfant de la guerre, c’est bien Wozzeck. Sa source, la pièce de Buchner germe dans les débris des guerres napoléoniennes et de la médecine de guerre balbutiante. L’opéra de Berg voit le jour entouré des gueules cassées du premier conflit mondial. C’était cette filiation que William Kentridge mettait en images en 2017 à Salzbourg en proposant un bric-à-bric aussi foutraque que l’esprit torturé de Wozzeck, tout autant victime que bourreau. En cinq ans, ce spectacle illustratif a conservé sa puissance d’évocation et ses images de désolation de la guerre trouvent un écho troublant aux guerres des empires que l’on voit renaitre autour de nous. Symbole de plus, s’il était nécessaire, le tambour-major porte un brassard bleu et or… Nous enfantons aujourd’hui les Wozzeck de demain.


© Agathe Poupeney / ONP

Deux chanteurs de la distribution salzbourgeoise ont suivi la production à Paris. Gerhard Siegel se rit toujours autant des aigus et écarts meurtriers du Capitaine en même temps qu’il compose un parfait pleutre cruel. John Daszak, présent lui aussi en Autriche, sera resté en France après les représentations de Khovantchina. Son Tambour-major résiste tant bien que mal à l’écriture assassine de Berg et en impose scéniquement. L’Opéra national de Paris aura su réunir autour de ces deux vétérans une solide distribution jusque dans les plus petits rôles. Heinz Göhrig se révèle un fou presque poète. Mikhail Timoshenko et Tobias Westman illuminent la scène de groupe du deuxième acte : fraicheur du timbre, qualités expressives… Leur numéro juchés sur l’armoire est parfait d’ironie grinçante. Tansel Akzeybek s’appuie sur un registre supérieur solide pour composer un Andrès bien plus affirmé que ce que le livret pourrait laisser penser. Enfin Marie-Andrée Bouchard-Lesieur sort Margret de l’anonymat relatif où la cantonnent ses quelques répliques. La voix est charnue et la présence scénique indéniable. Falk Struckmann, particulièrement inspiré, dessine un docteur machiavélique. Enfin, c’est avec plaisir que Paris revoit Eva-Maria Westbroek sur ses planches. Elle fait montre d’une santé vocale impressionnante et se permet jusqu’à des piani aigus du plus bel effet. Habituée du rôle, excellente actrice, elle saisit chacun des aspects de cette femme tour à tour grave et adultère. Johan Reuter construit son personnage comme un long crescendo vers la folie. Timbre sombre, voix posée, calme, ses premières scènes décrivent un soldat hors du monde, un brin loufoque. Les sévices des autres, l’âpreté de la société, la déception amoureuse vont le faire basculer. Le chant se muscle, le volume suit la courbe jusqu’à une dernière scène hallucinée.

Susanna Mälkki choisit la même gradation. Le premier acte parait presque doux, bercé dans une mise en place remarquable et une précision rythmique à faire pâlir les métronomes. La dynamique est la bonne, l’attention au plateau – et aux choeurs très en forme – sans faille. Le deuxième et troisième acte sortent de ce cadre propret mais sans non plus céder à la furie nécessaire. Au global, cette lecture manque de contrastes, de bruit mais aussi des quelques viennoiseries dont Berg a saupoudré cette oeuvre glaçante. 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.

Note ForumOpera.com

3

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Opéra en trois actes (1925)
Livret du compositeur d’après la pièce Woyzeck de Büchner
Créé le 14 décembre 1925 à la Staatsoper de Berlin sous la direction de Erich Kleiber.

Détails

Mise en scène
William Kentridge
Assistant à la mise en scène
Luc De Wit
Décors
Sabine Theunissen
Costumes
Grata Goiris
Vidéos
Catherine Meyburgh
Régie vidéo
Kim Gunning
Lumières
Urs Schönebaum

Wozzeck
Johan Reuter
Tambour-Major
John Daszak
Andres
Tansel Akzeybek
Capitaine
Gerhard Siegel
Docteur
Falk Struckmann
Premier compagnon
Mikhail Timoshenko
Second compagnon
Tobias Westman
Le Fou
Heinz Göhrig
Marie
Eva-Maria Westbroek
Margret
Marie-Andrée Bouchard-Lesieur

Choeur et orchestre de l’Opéra national de Paris
Chef du choeur
Ching-Lien Wu
Direction musicale
Susanna Mälkki

Paris, Opéra Bastille, jeudi 10 mars 2022, 19h30

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

La Musique souvent nous prend comme une mer

L’art de combiner les mots d’une manière agréable à la pensée
LivreSWAG

Sacrati : La finta pazza, par la Cappella Mediterranea

Le sacre de Sacrati
CDSWAG

Rameau, Nouvelle symphonie – Minkowski, Sempey

Belle revanche
CDSWAG

Les dernières interviews

Le questionnaire de Proust de Konstantin Krimmel

Interview

Renée Fleming : « À ce stade de ma carrière, tous mes rêves se sont réalisés ! »

Interview

Giovanni Antonini : « Il faut croire au pouvoir des mots »

Interview

Les derniers dossiers

Questionnaire de Proust

Dossier

Les grands entretiens de Charles Sigel

Dossier

Philippe Boesmans (1936 – 2022)

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Christian Jost, Voyage vers l’espoir – Genève

Faire du beau avec du tragique ?
Kartal KARAGEDIK, Rihab CHAIEB, Gabriel FELTZ
Spectacle

L’Anneau d’or, Heinrich Schütz – Dijon

Schütz, entre son maître et son élève
Etienne MEYER
Spectacle

HAYDN, Les Saisons – Paris (Philharmonie)

Dans les Saisons de Haydn à la Philharmonie, les voix font le printemps !
William CHRISTIE
Spectacle

Gala des 20 ans d’ODB Opéra – Paris

Les stars de demain
Marlène ASSAYAG, Guillem AUBRY, Alexandre BALDO
Spectacle