Hector Berlioz
un dossier proposé par Vincent Deloge
 
...
[ Sommaire du Dossier Berlioz] [ Archives de la revue ]
 
......
Berlioz
Les opéras avortés

par Hervé Lussiez


(illustration : Hector Berlioz)


LES TENTATIVES D'OPÉRAS AVORTÉS DE BERLIOZ

Estelle et Némorin (1823)
Les Francs-Juges (1825-1833)
La Nonne sanglante (1841-1847)
 

Berlioz a écrit cinq oeuvres dramatiques bien connues de tous. Trois autres partitions doivent néanmoins être signalées afin de faire un tour complet pour ce dossier. La littérature est peu bavarde sur ces ouvrages. Certes, les Mémoires de Berlioz peuvent nous éclairer abondamment. Toutefois, l' expérience de 1992 de La Messe Solennelle nous amène à nuancer les propos de Berlioz : "je la brûle" dit-il, l' oeuvre ne fut pourtant pas perdue à jamais. 

Seule l'ouverture des Francs-juges est connue du public.
 

ESTELLE ET NÉMORIN

Berlioz demanda à Gérono un livret d' après Estelle et Némorin de Florian. La musique fut composée en 1823, mais elle ne fut jamais jouée. Berlioz : "Personne heureusement n' entendit jamais rien de cette composition....ma partition fut aussi ridicule, pour ne pas dire plus, que la pièce et les vers de Gerono".

Toutefois une mélodie de l'opéra aurait été reprise dans La Symphonie Fantastique.
 

LES FRANCS-JUGES

Humbert Ferrand , étudiant en droit et proche ami de Berlioz, fournit le poème de cette oeuvre. Dès 1826, l'ouverture est composée et le deuxième acte, écrit en premier, bien avancé. Le 26 mai 1828, l'ouverture, un air et une mélodie pastorale sont donnés à la salle de Conservatoire. Peu après, le livret fut présenté au jury de l Žopéra.

 "Nous allons mettre en jeu tous les ressorts pour le faire recevoir sûrement. Il est superbe ; il y a des choses sublimes. Oh mon cher vous êtes un poète ! le final des bohémiens, au premier acte est un coup de maître ; jamais je crois, on n' aura présenté de poème d'opéra aussi original et aussi bien écrit, je vous le répète il est magnifique."

Tel ne fut pas l'avis du comité de l'opéra : le livret a paru long et obscur, il n'y a guère que la scène des bohémiens qui a plu à tout le monde.

En 1830, une autre chance s'offre en la personne d'un ténor allemand, Haitzinger, qui contacte Berlioz et lui demande s' il n'a pas un rôle pour lui. Il parle d'emporter le poème à Carlsruhe pour le faire traduire. Berlioz devait pour cela terminer quelques airs. Au lieu de se rendre en Allemagne Berlioz, prix de Rome, se rendit en Italie. 

En 1833, Berlioz et Ferrand, décident de tirer des Francs-Juges un petit ouvrage en un acte : Cri de guerre de Brisgaw . Pour faire simple, je vous propose un tableau récapitulant les numéros de l'opéra .En rouge vous trouverez les fragments conservés. Un enregistrement de ces cinq fragments existait jadis. 

Personnages : 

Amélie (soprano) ; Elmire (soprano) ; Nise (soprano) ; Méry (soprano) ; Arnold (ténor) ; Christiern (ténor) ; Conrad (baryton) ; Olmerik (basse) ; choeur : bohémiens, bohémiennes, héraults, peuple, soldats, bergers, francs-juges


Orchestration : 

2 flûtes, 2 hautbois, 2 clarinettes, 2 bassons, contrebasson, 4 cors, 2 trompettes, trompette à piston, 3 trombones, 2 ophicléides, timbales, grosse caisse, cordes

 
ACTE TYPE PERSONNAGES TEXTE ET FORMATION
I 01 Choeur peuple "Arnold, entends nos fers"
choeur (SATB) avec orchestre
Allegro assai (mi bémol majeur)
... 02 Duo Christiern, Olmerik "Conrad s'arma"
duo (TB) avec orchestre
Allegro non troppo (mi mineur)
... 03 Récitatif et air Conrad "Va, je t'abhorre ... Noble amitié"
baryton avec orchestre
[perdu]
... 04 Elégie Amélie "La nuit voilant pour nous"
soprano avec orchestre
[perdu]
... 05 Quatuor Amélie, Elmire,
Arnold, Conrad
"Frais vallons où dorment nos pères"
quatuor (SATB) avec orchestre
[perdu]
II 06 Choeur Bergers "L'ombre descend dans la vallée"
choeur (SATB) avec orchestre
Andante poco lento
... 07 Trio pastoral Nise, Méry,
Arnold
"Vois-tu le soleil s'enfuit"
trio (SST) avec orchestre
[perdu]
voir version 2, H 23b
... 08 Duo Amélie
Arnold
"N'espère plus"
duo (ST) avec orchestre
[perdu]
... 09 Marche des gardes ... Orchestre
[perdu]
Réutilisé: Symphonie fantastique (H 48/4); Symphonie funèbre (H 80/2); Benvenuto Cellini (H 76/8)
... 10 Finale ... [perdu]
III 11 Récitatif et air Arnold "Voici l'endroit fatal ... Descends et viens"
ténor avec orchestre
[perdu]
fragment, voir H 80]
... 12 Hymne des Francs-juges ... "Des célestes décrets"
choeur (ATB) avec orchestre
... (mi bémol majeur)
... 13 Reprise de l'Hymne ... ...
... 14 Choeur peuple "Fier Germain, reprends ces vallons"
choeur (SATB) avec orchestre

LA NONNE SANGLANTE

Berlioz : "J'écris une grande partition en quatre actes sur un livret de Scribe intitulé La Nonne Sanglante. Il s'agit de l' épisode du Moine de Lewis, que vous connaissez ; je crois que cette fois, on ne me plaindra pas du défaut d'intérêt de la pièce..." Lettre du 3 octobre 1841.

Interrompue par ses longs voyages, la partition est encore peu avancée en 1847. Il est prié de rendre le livret après un refus de l'Académie de Musique d'un délai de trois ans supplémentaires pour un mûr achèvement de l'oeuvre. Scribe colporta le livret auprès de plusieurs compositeurs avant de le voir enfin accepter par Gounod. Cette version de Gounod fut créée à Paris en 1854 avec un succès mitigé.

Il ne reste de ce projet berliozien que trois fragments à la Bibliothèque Nationale qui forment une partie importante du premier acte. Mention sur la partition : "A consulter et à brûler après ma mort."

Vous trouverez un résumé du livret (certes, dans la version Gounod) sur  http://www.charles-gounod.com/oeuvres/operas/nonne.htm

Toutefois, de longs développements négligés sans doute à raison par Gounod, étaient prévus par Berlioz. L' oeuvre aurait atteint une longueur démesurée. Le bicentenaire de 2003 nous permettra peut-être d'entendre ces fragments.
 
 
 

Hervé Lussiez
[ Sommaire de la Revue ] [ haut de page ]