Un jour, une création : 24 mars 1881, Verdi « raffermit les pattes d'un vieux chien méchamment battu »

Par Cédric Manuel | jeu 24 Mars 2016 | Imprimer

Verdi avait mal vécu l’échec retentissant et sans appel de son opéra Simon Boccanegra , tiré d’une pièce de Guttierez, créé en 1857 à Venise (quelle idée aussi d’aller parler d’un doge de Gênes à Venise), repris avec un peu plus de bonheur à Reggio Emilia, avant de s’effondrer semblait-il définitivement à Milan et à Florence. Verdi aimait cet opéra pourtant incompris par le public, notamment à cause d’un livret (de Piave) tarabiscoté et d’une atmosphère générale jugée « sinistre ».

Vingt ans plus tard, l’éditeur Ricordi espère le faire sortir de son silence (six ans se sont écoulés depuis le Requiem, dix depuis Aida), alors même que Verdi a déjà commencé à travailler à son futur Otello (alors appelé Iago) avec son nouveau librettiste Arrigo Boito. Ricordi lui propose alors de reprendre ce Simon Boccanegra et de confier la refonte du livret à Boito. Verdi accepte finalement de « raffermir les pattes d’un vieux chien qu’on avait méchamment battu à Venise ». Une correspondance entièrement conservée permet de suivre pas à pas l’évolution de ce travail nouveau, dont le trait de génie se concentre dans la toute nouvelle scène du Conseil, à la profondeur dramatique irremplaçable. Ce chef d’œuvre à lui seul et quelques autres aménagements habiles, un discours musical neuf, un sens de la narration moderne, permettent au « vieux chien » de remporter un vif succès le soir du 24 mars 1881 à la Scala de Milan, aidé par une distribution de haute volée emmenée par le Boccanegra du marseillais Maurel, qui sera Iago et Falstaff, sous la direction de l’ami Franco Faccio.

Bien sûr, ce n’est pas l’opéra le plus parfait de Verdi, le livret initial reste complexe et la structure n'est pas idéale, mais c’est assurément l’un des plus beaux et l'un des plus grands chefs d’œuvre de Verdi, qui connaît enfin ces dernières années la reconnaissance qu'il mérite.

Voici donc l’intégralité de la fameuse scène du Conseil, qui culmine avec la malédiction terrible que lance Boccanegra au malfaisant Paolo, sans le nommer, aux yeux de tous.

Vous trouverez aussi sur la toile l'intégralité de l'opéra, filmé à la Scala dans la production légendaire de Giorgio Strehler sous la direction du magicien Abbado et avec un Piero Cappuccilli formidable dans le rôle titre.

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.