Forum Opéra

27 avril 1673 : une première royale

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Zapping
27 avril 2023
« Cadmus et Hermione » du duo Lully-Quinault a 350 ans.

Infos sur l’œuvre

Détails

Le dramaturge Philippe Quinault, tout juste reçu à l’Académie française, débute sa première collaboration avec le compositeur florentin Jean-Baptiste Lully avec la tragédie-ballet Psyché, co-réalisée avec Molière et Corneille, en 1671 et suivie de la pastorale Les Fêtes de l’Amour et de Bacchus peu après. Les deux hommes se retrouvent ensuite pour leur première tragédie lyrique commune, pour laquelle Quinault s’inspire des Métamorphoses d’Ovide, Cadmus et Hermione. 

Jetant les bases d’un style que Lully portera aux sommets pendant les quinze ans qui suivront, l’œuvre remporte d’emblée un grand succès à partir d’avril 1673 au théâtre du Jeu de paume de Bel-Air, près du palais du Luxembourg. Si bien que ce 27 avril 1673, le roi lui-même s’y déplace pour constater le triomphe des deux auteurs. La Gazette de France s’en fait l’écho deux jours plus tard : « Sa Majesté, accompagnée de Monsieur, de Mademoiselle et de Mademoiselle d’Orléans, alla au faubourg Saint-Germain prendre le divertissement de l’opéra, à l’Académie royale de musique établie par le sieur Baptiste Lulli, si célèbre en son art ; et la compagnie sortit extraordinairement satisfaite de ce superbe spectacle, où la tragédie de Cadmus et Hermione, fort bel ouvrage du sieur Quinault, est représentée avec des machines et des décorations surprenantes dont on doit l’invention et la conduite au sieur Vigarani, gentilhomme modénois.»

L’honneur est grand car le roi ne se déplace guère dans les faubourgs de la capitale. Il en sort ravi et donc, évidemment, tout le monde l’est aussi. On reprochera bien à Quinault d’avoir parsemé la pièce de quelques épisodes plus comiques, et à Lully d’avoir écrit une musique trop monotone, ce qui aboutira, comme souvent à l’époque, à un libelle en vers :

Quand vous verrez Cadmus à l’Opéra,
Vous ennuyer par sa monotonie,
Avec raison on se demandera
S’il est de ce divin génie
Que la tendre Erato tant de fois inspira
Oui ; c’est Lully que l’on admirera
Tant qu’en France on aura du goût et de l’oreille ;
Mais le Public l’excusera,
Et, pour réconfort se dira,
Qu’on vit même chose en Corneille.

Mais cette critique est bien peu de chose au regard du succès de l’ensemble. Tant et si bien que les deux compères ne tarderont pas à s’y remettre pour Alceste, à peine neuf mois plus tard, mais c’est là une autre histoire.

En 2008, l’Opéra-Comique fait renaître cette partition avec Le Poème harmonique et Vincent Dumestre, la mise en scène somptueuse de Benjamin Lazar et des solistes à la hauteur de cette redécouverte.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Infos sur l’œuvre

Détails

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Un rôle en or pour ténor en herbe
Zapping