Le festival de Herrenchiemsee, la possibilité d’une île

Par Christophe Rizoud | lun 20 Juin 2011 | Imprimer
Herrenchiemsee désigne une île au sud de la Bavière sur laquelle le roi Louis II a édifié un château dans le style de Versailles. Depuis 2001, ce palais demeuré inachevé abrite en été un festival d’art lyrique qui, sans prétendre rivaliser avec ses colosses voisins – Salzbourg, Munich et Bayreuth – mérite qu’on s’y arrête. Entretien avec son fondateur – et toujours directeur - Enoch zu Guttenberg.
 

 

Quand on demande à Enoch zu Guttenberg pourquoi il a voulu implanter une nouvelle manifestation lyrique dans une région qui déjà n’en manque pas, la réponse vient, immédiate : «  Parce que nous disposons de deux sites exceptionnels qu’il serait regrettable de ne pas faire vivre en musique : le monastère de Frauenchiemsee et le Palais de Herrenchiemsee avec sa phénoménale galerie des glaces ». Le premier est un couvent fondé par le duc de Bavière en 780, le second est un de ces rêves de pierre que Louis II essaima dans son royaume : une tentation de Versailles qui ne fut jamais achevée en raison de sa démesure. Avec une longueur de 98 mètres, la seule galerie des glaces dépasse de 25 mètres son royal modèle. La figure romantique de Louis II de Bavière habite en toute logique le festival de musique fondé il y a dix ans par Enoch Zu Guttenberg : « Nous avons un devoir de mémoire vis-à-vis de ce “genius loci” ; nous essayons de l’accomplir au travers d’un concept élaboré de programme qui veut, avec les meilleurs artistes possible, honorer notre histoire et notre pays. Cette année d’ailleurs, le Festival célèbre le cent-vingt-cinquième anniversaire de la mort du Roi. Une exposition intitulée Le Crépuscule des dieux rappellera la vie et l’influence de ce monarque remarquable. Le propos de la manifestation n’est pas de servir la légende mais d’évoquer la figure singulière d’un souverain à la pointe des changements et des innovations de son temps ».
On pense qu’Enoch zu Guttenberg fait allusion ici à la passion de Louis II pour la musique de Richard Wagner mais c’est un autre exemple que le directeur de l’Herrenchiemsee Festspiele donne : « Voyez l’architecture de ce palais : d’un côté vous avez une réplique légèrement plus grande du Château de Versailles et de l’autre un bâtiment avec le chauffage central et un toit de verre et d’acier qu’un système hydraulique permet de soulever. Autrement dit, les technologies du 20e siècle ont été utilisées avant l’heure pour réaliser les rêves du 17eC’est cette tension interne, cette divergence, que nous avons voulu exprimer à travers notre exposition et non pas l’image stéréotypée et réductrice d’un wagnerolâtre. N’attendez pas de nouvelles révélations sur Louis II même si son orientation sexuelle, sa santé mentale et sa mort continuent de faire l’objet de vaines spéculations. Nous voulons en revanche souligner les découvertes de ces vingt dernières années. Par exemple, les efforts du Roi pour la protection des monuments historiques ou l’importance de la Bavière et de son Souverain dans la création de l’Empire Germanique. Celui que l’on considère comme un rêveur détaché des réalités était en réalité un travailleur minutieux qui a passé plus de temps qu'aucun autre monarque de son époque, à son bureau à étudier des dossiers. L’étendue de ses connaissances était stupéfiante. Les citations qui émaillent sa correspondance nous en disent long sur la manière dont il exprimait sa pensée à travers la littérature, la musique et l’art. La méticulosité et la rationalité avec lesquelles il poursuivait ses projets de châteaux ne sont pas celles d’un caractère chimérique. C’est pourquoi Ludwig fascine et continue de fasciner. ».
 
Polarisé par Louis II, l’entretien oublie son objet premier ; ce Festival d’Herrenchiemsee qui depuis 2001 mobilise toute les énergies. « Difficile de dire combien de personnes travaillent ici. Il y a les chanteurs, les musiciens, les choristes… Mais il y a aussi le service administratif du Château, les organisateurs, la billetterie, la compagnie fluviale de Chiemsee [NDLR : il faut emprunter un bateau pour traverser le lac et accéder au Château]. Bien sûr, il y a le personnel permanent – cinq personnes au total – l’équipe technique autour de Heinz Baumgartner, le conseiller dramatique Jörg Schönmetzler, le conseiller artistique, Josef Kröner… Tous contribuent à faire de cet événement un succès. ». Modeste, Enoch zu Guttenberg oublie de se nommer. Pourtant, quand il ne veille pas au bon déroulement des festivités, il occupe, à la tête de son Orchestra KlangVerwaltung, un tiers de la programmation. La manifestation cette année s’étale sur deux semaines, du 11 au 24 juillet : quatorze soirs qui font la part belle à la musique vocale dont trois représentations de Die Zauberflöte et deux de Falstaff, l’une et l’autre semi-scéniques. La configuration des lieux et le budget du festival n’autorisent pas plus de faste. « Il faut environ un million d’euros chaque année pour qu’un projet de cette envergure puisse fonctionner. Avec une capacité maximale de moins de 600 places par soir, la vente des billets ne suffit pas à rassembler cette somme (NDLR : le prix des billets varie entre 15 et 95€). Nous sommes donc très reconnaissants à la Deutsche Bank d’être notre sponsor exclusif. Sans leur soutien, le festival n’existerait pas, d’autant que nous ne faisons pas appel au mécénat individuel. Nous en étions assez fiers les premières années. Maintenant que nous avons démontré que le festival pouvait fonctionner sans la générosité du public, il est très difficile de faire machine arrière. ».
Un faux pas qui, à l’exemple des tentatives infructueuses d’organisation de concerts en plein air, a contribué à façonner le caractère de la manifestation. Tel est du moins l’avis d’Enoch zu Guttenberg : « Si c’était à refaire, je ne pense pas que nous changerions quoi que ce soit. Nos quelques rares erreurs nous ont aidé à grandir ».
 
Propos recueillis, traduits et réunis par Christophe Rizoud
 
Plus d’informations sur le http://www.herrenchiemsee-festspiele.de

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.