Miguel Villabella, pilier de l'Opéra-Comique

Par Laurent Bury | lun 22 Septembre 2014 | Imprimer

Miguel Villabella naquit le 20 décembre 1892 à Bilbao. Son père, Eugenio Villabella, baryton de zarzuela réputé en Espagne, ne voulut pas l’encourager à suivre la même voie et lui fit faire des études de commerce. Une fois son diplôme en poche, le jeune Miguel fut envoyé en apprentissage à Paris. A vingt ans, il se fit remarquer non comme chanteur, mais comme champion mondial de patin à roulettes, pour avoir parcouru près de 29 kilomètres en une heure. Il devait continuer à pratiquer ce sport jusqu’à un âge avancé, comme en témoigne la couverture du journal Globe en octobre 1945, où on le voit patiner avec Jacqueline Pagnol.

Il commença à prendre des cours avec Lucien Fugère, créateur de plusieurs rôles de baryton écrits par Massenet à son intention. La Première Guerre mondiale vint interrompre sa formation, mais il chanta bientôt pour les soldats blessés dans les hôpitaux militaires. De retour à Paris, il reprit ses études avec Fugère, ainsi qu’avec la basse Jacques Isnardon, professeur au conservatoire. Ses débuts professionnels datent de 1917, avec un concert donné à San Sebastian, lors duquel il interpréta des extraits de Rigoletto. Son premier rôle en scène fut Cavaradossi, au Grand Théâtre de Poitiers.

A Paris, il fit ses débuts à l’Opéra-Comique en 1920, toujours dans Tosca, mais dans le (très) petit rôle de Spoletta. Après une série de personnages secondaires, il connut son premier succès dans Fortunio de Messager, puis eut accès à des rôles de premier plan appartenant au répertoire de la Salle Favart, notamment Gérald de Lakmé, Mylio du Roi d’Ys, Wilhelm de Mignon, ou Des Grieux dans Manon. Un des ses personnages-fétiches était George Brown dans La Dame blanche, qu’il chanta un peu partout pendant une dizaine d’années : en 1926 avec Germaine Féraldy pour le centenaire du chef-d’œuvre de Boieldieu, au Trocadéro, à la Gaîté-Lyrique, à la Porte-Saint-Martin.  Adolphe Adam est un autre compositeur auquel le nom de Miguel Villabella reste attaché : il chanta le rôle de Daniel dans Le Chalet, celui de Zéphoris dans Si j’étais roi, et il fut surtout Chapelou dans Le Postillon de Longjumeau. En 1936, il participa aux commémorations célébrant à la fois le centenaire de l’œuvre, créée le 13 octobre 1836, et le 80e anniversaire de la mort du compositeur : le 17 mai 1936, la ville de Longjumeau (Essonne) fut le théâtre des noces de Chapelou avec Madeleine, incarnés par Miguel Villabella et la soprano Yvonne Brothier.

A partir de 1928, il fut invité à chanter au Palais Garnier, où il fit ses débuts en Pinkerton. Il y chanta le répertoire français (Faust, Roméo) et italien (Alfredo – ou plutôt Rodolphe d’Orbel, dans la version française –, Almaviva, le duc de Mantoue). Il y fut notamment impliqué dans diverses créations hélas sans lendemain : en 1929, Persée et Andromède de Jacques Ibert ; en 1931, Virginie, le dernier opéra d’Alfred Bruneau ; en 1934, L’Illustre Fregona de Raoul Laparra. Il interpréta aussi des œuvres plus anciennes, comme Don Giovanni en 1933, dirigé par Bruno Walter ; sollicité par Jacques Rouché pour chanter dans Castor et Pollux de Rameau, aux côtés de Germaine Lubin en Télaïre (qui avait participé à la recréation scénique de 1918 et tiendrait encore le rôle en 1940), il fut en avril 1935 Castor à Paris et dans le cadre du Mai Musical florentin.

Selon certains, cette promotion marqua pour Miguel Villabella le commencement de la fin : habitué au cadre intime de la Salle Favart, il fut contraint de forcer pour se faire entendre dans la vaste salle de l’Opéra et se serait ainsi fatigué prématurément la voix. A la même époque, il se produit aussi dans des opérettes : en décembre 1935, Violette de Montmartre avec Lotte Schöne, au Théâtre de la Porte Saint-Martin.

Entre 1925 et 1927, il avait gravé une première série d’airs pour Pathé Saphir. Au cours des années 1930, il réalisa une nouvelle série d’enregistrements, d’airs mais aussi de duos, notamment des extraits de Manon avec Ninon Vallin. A signaler parmi ces gravures, deux airs de Lully,  « Plus j’observe ces lieux » d’Armide et « Bois épais » tiré d’Amadis.

En dehors de quelques incursions à Bruxelles et à Monte-Carlo, sa carrière se déroula presque exclusivement en France, que soit à Paris ou en province, où il était régulièrement engagé. En 1940, il mit un terme à ses apparitions sur les scènes pour se consacrer à l’enseignement. Il mourut le 28 juin 1954, des suites d’une opération chirurgicale. Il fut inhumé au cimetière Saint-Vincent de Montmartre. Une impasse porte son nom à Toulouse, à moins qu’il ne s’agisse d’un homonyme.

Ténor lyrique, il fut l’un des meilleurs défenseurs d’un répertoire qu’on s’efforce aujourd’hui de redécouvrir, celui de l’opéra-comique français, à une époque où l’on donnait encore très régulièrement Mignon ou Fortunio. On admirait en particulier son expressivité, ses pianissimos et son art inimitable de la voix mixte, fusion de la voix de poitrine et de la voix de tête. Villabella donne l’impression d’un chant sans effort.

               

Deux disques publiés par le label Malibran reprennent l’essentiel de son legs discographique.    

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.

Partager

Auteur