Opéra de Vichy

Par Charlotte Saulneron-Saadou | jeu 08 Décembre 2016 | Imprimer

Unique salle de style « Art nouveau » en France, l’Opéra de Vichy s’inscrit dans l’ensemble du Grand Casino, au cœur même de la ville. Deux saisons se succèdent : « une saison en été » de mai à octobre où une large place est faite au chant lyrique sous toutes ses formes, et une « saison d’hiver » le reste de l’année. Sont également organisés des rendez-vous dominicaux autour de la musique de chambre ou de récitals dans le cadre de concerts déjeuners, ainsi que des ateliers de pratique artistique en collaboration avec le Centre national du costume de scène. « Les Rencontres Lyriques européennes » de mi-septembre à mi-octobre, complètent cette programmation.

Adresse : 1 rue du Casino, 03208 Vichy

Directrice artistique : Diane Polya-Zeitline

Site web : www.opera-vichy.com

Année de construction : 1902

Architectes : Charles Le Cœur et Lucien Woog

Style architectural : Monument classé et témoignage unique de l’époque « Art Nouveau », l’Opéra de Vichy se compose d’une magnifique décoration d’or, d’ivoire et de jaune réalisée par le sculpteur d’ornement Pierre Seguin, le peintre décorateur Léon Rudnicki et le ferronnier d’art Emile Robert. Le front de scène d’une grande originalité, orné de deux paons blancs qui protègent deux harpes et encadrent les dates 1864 et 1901 dominées par le masque de la tragédie, est l’œuvre du peintre décorateur Léon Rudnicki. Au rez-de-chaussée, les trois grandes portes sont décorées de grilles fleuries, forgées par Emile Robert comme toutes les balustrades et les rampes du bâtiment.

Conditions techniques : La salle peut accueillir un peu plus de 1 400 spectateurs. L’orchestre compte 18 rangs de fauteuils, sur une légère pente, et 12 loges. Le premier balcon possède 3 rangs et 28 loges alors que le second balcon a 6 rangs et des corbeilles. Les loges d’honneur sont en avant-scène et l’ensemble est traité en velours jaune doré.

Répertoire de prédilection : La production se veut éclectique même si elle propose plutôt les piliers du répertoire d’opéra et d’opérette.

Activités pédagogiques et culturelles : L’Opéra de Vichy propose aux scolaires une visite guidée de la salle de l’Opéra. Pour certains spectacles, les répétitions générales sont ouvertes aux élèves. De nombreuses activités initiées par le Centre national du costume de scène sont également organisées.

Histoire : Après la première cure à Vichy de Napoléon III en 1861, la ville ne compte pas moins de 16 000 curistes par an. Un casino est inauguré en 1865 et le nombre de visiteurs, souvent amateurs de musique, ballets, pièces de théâtre et d’opéras comiques ne cessent de croître, parallèlement au développement de la troupe et de l’orchestre du théâtre. Pour répondre à une demande de plus en plus forte, la ville se dote d’un vaste périmètre thermal où est intégré un Théâtre Opéra. Cet ensemble devient le Grand Casino.

De 1901 à 1964, Vichy devient  « la capitale d’été de la musique » où tout artiste de qualité se doit de se produire. L’Opéra possède alors, pour la saison, qui va de mai à septembre, son propre orchestre, ses chœurs, ses chanteurs, son corps de ballet et accueille, en invités, des chefs et solistes prestigieux.

Entre les deux guerres, l’Opéra rayonne avec en moyenne 90 représentations lyriques chaque été. Un orchestre de 100 musiciens, une troupe de chanteurs, danseurs et comédiens résident à Vichy durant la forte saison.

En juillet 1940, le gouvernement s'installe à Vichy. Le 10 juillet, la salle de l'opéra est le théâtre du vote des pleins pouvoirs à Philippe Pétain par 569 parlementaires. Apposée à l'entrée, une plaque commémore les 80 députés et sénateurs qui osèrent s'y opposer, marquant publiquement leur résistance au nouveau régime

Précurseur en la matière, Vichy retrouve une activité riche en organisant la vie artistique estivale de 1952 à 1963 sous forme de festivals. Cependant, l’activité diminue peu à peu en raison du déclin du thermalisme pour arriver en 1970 à la disparation des orchestres et des troupes en résidence.

L’Opéra continue tout de même à accueillir de belles productions via les résidences de l’Opéra de Bordeaux et de l’Opéra du Rhin, mais la salle se dégrade lentement, marquée notamment par un incendie en 1986. En 1987, la Ville acquiert l’édifice et engage, avec l’aide de l’Etat et du Département, d’importants travaux de restauration sous la conduite des Monuments Historiques.

Depuis 1995, l’Opéra a retrouvé tout son éclat et accueille à nouveau de grands spectacles. Chaque année, plus de 40 000 spectateurs fréquentent l’Opéra de Vichy.

Premier opéra représenté : Aïda de Verdi le 2 juin 1901 avec Caroline Fierens dans le rôle-titre et le ténor Verdier en Radamès.

Production marquante : Dans le cadre de sa présidence d’un congrès international des compositeurs en 1935, Richard Strauss dirige son opéra Salomé devant 17 nations représentées.

Anecdote : Depuis 2008, l’Office de tourisme de Vichy organise un grand week-end de fête historique qui permet à la ville de renouer avec l’âge d’or qu’elle a connu sous le Second Empire et de rendre hommage à Louis-Napoléon Bonaparte. Pour l’occasion, un grand bal en costume d’époque est organisé au grand casino où résonne valses, polkas et autres mazurkas. Un « week-end impérial » est proposé par la ville avec balade en calèche et diner musical dansant à la « table d’hôte de l’Empereur. »

Acoustique : excellente jusqu’au dernier étage.

Tarifs : de 7 à 46 € selon la programmation. Les abonnements comprenant 4 spectacles minimum sont possibles uniquement en 1ère et 2e catégories. Des abonnements pour les jeunes et pour les étudiants comprenant 3 spectacles minimum sont également proposés. Attention tout de même, dans le cadre de ces abonnements, le placement automatique est imposé.

Vestiaire : le vestiaire de l’Opéra est proposé au public gratuitement.

Le bémol : Alors que le chant lyrique sous toutes ces formes (récitals, opéras, opérettes…) occupe la première place au sein de la « saison d’été » de l’Opéra, il faut bien reconnaître que la programmation très éclectique de la « saison d’hiver » le relègue à une position très secondaire. Preuve en est pour la saison 2016-2017 où seul l’Incoronazione di Poppea de Monteverdi (direction musicale : Sébastien d’Herin ; mise en scène : Klaus Michael Grüber) est à l’affiche.

Le dièse : l’Opéra est doté d’un musée qui a ouvert ses portes en juillet 2002. Il conserve un fonds d’archives très important grâce à sa reconstitution en 1987 initié par le Centre d’études et de recherche « Patrimoine musical de Vichy » et géré depuis 1996 par l’association « Musée de l’Opéra de Vichy. » Ce fonds rassemble tous les programmes de l’Opéra de 1901 à nos jours, des affiches et des journaux. Des expositions sont organisées chaque année dans ce musée.

Accès : l’ouverture des portes s’effectue 45 minutes avant le début du spectacle. L’accès à la salle de spectacle s’effectue 30 minutes avant le lever de rideau. Tout retardataire ne pourra accéder à sa place qu’à l’entracte suivant.

Accessibilité : les personnes à mobilité réduite doivent se faire connaître au moment de l’achat des billets.

Où diner à proximité ? Juste en face de l’entrée de l’Opéra, le restaurant La Veranda propose une cuisine raffinée dans une très belle salle ou au bord de la piscine. La réservation est vivement conseillée les soirs de spectacle.

Où dormir à proximité ? Dès la porte tambour à l’ancienne qui donne accès au grand hall de réception, vous allez baigner dans le charme désuet mais élégant typique des années 30 de l’Aletti Palace, hôtel 5 étoiles juste en face de l’entrée de l’Opéra. La plupart des chambres donnent sur les arbres centenaires des deux parcs qui entourent l’établissement. Pied-à-terre stratégique pour une soirée à l’Opéra comme pour visiter la ville !

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.

Partager