Sumi Jo : « Je ne peux pas m’épanouir en ne chantant que Gilda ou la Reine de la Nuit »

Par Laurent Bury | jeu 05 Avril 2012 | Imprimer
 
Sumi Jo fait ce printemps son grand retour sur les scènes parisiennes, où on ne l’avait pas revue depuis Fra Diavolo à l’Opéra-Comique en janvier-février 2009. Alors qu’elle s’apprête à incarner Madame Mao dans Nixon in China de John Adams à Paris du 10 au 18 avril, la soprano coréenne nous a reçu dans son hôtel, à deux pas du Théâtre du Châtelet.
 
 
Est-ce la première fois que vous chantez dans un opéra contemporain ?
Oui, et je vous avouerai que je n’étais pas vraiment attirée par cette idée, je n’ai a priori pas grande sympathie pour ce genre de musique. Pourtant, Unsuk Chin, la compositrice coréenne, est une très bonne amie, nous avons fait nos études ensemble dans la même université, et c’est à l’origine en pensant à moi qu’elle a composé Alice in Wonderland, mais on lui a demandé par la suite de baisser le rôle de la Reine afin pour qu’il puisse être interprété par une mezzo, donc j’ai manqué l’occasion de participer à la création mondiale de son opéra, dont on a beaucoup parlé. Enfin, je suis heureuse d’avoir accepté la proposition du Châtelet car j’apprends énormément, je découvre tout un monde nouveau. Dieu merci, j’ai l’oreille absolue, et j’ai fait de la danse dans mon enfance, ce qui m’a donné le sens du rythme, et je ne dis pas ça seulement pour moi, par rapport à ce que j’ai à chanter, car dans cette musique, si vous ratez votre entrée, c’est terrible pour les autres aussi, ils perdent leurs repères.
Une des difficultés du rôle de Madame Mao est que vous n’entrez en scène qu’à la fin du deuxième acte, et avec un air extrêmement virtuose.
Ne m’en parlez pas, c’est un cauchemar ! Je vais passer une heure et demie à trembler dans ma loge, c’est un peu comme avec la Reine de la Nuit. Dans cet air, « I am the wife of Mao Tse-Toung », je dois exprimer tout le pouvoir que détenait ce personnage redoutable, et je dois aussi transmettre sa négativité, c’est une chose dont je n’ai pas du tout l’habitude. Ce rôle me paraît pour le moment très dangereux, car je dois presque crier, ma voix doit y prendre une couleur qu’elle n’a pas du tout habituellement. C’est un vrai défi pour moi, je dois encore trouver mes marques. Et historiquement, j’apprends aussi beaucoup grâce à cet opéra, avec un metteur en scène chinois, Chen Shi-Zheng a connu cette époque étrange, il était en Chine au moment de la révolution culturelle. Et pour la première fois dans l’histoire de Nixon in China, tous les personnages chinois seront interprétés par des chanteurs d’origine asiatique. Enfin, tous sauf les trois secrétaires de Mao : au début des répétitions, il y avait trois Chinoises, mais elles ont été renvoyées au bout d’une semaine, et elles ont été remplacées par trois Occidentales. Pour ma part, quand je suis maquillée et en costume, j’ai un peu l’impression d’être Madame Mao, et personne ne pourra dire que je n’ai pas le physique du rôle ! Je tiens aussi à préciser que, malgré une orchestration assez lourde, les chanteurs ne seront pas sonorisés, contrairement à ce que prévoyait John Adams. Et je pense que le spectacle sera une vraie réussite : le ballet à la fin du deuxième acte est époustouflant.
Dans Nixon in China, vous partagez la vedette avec June Anderson. Vous connaissiez-vous déjà ?
Absolument, et June m’a envoyé un e-mail dès qu’elle a su que nous allions nous retrouver dans cette production.  Nous avons donné un concert ensemble au Canada, j’en garde un excellent souvenir. June est quelqu’un de très professionnel ; elle aussi a beaucoup chanté le bel canto, mais contrairement à moi, elle se tourne depuis quelques années vers un tout autre répertoire, plus moderne. Pour ma part, je ne me sens pas prête à faire la même chose. Bien sûr, les cordes vocales changent avec le temps. J’ai toujours les notes aiguës, et j’ai beaucoup gagné dans le médium et le registre grave, mais je ne veux pas changer de répertoire ; j’ai acquis une technique et je veux m’y tenir. L’essentiel est de faire les choses quand on se sent prêt physiquement. Par exemple, j’ai chanté La Traviata à Toulon, mais je n’ai pas été satisfaite du résultat. Donc ce n’est pas demain que je chanterai les grands rôles de Puccini ou Verdi !
Vous explorez pourtant régulièrement de nouveaux types de musique.
Ma dernière découverte, c’est Mahler. J’ai chanté la 4e et la 8e Symphonie, ainsi que des lieder. Il y a quinze jours, je donnais un récital à Strasbourg où il y avait de la musique baroque (Vivaldi, Haendel), des mélodies françaises (Gounod, Duparc), et aussi du Richard Strauss. Je dois dire que j’ai aujourd’hui tendance à me concentrer sur le récital : j’ai fêté l’an dernier le 25e anniversaire de mes débuts internationaux, j’ai beaucoup évolué en tant qu’artiste et en tant qu’être humain, et je veux maintenant faire ce qui me plaît vraiment, comme ma réputation me le permet désormais. Je ne peux pas m’épanouir en ne chantant que Gilda ou la Reine de la Nuit, j’aime aborder tous les genres. J’ai chanté pour la série télévisée Mildred Pierce réalisée par HBO, j’ai chanté du cross-over en Russie, des chansons en français écrites pour moi par Igor Kroutoï… L’essentiel, c’est que ma curiosité soit satisfaite, que cela fasse battre mon cœur. Mon prochain disque, chez Universal, sera un récital consacré à Bach, mais accompagné à la guitare. J’aime faire des choses exigeantes intellectuellement, mais aussi d’autres choses qui puissent toucher le plus large public, et justement, je veux rapprocher de nos contemporains les compositeurs d’il y a trois siècles. Je voudrais servir d’intermédiaire, moderniser cette musique mais de façon respectueuse : avec les cantates de Bach, c’est l’arrangement pour guitare qui introduit une couleur nouvelle. Quand j’étais enfant, je considérais Bach comme mon ennemi : je ne comprenais pas sa musique, mais je devais en jouer huit heures par jour !
Vous vous produisez régulièrement sur scène, vous chanterez bientôt La Fille du Régiment à Hambourg, mais on vous voit peu en DVD.
En revanche, on me voit beaucoup sur YouTube. L’autre jour, j’ai même découvert que j’avais été filmée par la porte entrouverte de ma chambre d’hôtel à Moscou : j’étais en train de me laver les mains, je ricanais avec une amie russe et je faisais mes vocalises en même temps. Heureusement, je ne disais pas de gros mots, et surtout, je chantais bien !
 
Propos recueillis et traduits par Laurent Bury, lundi 2 avril 2012 
 

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.