Britten et L'Amant de Lady Chatterley

Par Laurent Bury | ven 11 Janvier 2013 | Imprimer

En 2013, le centenaire de la naissance de Benjamin Britten sera notamment marqué par la parution chez Allen Lane d’une toute nouvelle biographie due à Paul Kildea, chef d’orchestre et spécialiste du compositeur. Celui-ci a notamment étudié les dossiers de censure concernant le livret des partitions de Britten, et on apprend ainsi qu’en 1946, The Rape of Lucretia fut créé au festival de Glyndebourne dans une version un peu expurgée. Le texte élaboré par Ronald Duncan d’après la pièce d’André Obey Le Viol de Lucrèce (1931), elle-même inspirée du poème de Shakespeare, incluait un passage quelque peu scabreux. A l’acte II, le Male Chorus aurait ainsi dû chanter : « Il lui prend la main et la place sur son glaive dégainé », suivi par le Female Chorus : « La blessant ainsi d’un désir égal, Blessure que seul son glaive peut guérir ». Ces deux vers offensèrent les responsables de la censure, qui y virent « une tentative transparente visant à dissimuler des choses laides sous de jolis mots », « à peine mieux que les obscénités de L’Amant de Lady Chatterley ». [Laurent Bury]
Paul Kildea, Benjamin Britten: A Life in the Twentieth Century, Allen Lane, à paraître en février prochain.

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.

Partager