Forum Opéra

Le modèle économique de l’opéra demeure fragile

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Brève
5 juillet 2023

Infos sur l’œuvre

Détails

Dans ses pages Economie et entreprises , le journal Le Monde daté du 6 juillet 2023, revient sur un sujet déjà débattu dans ses colonnes : le modèle économique des maisons d’opéra en France. Le sujet donc déjà connu des annulations ou report d’ouvrages lyriques pour la saison 2023-24, est opportunément remis à l’ordre du jour par le syndicat « Les forces musicales » à l’occasion de l’ouverture du 75e festival d’art lyrique d’Aix-en-Provence.

On rappelle les déboires que connaissent, à des degrés divers, les opéras de Rouen, Lyon, Lille, Montpellier et Nancy, contraints, qui à fermer momentanément ses portes, qui à rayer des ouvrages du programme. La faute essentiellement à un effet de ciseau : augmentation des coûts fixes (500 000 € supplémentaires à trouver à Nancy, dus au seul relèvement du point d’indice des fonctionnaires) et diminution des subventions. Or, ces subventions, limitées à 45% du budget total à l’Opéra de Paris, culminent à 80, voire 85% en province. L’intervention de la puissance publique, pour reprendre l’expression de Jean-Philippe Thiellay, directeur du Centre National de la Musique, « est consubstantielle du fonctionnement des opéras ». Selon lui, au vu des baisses drastiques de certaines subventions, la France pourrait connaître, comme en Italie ou aux Etats-Unis des fermetures de maisons d’opéra.

Il faut dire que l’opéra a du mal à se départir de son image élitiste, qui pousse nombre d’élus à réduire encore la part du budget de la culture accordée à l’opéra. A Lyon pourtant un spectateur sur quatre a moins de 29 ans et 83% ne vient qu’une fois dans l’année.

Les pistes de sortie de crise sont invariablement les mêmes : le mécénat peine à fonctionner en dehors de Paris et Aix-en-Provence , le partage des décors entre différentes maisons se met en place et les co-productions se multiplient.

La ministre de la culture, qui sera présente à Aix le 11 juillet, est aussi attendue sur la mise en œuvre des préconisations du rapport Sonrier(1)  afin de « créer un cadre durable pour l’opéra ». L’urgence est là.

(1) Le rapport Sonrier, rédigé par la directrice de l’opéra de Lille, est force de nombreuses propositions pour « construire l’opéra du XXIe siècle ».

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>
L'opéra de Lyon

Infos sur l’œuvre

Détails

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

[themoneytizer id="121707-28"]