Macbeth maudit au Met

Par Jean Michel Pennetier | mer 02 Octobre 2019 | Imprimer

Chez les anglo-saxons, Macbeth est considérée comme une pièce maudite, au point que les acteurs (et peut-être même Stéphane Lissner) parlent de « la pièce écossaise », plutôt que de citer son titre. La soirée du 28 septembre dernier aura justifié cette superstition, appliquée cette fois à l’opéra de Giuseppe Verdi. Première manifestation de la malédiction : Plácido Domingo renonçait au rôle-titre après la générale, préférant quitter définitivement le Met, la queue entre les jambes si l’on peut dire, après cette ultime apparition. Le soleil méditerranéen laissait place pour la première à la grisaille du baryton Željko Lučić (on pardonnera cette plaisanterie à serbe). Nouveau coup de théâtre sur le coup des 16 heures, pour la seconde représentation le samedi : Anna Netrebko publiait sur sa page Instagram « It looks like the curse of M is all over us.. today we have another Macbeth, and I will find out who is he on stage.. » (« On dirait que le malédiction de M est sur nous… Aujourd’hui, nous aurons un autre Macbeth, et je découvrirai qui sur scène… ». Le public du Met aura donc la surprise de découvrir Craig Colclough, chanteur américain ayant fait sa prise de rôle dans Macbeth à l’Opéra d’Anvers en juillet 2019. Doté d’une voix saine, de taille un brin limitée pour le Met, Colclough  a pour lui une belle expressivité. Mais un baryton-basse n’est pas un baryton Verdi et on le verra contraint d’arranger la partition à sa sauce pour éviter quelques aigus trop exposés au dernier acte. La diva est quant à elle apparue en petite forme, avec une voix encore plus sombre et sonore qu’à Londres, mais des vocalises bien laborieuses. Avant cela, le public aura dû patienter dans la salle pendant près d’une demi-heure, un incident technique bloquant le plateau, imposant une symphonie boulézienne de perceuses et coups de marteau sans maître ! Après tout, il y a peut-être du vrai dans ces superstitions. 

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.