Forum Opéra

Nouvelle saison de l’Opéra de Paris : rumeurs sur fond de certitudes

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Brève
2 mars 2019
Nouvelle saison de l’Opéra de Paris : rumeurs sur fond de certitudes

Infos sur l’œuvre

Détails

A la suite de l’envoi des premières brochures, le blog Carnet sur sol diffuse avant la communication officielle mi-mars la nouvelle saison de l’Opéra national de Paris. Vingt-deux opéras occuperaient l’affiche de septembre 2019 à juillet 2020, onze italiens, cinq allemands, quatre français et deux russes. Le conditionnel est de mise dans la mesure où l’information n’est pas encore confirmée mais selon son humeur, on peut déjà voir le verre à moitié plein ou à moitié vide. Les amateurs de grande voix se réjouiront de la présence de chanteurs en vue, en paire voire en brelan et même en carré (Don Carlo avec Roberto Alagna, Aleksandra Kurzak, Anita Rachvelishvili et René Pape). En vrac et au hasard : Julie Fuchs, Florian Sempey, Benjamin Bernheim, Pretty Yende, Javier Camarena, Michael Spyres, Sondra Radvanovsky et même Jonas Kaufmann (Die Walküre) ainsi que, déjà annoncé dans nos colonnes, Anna Netrebko et Yusif Eyvazov face à Ekaterina Semenchuk dans Adriana Lecouvreur. Poudre aux yeux et coups foireux répondont les grincheux, échaudés par les flops des saisons précédentes – les grèves et les virus ont souvent empêché ces dernières années les meilleures distributions de dépasser le stade du papier. Les mêmes relèveront aussi des titres recroquevillés sur le grand répertoire, sans rareté (Il pirata mais en version de concert) et peu de nouvelles productions : outre La traviata et Les Indes galantes déjà annoncés l’an passé, le Ring mis en scène par Calixto Bieto, Le Prince Igor confié à Barry Kosky et Manon de Massenet à Vincent Huguet, le tout ou presque dirigé par Philippe Jordan dont les derniers Troyens n’ont pas fait l’unanimité. Bref, rien de nouveau sous le soleil de Stéphane Lissner, concluront les râleurs de service :  une nouvelle fois, le bling-bling à courte échéance l’emporte sur l’imagination à long terme.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>

Infos sur l’œuvre

Détails

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

[themoneytizer id="121707-28"]