Opéra et argent sale

Par Jean Michel Pennetier | mer 22 Mai 2019 | Imprimer

Au moment où le financement public de l’art lyrique se réduit un peu partout, les institutions concernées se trouvent confrontées à un nouveau défi : l’argent des sponsors est-il « politiquement correct » ? La polémique enfle aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne au sujet de la générosité des Sackler. Avec une fortune estimée à plus de 10 milliards de dollars, les Sackler sont une des familles les plus riches des Etats-Unis, à la 19e place du classement, bien devant les Rockefeller pourtant bien plus célèbres. Chaque année, leur fonds caritatif distribue environ 125 millions d’euros de subsides à des institutions culturelles, majoritairement des musées, mais aussi des théâtres comme le Royal Opera à Londres.

Arthur, Mortimer et Raymond Sackler ont racheté le laboratoire Purdue Pharma (1892) dans les années 50. Spécialisé dans les anti-douleurs, la société commercialise, à partir de 1995, l'OxyContin. Le produit est efficace mais le laboratoire a occulté son fort potentiel addictif. A coups de séminaires gratuits et de conférences payées, les bénéfices explosent, atteignant 31 milliards en 2016. Il faut dire que les patients ont tendance à surconsommer le produit (l'effet du médicament est de 8h au lieu des 12 annoncées), certains basculent dans les drogues dures. Enfin, des cliniques « de complaisance » alimentent un marché parallèle de cet opiacé. Parfaitement conscients de ces problèmes et de cette dérive, les dirigeants laissent faire, encourageant au contraire leurs commerciaux à pulvériser leurs objectifs.

A partir des années 2000, les procès se succèdent et les amendes tombent. Le scandale n'explose qu'à la fin des années 2000, dans la foulée de multiples révélations mettant en évidence le cynisme de la compagnie. Dans la foulée, le Metropolitan Museum annonce qu’il renonce à ces dons, même si la pilule est dure à avaler. Contacté, le Royal Opera a réservé sa réponse. Il faut dire que seule une partie de la famille reste actionnaire du laboratoire, l’autre ayant vendu ses actions en 1987 et ne se privant pas de critiquer les méthodes de Purdue Pharma. On a coutume de dire que l’argent n’a pas d'odeur, mais ce n'est pas « Sackler » que ça. 

Dans le même temps, c’est l’Opéra de Liège qui est sous le feu des critiques : le théâtre reçoit en effet des dons de Japan Tobacco International. Or, depuis 1977, la publicité pour le tabac et le parrainage par ses industriels sont interdits en Belgique. Le fabricant a rétorqué que sa collaboration avec l’Opéra de Liège n'avait  « jamais fait la moindre référence ni publicité pour des produits du tabac ».  Le dossier est en cours d’instruction par les services d’inspection du Service Public Fédéral de Santé publique belge (voir ci-dessous la position de l'institution wallone*).

Enfin, on rappellera qu’en mars dernier, la Scala a décidé de mettre fin à son partenariat avec l’Arabie Saoudite, qui devait lui rapporter la coquette somme de 15 millions d’euros sur 5 ans. Les 3 millions déjà versés ont été intégralement remboursés, décision prise à l’unanimité du conseil d’administration du théâtre milanais. Cette rupture faisait suite à l'assassinat, précédé de torture, de l’opposant Jamal Khashoggi, au sein même du consulat d'Arabie saoudite à Istanbul.

* Communiqué de presse (06/05/2019)
Suite à la publication ce lundi 06 mai 2019 d’articles de presse relatifs à un soutien en mécénat perçu, l’Opéra Royal de Wallonie tient à clarifier les points suivants :
  • L’Opéra Royal de Wallonie est tenu par Décret et par son Contrat-Programme d’atteindre un objectif de 14% de recettes propres et réfléchit en permanence à diversifier ses sources de rentrées financières.
  • C’est avec Prométhéa, acteur de référence en Belgique dans la mise en relation de mécènes potentiels et d’institutions culturelles en Belgique -dont le travail est connu et reconnu- que l’Opéra Royal de Wallonie a signé, entre 2012 et 2018, des conventions annuelles lui permettant de percevoir un soutien en mécénat du groupe JTI. Plusieurs autres opérateurs culturels belges ont d’ailleurs bénéficié d’un soutien par la même société, par l’intermédiaire de Prométhéa.
  • En 2018, le montant perçu dans ce cadre par l’ORW représentait 0,0006% des rentrées totales de l’institution.
  • C’est en toute transparence et convaincu de la légalité de la démarche que l’ORW a offert au mécène, en 2018, un retour en places de spectacles et présence du logo de la société sur son site internet/dans les programmes de spectacle.
  • Juridiquement, il ne paraît pas, prima facie, que l’apposition du logo de la société JTI soit illégale, dès lors que ni les marques de tabac détenues par cette société, ni les produits commercialisés par celles-ci n’ont fait l’objet d’une quelconque promotion.
L’Opéra Royal de Wallonie se réserve le droit d’entreprendre toute action utile à la réparation du préjudice subi.
 

 

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.

Partager