Ramon Vargas reviendra-t-il à Martina Franca ?

Par Maurice Salles | mer 09 Août 2017 | Imprimer

En 1992 , Ramon Vargas chantait à Martina Franca le rôle de Paolino dans Il matrimonio secreto. Vingt-cinq ans plus tard, il est de retour pour recevoir le prix Rodolfo Celletti, du nom du grand musicologue italien qui fut l'un des fondateurs du Festival de la Valle d'Itria et qui aurait eu cent ans cette année. La cérémonie se déroule dans la cour du palais ducal et constitue un entracte au concert Vivaldi dirigé par Diego Fasolis. A la courte introduction d'Alberto Triola, directeur artistique du festival, succède l'allocution du président Punzi, qui quarante- trois ans après défend avec une passion inaltérée une manifestation qui a contribué à faire connaître Martina Franca dans le monde musical et en constitue désormais l'identité. Le ténor mexicain prend ensuite la parole pour évoquer quelques souvenirs de celui qui fut, quelques années durant, son guide et son conseiller, dont il rappelle l'immense culture musicale et la sévérité - il obligea Vargas à annuler un contrat pour Il Pirata, qu'il jugeait prématuré, par un ultimatum menaçant – mais aussi la compétence pour apprécier les voix et la clairvoyance, puisqu'il avait prédit l'évolution du ténor, alors di grazia, vers le lirico et même le lirico spinto qu'il est devenu. C'est pourquoi les écrits de Rodolfo Celletti lui semblent constituer une mine inépuisable pour la formation des chanteurs, même au-delà du bel canto. Paroles convenues ou dictées par l'émotion, car la chaleur du public l'a visiblement ému, Ramon Vargas conclut par ces mots : « J'aimerais revenir ! ». Les paris sont ouverts !