Roselyne Bachelot, de Verdi à Corentine

Par Christophe Rizoud | ven 28 Juin 2019 | Imprimer

Quel point commun entre Giuseppe Verdi et Corentine Sinou*, domestique puis ouvrière dans la France du début du 20e siècle ? Réponse : leur biographe, Roselyne Bachelot, et la manière dont l’écrivaine met à profit ses extraordinaires talents de conteuse pour rendre la vie de l’un comme de l’autre passionnante à lire. A bien y songer, il y a aussi une certaine similitude entre la rigueur bourgeoise obtuse de Giorgio Germont dans La traviata et la manière dont les beaux-parents de Corentine se comportèrent avec cette dernière, coupable à leurs yeux d’avoir dévoyé leur fils en l’épousant. Dans les années 1910, il était interdit à un jeune homme de bonne famille de se marier avec une servante. Le courage de Corentine, projetée dès son plus jeune âge dans un monde intraitable, peut servir d’exemple et l’on comprend, au fil des pages, pourquoi Roselyne Bachelot a choisi de raconter ce destin rude mais exceptionnel. A cette légitime admiration se mêle une part de fierté : Corentine était sa grand-mère.

* Verdi Amoureux, Flammarion 2013
Corentine, Plon 2019

 

VOUS AIMEZ NOUS LIRE…

… vous pouvez nous épauler. Depuis sa création en 1999, forumopera.com est un magazine en ligne gratuit et tient à le rester. L’information que nous délivrons quotidiennement a pour objectif premier de promouvoir l’opéra auprès du plus grand nombre. La rendre payante en limiterait l'accès, a contrario de cet objectif. Nous nous y refusons. Aujourd’hui, nous tenons à réserver nos rares espaces publicitaires à des opérateurs culturels qualitatifs. Notre taux d’audience, lui, est en hausse régulière avoisinant les 160.000 lecteurs par mois. Pour nous permettre de nouveaux développements, de nouvelles audaces – bref, un site encore plus axé vers les désirs de ses lecteurs – votre soutien est nécessaire. Si vous aimez Forumopera.com, n’hésitez pas à faire un don, même modeste.

Partager