Forum Opéra

Salles combles pour le Chénier de Jonas Kaufmann

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Brève
30 janvier 2015
Salles combles pour le Chénier de Jonas Kaufmann

Infos sur l’œuvre

Détails

Affichettes « complet » placardées à l’entrée du cinéma et cohue à l’entrée de la salle, preuve s’il en est que certains artistes attirent encore sur leur nom seul. Il faut dire que le Chénier de Jonas Kaufmann a de la gueule : de son timbre moiré passant du voile des piani à l’éclat de l’aigu, il campe plus le poète que l’orateur, cherche plus l’élégie que la diatribe. Lui répond l’incandescence d’Eva-Maria Westbroek, très investie et dont la voix ample et riche épouse les affres de Madeleine. Dommage qu’elle reste précautionneuse dans le crescendo final de son grand air. Le dernier duo du quatrième acte mettra tout le monde d’accord, au Royal Opera House comme dans le cinéma. Reste le cas Zeljko Lucic : voix saine, puissante mais monocorde. Chacun des personnages qu’il chante a la même couleur. Gérard s’ajoute à la liste.  Dans les seconds rôles, majoritairement bien tenus, la Madelon d’Elena Zilio emporte une adhésion immédiate et évidente, cependant que la Bersi de Denyce Graves laisse plus dubitatif. La couleur du timbre est intéressante mais la voix peine à s’épanouir. Rosalind Plowright se promène élégament en Comtesse de Coigny. Baguette fougueuse dans la fosse que celle d’Antonio Pappano. Si le son cinéma lisse les textures de l’orchestre du Royal Opera House, il reste le souffle. Ce Chénier vit, depuis les mignardises de la Comtesse jusqu’au roulement de tambour de la guillotine. Rubans et charrettes, c’est finalement ce qu’il reste de la production de David McVicar, sobre et sans arête, pâle de direction d’acteur, fidèle, adéquatement illustrative.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>
Jonas Kaufmann (Andrea Chenier), Eva-Maria Westbroek (Maddalena) © Alastair Muir

Infos sur l’œuvre

Détails

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

[themoneytizer id="121707-28"]