Forum Opéra

César Franck, mélodies

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
10 juillet 2015
Un enterrement en guise de résurrection

Note ForumOpera.com

1

Infos sur l’œuvre

Détails

Passez ! Passez toujours (1860)

L’Emir de Bengador (1843)

Ninon (1851)

L’ange et l’enfant (1846)

Aimer (1849)

A cette terre où l’on ploie sa tente (1847)

Le Sylphe (1843)

Nocturne (1884)

Robin Gray (1843)

Souvenance (1846)

S’il est un charmant gazon (1857)

Le mariage des roses (1870)

Lied (1873)

Roses et papillons (1860)

Le vase brisé (1879)

La procession (1889)

Paris (1870)

Les cloches du soir (1888)

Patria (1871)

Catherine Dune, soprano

Patrick Delcour, baryton

Jean Schils, piano

Enregistré en septembre 2002 et septembre 2004

1 CD Maguelone MAG 111.147 – 79’22

Le label Maguelone réédite un disque consacré aux mélodies de César Franck, gravé en 2002 et 2004. Anne-Catherine Gillet, que faisiez-vous alors ? Pourquoi, sans Lionel Lhote, des héros de la Belgique assembla-t-on l’élite ? Pourquoi, trop jeunes encore, ne pûtes-vous alors entrer dans le studio de l’enregistrement ?

On peut comprendre qu’au moins une partie des interprètes aient été choisis pour leur nationalité : bien que naturalisé français, Cesar Franck est né belge, et c’est à Liège que fut récemment créé son opéra Stradella. Le pianiste est donc liégeois, et l’un des chanteurs l’est également, tous deux produits du Conservatoire de Liège. Mais s’il est louable de vouloir révéler les mélodies du Pater Seraphicus, encore eût-il fallu se donner les moyens de le faire de manière à les imposer à l’auditeur. Hélas, on est très loin du compte car les artistes réunis seraient bien en peine de transcender les limites de ces œuvres, ayant déjà fort à faire pour surmonter les problèmes que semble leur poser l’art du chant.

Dans les années 1990, le baryton belge Patrick Delcour incarnait à l’Opéra royal de Wallonie des personnages de premier plan, Dandini dans La Cenerentola, par exemple, mais il y tient désormais des troisièmes ou quatrièmes rôles (Ceprano dans Rigoletto). Dès les premières plages, on est interloqué par une redouble platitude d’intonation, comme si toutes les syllabes se valaient, avec notamment des e muets terriblement appuyés. La voix est souvent engorgée, et se cantonne dans un mezzo-forte uniforme.

Quant à Catherine Dune, sa présence s’explique d’autant moins qu’elle n’est même pas belge. Le timbre manque de chair, l’aigu devient vite désagréablement chevrotant. Desservies par ces deux chanteurs, les mélodies de César Franck paraissent bien ternes elles aussi, surtout si on a en tête ce que d’autres compositeurs ont fait des mêmes textes (« Ninon, que fais-tu de la vie »…). Les mélodies de jeunesse, assez platement strophiques, ne marqueront guère les esprits, et pour les autres, on en restera aux interprétations autrement plus vigoureuses de George Thill, Gérard Souzay ou Dietrich Fischer-Dieskau.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>
61d6foemfwl_sl1417_

Note ForumOpera.com

1

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Passez ! Passez toujours (1860)

L’Emir de Bengador (1843)

Ninon (1851)

L’ange et l’enfant (1846)

Aimer (1849)

A cette terre où l’on ploie sa tente (1847)

Le Sylphe (1843)

Nocturne (1884)

Robin Gray (1843)

Souvenance (1846)

S’il est un charmant gazon (1857)

Le mariage des roses (1870)

Lied (1873)

Roses et papillons (1860)

Le vase brisé (1879)

La procession (1889)

Paris (1870)

Les cloches du soir (1888)

Patria (1871)

Catherine Dune, soprano

Patrick Delcour, baryton

Jean Schils, piano

Enregistré en septembre 2002 et septembre 2004

1 CD Maguelone MAG 111.147 – 79’22

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Enfin de quoi se réjouir des JO !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Enfin de quoi se réjouir des JO !
Maïté BEAUMONT, Rocio PÉREZ, Joshua LOVELL
CDSWAG