Forum Opéra

My Secret Heart

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
8 juillet 2015
Le West End en culotte de peau

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Hilde Güden, soprano

Ivor Novello

« Music in May » (Careless Rapture)

Noel Coward

« I’ll follow my secret heart » (Conversation Piece)

« Zigeuner » (Bitter Sweet)

Ivor Novello

« Leap year waltz » (The Dancing Years)

« Someday my heart will awake » (King’s Rhapsody)

« I can give you the starlight », « Waltz of my heart » (The Dancing Years)

Noel Coward

« I’ll see you again » (Bitter Sweet)

Ivor Novello

« A violin began to play » (King’s Rhapsody)

« We’ll gather lilacs » (Perchance to Dream)

Noel Coward

« Someday I’ll find you » (Private Lives)

Ivor Novello

« Glamorous Night » (Glamorous Night)

Stanley Black Chorus and Orchestra

Direction musicale

Stanley Black

Enregistrement realize dans les studios de Kingsway Hall, Londres, en mars 1957

« O du lieber Augustin »

« Brüderlein fein »

« Die Banda kommt »

« S’Mailufterl »

« Wenn’s die Geigen Heimlich streicheln »

« Wiener Künstler »

« Das ist mein Wien »

« Kunst und Natur »

« Ich und der Mond »

« Wien, Weib, Wein »

« S’Herz von an echten Weana »

« Vogerl, flieg’ in’ d’ Welt hinaus »

« Wie sich der Wiener den Himmel vorstellt »

« Wiener-Wald »

« Herrgott, wie schön bist du Wien »

Orchestre dirigé par Kurt Adler

Enregistrement réalisé en octobre 1952

1 CD Decca 480 8157 – 60’11

En France, qui connaît encore Ivor Novello (1893-1951) ? Les cinéphiles savent qu’il fut l’interprète d’un des premiers films (muets) d’Alfred Hitchcock, The Lodger (1927), et certains se souviennent peut-être de Jeremy Northam jouant dans Gosford Park le rôle de cet acteur fort célèbre en son temps. Dans le film de Robert Altman, Ivor Novello divertit les châtelains par ses talents de compositeur de comédies musicales : il s’accompagne au piano pour chanter « I can give you the starlight », et sa valse « Waltz of my heart », au piano, figure également dans la bande-son de ce long métrage sorti en 2002. Quant à Noel Coward (1899-1973), notre pays semble superbement ignorer ce Sacha Guitry anglais : malgré quelques tentatives ponctuelles d’adaptations sur les scènes hexagonales, son théâtre, parlé ou chanté, ne s’est jamais durablement imposé chez nous.

C’est pourtant Yvonne Printemps qui eut le privilège de créer à Londres en 1934 le rôle principal (écrit pour elle) dans Conversation Piece, et donc d’être la première interprète de l’air qui donne son titre au disque aujourd’hui réédité par Decca (et reporté pour la première fois en CD, nous assure-t-on). L’héroïne de cette comédie située en 1811 est une danseuse qu’on fait passer pour une riche héritière, et lors d’un concert donné à Monte Carlo en 1991, Felicity Lott s’était amusée à imiter l’inimitable anglais que parlait la grande Yvonne, du moins pour le premier couplet de « I’ll follow my secret heart », le reste étant interprété avec un chic et un chien qui font regretter amèrement que « Flott » n’ait pas davantage enregistré ce répertoire. On ne peut donc que s’interroger lorsqu’on découvre Hilde Güden dans cette sélection de mélodies dues à messieurs Novello et Coward. En 1957, cette soprano autrichienne était reconnue comme une grande straussienne : elle était Sophie depuis un certain temps, sa Zerbinette avait ébloui Salzbourg trois ans auparavant, et elle devait graver en 1964 une version anthologique de Daphne. Qu’avait-elle de commun avec le théâtre du West End londonien ? Fort peu de chose, on s’en doute, mais elle pouvait prêter à ces mélodies sucrées un timbre léger et quelque peu schwarzkopfien, la préciosité en moins. Sous un épais nappage de harpes et cordes hollywoodiennes, pas question de conférer la moindre distance, la moindre ironie à ces airs que Fraulein Güden chante en y mettant tout son cœur, quitte à être un peu à côté du ton voulu.

Tant qu’à faire de donner dans le kitsch, on savourera peut-être plus franchement la quinzaine de plages ajoutées en bonus par Decca (qu’on ne félicite pas, soit dit en passant, pour l’absence totale de travail éditorial : certes, le CD reproduit l’étiquette du microsillon original, mais il faut se contenter en guise de livret d’accompagnement d’une photo microscopique du revers de la pochette de 1957). Avec ces extraits d’un disque intitulé Hilde Gueden Sings Music from Vienna, on découvre un tout autre univers, avec accordéon et autres instruments folkloriques. Les viennoiseries s’enchaînent, la valse du Freischütz passe par là, et Hilde Güden s’avère beaucoup plus piquante, natürlich. Alors que dans les comédies anglaises, on la sentait bridée, elle s’autorise ici tous les effets appropriés, les ralentis et les glissandos les plus excessifs mais délicieusement dans le style.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>
81k5jyp1gul_sl1417_

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Hilde Güden, soprano

Ivor Novello

« Music in May » (Careless Rapture)

Noel Coward

« I’ll follow my secret heart » (Conversation Piece)

« Zigeuner » (Bitter Sweet)

Ivor Novello

« Leap year waltz » (The Dancing Years)

« Someday my heart will awake » (King’s Rhapsody)

« I can give you the starlight », « Waltz of my heart » (The Dancing Years)

Noel Coward

« I’ll see you again » (Bitter Sweet)

Ivor Novello

« A violin began to play » (King’s Rhapsody)

« We’ll gather lilacs » (Perchance to Dream)

Noel Coward

« Someday I’ll find you » (Private Lives)

Ivor Novello

« Glamorous Night » (Glamorous Night)

Stanley Black Chorus and Orchestra

Direction musicale

Stanley Black

Enregistrement realize dans les studios de Kingsway Hall, Londres, en mars 1957

« O du lieber Augustin »

« Brüderlein fein »

« Die Banda kommt »

« S’Mailufterl »

« Wenn’s die Geigen Heimlich streicheln »

« Wiener Künstler »

« Das ist mein Wien »

« Kunst und Natur »

« Ich und der Mond »

« Wien, Weib, Wein »

« S’Herz von an echten Weana »

« Vogerl, flieg’ in’ d’ Welt hinaus »

« Wie sich der Wiener den Himmel vorstellt »

« Wiener-Wald »

« Herrgott, wie schön bist du Wien »

Orchestre dirigé par Kurt Adler

Enregistrement réalisé en octobre 1952

1 CD Decca 480 8157 – 60’11

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Pétillant et pétulant
Iakovos PAPPAS, Christophe CRAPEZ, Chloé JACOB
CD