Forum Opéra

Farewells

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
3 juin 2022
Les adieux de Jakub Józef Orliński

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Détails

Henryk Czyż 1923–2003

Alexander Pushkin transl. Julian Tuwim
1-3 Pożegnania (Farewells)

Tadeusz Baird 1928–1981
William Shakespeare transl. Maciej Słomczyński
4-7 Sonety miłosne (4 Love Sonnets)

Karol Szymanowski 1882–1937
8-11Pieśni kurpiowskie Op.58, zeszyt 1 (Songs from Kurpie, Volume 1)

Paweł Łukaszewski b.1968
Maria Pawlikowska-Jasnorzewska
12 Jesień, 3 Pieśni: n°1 (Autumn, 3 songs: n°1)

Mieczysław Karłowicz 1876–1909

Adam Asnyk · Heinrich Heine / Maria Konopnicka · Jan Iwánski · Zygmunt Krasiński · Juliusz Słowacki · Kazimierz Tetmajer ·Józef Waśniewski

13-24 6 Pieśni Op.1 · 10 Pieśni Op.3 · Czasem gdy długo na pół sennie marzę (Sometimes, When I Spend A Long Time Dreaming)

Stanisław Moniuszko 1819–1872
Jan Czeczot · Nikolay Grekov

25 Łza, 7. Śpiewnik domowy : n° 13 (The Tear, Home Songbook VII, n° 13)
26 Prząśniczka, 3. Śpiewnik domowy n° 7 (The Spinner, Home Songbook III, n° 7)

Jakub Józef Orliński, contre-ténor

Michał Biel, piano

1 CD WARNER CLASSICS/ERATO, 57.14’, mai 2022, enregistré en 2021 à Varsovie, salle Nowa Miodowa

S’il n’est évidemment pas encore question pour le jeune contre-ténor de faire ses adieux à la scène, un changement de registre et d’image pourrait bien être le signe d’une forme de maturité répondant aux vœux d’une partie de la critique. C’est en effet une double nouveauté qu’offre ce CD, puisque Jakub Józef Orliński quitte provisoirement le répertoire baroque (auquel sont consacrés ses trois premiers enregistrements au disque) pour celui de la mélodie, et qu’il choisit ici de chanter exclusivement des œuvres écrites dans sa langue maternelle, le polonais, composées aux XIXe et XXe siècles.

Dans ce répertoire inattendu pour beaucoup, loin des « effets » qui lui ont parfois été reprochés (mélange des genres lors de prestations de breakdance – par ailleurs fort réussies –, images considérées comme trop séduisantes), le chanteur adopte une sobriété présente tout autant dans le chant que sur les photos de l’album. Autant de raisons qui devraient permettre d’être attentif avant tout au chant et à la musique, sans préjugés paradoxalement induits par l’affichage d’une aisance physique enviable et d’une apparence flatteuse.

Dans un texte d’introduction, avec simplicité, le contre-ténor parle de la nécessité d’explorer de nouveaux chemins, et rend hommage au pianiste Michał Biel, qui lui a permis de découvrir les chants de Szymanowski, point de départ de la construction de ce nouveau programme. Ce duo de Polonais s’est attaché à faire connaître la musique de leur patrie lors de tournées internationales pendant plusieurs années avant de concevoir ce disque. Outre le travail considérable que représente l’appropriation d’un corpus nouveau et la transposition de morceaux composés initialement pour des voix de baryton, mezzo-soprano ou autres tessitures, le passage de l’expression des affects baroques et de la forme opératique au format bref et intimiste de la mélodie représente un défi que Józef Orliński relève avec une indiscutable maîtrise et un talent certain.

Le CD réserve de belles surprises, avec, d’emblée, une mélodie magnifique précédée d’une introduction particulièrement dramatique au piano. C’est le premier de trois poèmes d’amour de Pouchkine, dans une traduction du poète polonais Julian Tuwim, mis en musique par Henryk Czyż (1923-2003), dans lesquels le timbre légèrement voilé du chanteur ajoute une once de mélancolie supplémentaire (écouter par exemple la fin du troisième poème). Dans une osmose parfaite avec son pianiste et ami Michał Biel, Józef Orliński fait alterner le chant et le silence – des pauses suspendent alors le flux des regrets –, l’apparente harmonie et les aspérités, jouant sur le phrasé et sur le timbre, sans brider dans certains passages une forme de raucité ni à d’autres moments une manière de beau chant.

D’une façon générale, l’artiste met le métier acquis dans la pratique du chant baroque au service de la mélodie, qui se nourrit du sens des nuances, d’une certaine forme de virtuosité aussi, mais sans étalage, et gagne ainsi en puissance dramatique.

L’ensemble du CD ménage des transitions dans un programme soucieux de variété et de diversité au sein de la thématique générale des adieux : après la tonalité quasi tragique de Pouchkine et Henryk Czyż, faite de nostalgie romantique, de tristesse – parfois  apaisée il est vrai –, nimbée des brumes de la nuit et de beauté poignante, les pièces de Tadeusz Baird (1928-1981) – quatre Sonnets d’amour de Shakespeare traduits par Maciej Słomczyńsk – proposent des introductions pianistiques faisant de l’entrée vocale une véritable déchirure, mais aussi des rythmes de danses, plus allègres et enlevés. Orliński se fait ici conteur, s’animant parfois, à l’instar du piano sautillant du deuxième sonnet, tandis que le troisième convoque des accents religieux et que le quatrième est saisissant comme l’hiver qu’il décrit : rythme lent, mélodie poignante, voix qui reste en suspens en fin de phrase (avec un étonnant port de voix descendant en manière de conclusion).

C’est une excellente idée d’avoir placé les Chants de Kurpie, à l’écriture exigeante et austère, après Henryk Czyż et Tadeusz Baird, dont les mélodies agréables s’écoutent plus facilement et préparent l’oreille à l’audition de la musique de Karol Szymanowski (1882-1937). Ce cycle du premier cahier est une litanie de plaintes, avec ses cygnes blancs, la douleur de la  solitude, du doute et de l’effroi, qu’interrompt brièvement la perspective d’un chant radieux (fin du chant 2) mais qui se clôt sur l’épouvante de la « nuit trop sombre ». On y décèle alors la tension de la voix, les éclats et les portamenti, le jeu sonore des consonnes et des onomatopées, la beauté des notes longuement prolongées, tout ce qui relève d’un style radicalement différent.

Placé à peu près au centre du programme, Automne de Pawel Łukaszewski (né en 1968) relève d’un pari audacieux. La longue introduction au piano annonce un texte (de la poétesse Maria Pawlikowska-Jasnorzewska) d’une belle originalité par rapport aux topoi habituels de ce genre lyrique. Le chant commence a cappella et comporte des notes très basses dans la tessiture de contre-ténor. Il se termine sur des sons chantés à bouche fermée et sur quelque notes énigmatiques égrenées au piano. Mystère et étrangeté règnent dans ce qui constitue un véritable hapax dans ce CD.

À partir de la plage 13, la musique et le chant agissent comme un baume après cette incursion dans le dépouillement de la modernité, car on revient alors à la musique tonale et aux fondamentaux du chant populaire romantique. Mieczysław Karłowicz (1876-1909), avec douze mélodies, représente presque la moitié des titres du CD. Il s’agit de pièces très brèves dont les vers postromantiques se prêtent remarquablement bien à la recréation d’un folklore à partir de l’œuvre de poètes contemporains du compositeur. Ils nous livrent une vision cosmique de l’amour, célèbrent les noces d’Eros et de Thanatos : le chant passe de l’abattement à la fougue, et inversement. Ce cycle comporte aussi (plage 19) une adaptation polonaise d’un poème de Heinrich Heine, le « romantique défroqué » pastichant le vocabulaire du romantisme allemand pour en dire la mort définitive – la mélodie comme la voix de Jakub Józef Orliński soulignent toute l’élégance de ce regard acéré, sagace autant que nostalgique. Enfin, après trois chants de Kazimierz Tetmajer, chantre de la Jeune Pologne et de l’esprit fin de siècle, les Pieśni de Karłowicz se concluent sur une sorte de ballade, La Princesse ensorcelée, poème d’Adam Asnyk.

Le programme se poursuit avec deux mélodies de Stanisław Moniuszko (1819-1872), Le « père de l’opéra polonais » (dont on connaît surtout, en France, Halka et Le Manoir hanté), extraites des Livres de chants du foyer, avec, pour clore l’album, la transposition musicale du chant d’une fileuse et du fil qui casse. Ainsi ce CD dont les pièces expriment principalement langueur et mélancolie se termine-t-il par une mélodie enlevée, suivant le rythme endiablé d’un rouet, manifestant le dynamisme intact du chanteur au terme de ses adieux successifs.

Il faut par ailleurs souligner l’excellente prise de son rendant palpable la coordination entre les deux musiciens, dont la présence, captée par Mateusz Banasiuk dans la salle de concert Nowa Miodowa à Varsovie, est rendue plus intense par une sensibilité et une plasticité résultant d’une attention réciproque.

On regrettera simplement que l’éditeur se soit contenté de faire figurer sur le livret les textes polonais et leur traduction anglaise, invitant à chercher sur le site de Warner Classics, ce qui n’est ni simple ni satisfaisant, l’intégralité des textes – et donc la traduction française, qui pourtant nous paraît indispensable, même si, comme l’écrit Jakub Józef Orliński, la musique peut émouvoir l’auditeur, « qu’il comprenne le sens du texte ou non ».

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
Farewells - Jakub Józef Orliński - Michał Biel – CD Warner Classics/Erato 2022

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Henryk Czyż 1923–2003

Alexander Pushkin transl. Julian Tuwim
1-3 Pożegnania (Farewells)

Tadeusz Baird 1928–1981
William Shakespeare transl. Maciej Słomczyński
4-7 Sonety miłosne (4 Love Sonnets)

Karol Szymanowski 1882–1937
8-11Pieśni kurpiowskie Op.58, zeszyt 1 (Songs from Kurpie, Volume 1)

Paweł Łukaszewski b.1968
Maria Pawlikowska-Jasnorzewska
12 Jesień, 3 Pieśni: n°1 (Autumn, 3 songs: n°1)

Mieczysław Karłowicz 1876–1909

Adam Asnyk · Heinrich Heine / Maria Konopnicka · Jan Iwánski · Zygmunt Krasiński · Juliusz Słowacki · Kazimierz Tetmajer ·Józef Waśniewski

13-24 6 Pieśni Op.1 · 10 Pieśni Op.3 · Czasem gdy długo na pół sennie marzę (Sometimes, When I Spend A Long Time Dreaming)

Stanisław Moniuszko 1819–1872
Jan Czeczot · Nikolay Grekov

25 Łza, 7. Śpiewnik domowy : n° 13 (The Tear, Home Songbook VII, n° 13)
26 Prząśniczka, 3. Śpiewnik domowy n° 7 (The Spinner, Home Songbook III, n° 7)

Jakub Józef Orliński, contre-ténor

Michał Biel, piano

1 CD WARNER CLASSICS/ERATO, 57.14’, mai 2022, enregistré en 2021 à Varsovie, salle Nowa Miodowa

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

« Par Toutatis », tout sur Atys !
LivreSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :