Forum Opéra

Les deux mages de Venise

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Livre
12 février 2015
Le crépuscule des deux dieux

Note ForumOpera.com

2

Infos sur l’œuvre

Détails

Livre papier : 18,50 €

140×205 mm, 256 p.

Livre numérique : 8,99 €

Venise, 13 février 1883, Richard Wagner meurt au Palais Vendramin, exactement un mois après que Frantz Lisz lui a rendu visite. Imaginer les derniers jours que partagèrent, à leur crépuscule dans cette ville irréelle, ces deux dieux de la musique stimule l’imagination. Psychiatre, psychanalyste et musicien, Philippe André est l’auteur de plusieurs ouvrages sur le compositeur de la Méphisto Waltz. De ses « deux mages de Venise », inutile de préciser lequel a sa préférence. Dans cette histoire romancée, le hongrois est enfant terrible quand l’allemand, dépassé par les événements, joue les bonnets de nuit. Entraîné par son incorrigible  beau-père dans une cité des doges labyrinthique, Wagner n’a pour se raccrocher à la réalité que les surnoms ridicules dont il affuble son épouse toutes les deux pages : « mon pinson friand de loukoums parfumés à la rose », « ma chasseresse aux mille parfums d’Orient alambiqués en alcôve », etc. Cosima, muette, semble écouter d’une oreille distraite le récit de frasques auxquelles elle n’est pas conviée.

Alors que le musicien de l’avenir se montre moins audacieux dans la vie qu’il ne l’est dans ses opéras, l’abbé, toujours vert, rêve d’un art total dont une galère abandonnée serait le théâtre. Nains, vieillards diaboliques, enchanteresses au souffle parfumé, déesses au tétin prodigue et autres personnages monstrueux accompagnent leurs errances nocturnes. La figure brûlée par les acides, le professeur Spallanzani emprunte ses traits de cire à Liszt. Sa créature, Olympia, ressemble à Cosima. Le conte n’est pourtant pas d’Hoffmann. Frantz gamberge mais c’est Richard qui patauge et se réveille, nu, à quelques pas d’un gouffre où précédemment émergeait « le bruissement confus de la damnation ». Rêve ? cauchemar ? La réponse dépend moins de l’intérêt que l’on porte à la musique que de son goût pour le décadentisme. Joris-Karl Huysmans et Elemir Bourges sont les gondoliers de l’esquif freudien sur lequel nous embarque Philippe André. Finalement, « un cortège d’étoiles mortes ondule dans le noir ». Et si l’on réécoutait plutôt Tristan ?

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
teaserbox_38975765

Note ForumOpera.com

2

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Livre papier : 18,50 €

140×205 mm, 256 p.

Livre numérique : 8,99 €

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

L’arbre généalogique de Wagner
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

L’arbre généalogique de Wagner
Christophe ROUSSET, Michael SPYRES
CDSWAG