Forum Opéra

Marie-Nicole Lemieux, Berlioz, Saint-Saëns, Ravel

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
25 octobre 2023
Lemieux pour le meilleur

Note ForumOpera.com

5

Infos sur l’œuvre

Détails

Hector Berlioz

Les Nuits d’été, op.7

1.Villanelle
2.Le Spectre de la rose
3.Sur les lagunes
4.Absence
5.Au cimetière
6.L’île inconnue

 

Camille Saint-Saëns 

Mélodies Persanes op.29

Prélude
1.La brise
2.La splendeur vide
3.La solitaire
4.Sabre en main
Interlude
5. Au cimetière
6. Tournoiement

 

Maurice Ravel

Shéhérazade M.41

  1. Asie
  2. La Flûte Enchantée
  3. L’indifférent

 

 

 

 

Marie-Nicole Lemieux, contralto

Orchestre Philharmonique de Monte Carlo

Direction musicale
Kazuki Yamada

 

CD Erato 505419659409   70’54 »

Enregistré en mai 2021 et juillet 2022

Alors qu’elle s’apprête à chanter Fricka dans l’Or du Rhin au Théâtre Royal de la Monnaie, Marie Nicole Lemieux fait paraître ces derniers jours un disque récital de toute beauté, qui associe les Nuits d’été de Berlioz, qu’étonnamment elle n’avait pas encore enregistrées, avec deux autres cycles de mélodies françaises avec orchestre : le Shéhérazade de Ravel et, beaucoup plus rare au disque, les Mélodies persanes de Saint-Saëns.

N’y allons pas par quatre chemins : ce disque est la perfection même.

Au premier plan, il y a la voix de Marie-Nicole Lemieux, délicieusement timbrée, voluptueuse, souple, généreuse et capable d’une grande variété de couleurs. De cet instrument fabuleux, la cantatrice fait un usage savamment dosé, raisonné, intelligent dont est exclu tout excès, et qu’elle réussit sans peine à intégrer dans le discours orchestral, malgré une prise de son qui la met très en avant. Il y a ensuite une musicienne accomplie, qui aime les détails soignés, les petites attentions qu’on n’entend pas ailleurs, les inflexions subtiles, tout ce qui fait le charme des mélodies lorsqu’on ne les prend pas à la légère, mais au contraire comme la quintessence de l’art du chant à son plus haut niveau. La connaissance de ce répertoire, la longue maturation qui lui a permis d’arriver à ce degré d’intimité et de raffinement, trouvent ici leur épanouissement, qui est un véritable aboutissement.

La diction française n’est pas seulement impeccable, elle est extrêmement subtile : Marie-Nicole Lemieux joue des consonnes comme d’un élément de ponctuation, et des voyelles comme d’autant de traits de couleur, donnant à chacune sa vraie valeur, le tout intégré dans un discours fluide, gouleyant comme un bon vin, charpenté, sans aucune fadeur et parfois aussi plein d’humour. Tout cela est bien sensible dans les Nuits d’été, maintes fois données en concert, et fixées ici dans un état de pleine maturité, comme un travail abouti.

Qu’en est-il des deux autres œuvres ?

Elles sont bien rares en concert ces Mélodies persanes de Saint-Saëns, et plus encore dans leur version orchestrée, dont je ne sache pas qu’elles aient été fréquemment enregistrées en entier. Composées pendant le siège de Paris en 1871, nimbées de l’esthétique parnassienne alors en vogue, ces mélodies ont été pensées en hommage au peintre orientaliste Henri Regnault, ami proche du compositeur, tombé sous les balles prussiennes à la bataille de Buzenval. Assez sobres, sans éléments orientalisant excessifs, elles sont caractérisées par un côté sombre dégageant une certaine poésie de la mort. Pleinement consciente de cette atmosphère particulière, l’interprétation de Maire-Nicole Lemieux, discrètement soutenue par l’orchestre, est une forme de méditation mélodique très réussie qui donne envie d’y revenir, et d’y revenir encore, une sorte de délectation morose dont on ne se lasse pas.

La même qualité se retrouve dans le Shéhérazade de Ravel, avec un orchestre de Monte Carlo plus chatoyant, très bien mené par Kazuki Yamada, grand maître de la couleur qui réussit à évoquer cet orient tout imaginaire au sein duquel la chanteuse n’a plus qu’à se laisser porter et déposer son chant, comme intégré à la trame instrumentale, ce qu’elle réussit magnifiquement.

Il y a aussi, au-delà de la perfection qu’on vient de décrire, que Marie-Nicole Lemieux nous révèle, peut-être malgré elle, une certaine nostalgie de la beauté inaccessible, un vertige qui apparait lorsqu’on pense avoir tout dit, la béance vertigineuse de ce qui ne pourra jamais être dit de ces œuvres immenses, dont il reste toujours une dimension cachée, particulièrement sensible ici dans Ravel.

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
>
OIP

Note ForumOpera.com

5

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Hector Berlioz

Les Nuits d’été, op.7

1.Villanelle
2.Le Spectre de la rose
3.Sur les lagunes
4.Absence
5.Au cimetière
6.L’île inconnue

 

Camille Saint-Saëns 

Mélodies Persanes op.29

Prélude
1.La brise
2.La splendeur vide
3.La solitaire
4.Sabre en main
Interlude
5. Au cimetière
6. Tournoiement

 

Maurice Ravel

Shéhérazade M.41

  1. Asie
  2. La Flûte Enchantée
  3. L’indifférent

 

 

 

 

Marie-Nicole Lemieux, contralto

Orchestre Philharmonique de Monte Carlo

Direction musicale
Kazuki Yamada

 

CD Erato 505419659409   70’54 »

Enregistré en mai 2021 et juillet 2022

>

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

L’Orfeo, servi par la jeune génération
Julian PRÉGARDIEN, Gwendoline BLONDEEL, Eva ZAÏCIK
CD