Forum Opéra

Marina Rebeka : Voyage

arrow_back_iosarrow_forward_ios
Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
16 octobre 2022
Voyage en douce

Note ForumOpera.com

3

Infos sur l’œuvre

Henri Duparc
L’Invitation au voyage
Cécile Chaminade
Chanson slave
Marie Jaëll
Rêverie
Maurice Ravel
La Flûte enchantée
Camille Saint-Saëns
Désir de l’Orient
Charles-Marie Widor

Chanson indienne
Gabriel Fauré
Les Roses d’Ispahan
Charles Gounod
Perché piangi ?
Camille Saint-Saëns
La Madonna col bambino
Alla riva del Tebro
Charles Gounod
Oh! Dille tu!
Pauline Viardot
L’innamorata
Marie Jaëll
Dein
Der Sturm
Die Vöglein
Ewige Liebe
Die Wang’ ist blass
Pauline Viardot
Синица La mésange
Ива Le saule
Серенада Sérénade
Цветок La fleur
Шёпот, робкое дыханье Chuchotement
Заклинание Invocation

Détails

Marina Rebeka, soprano
Mathieu Pordoy, piano

Production, prise de son, montage, mixage

Edgardo Vertanessian

Consultant musical

Alexandre Dratwicki

CD Prima Classic PRIMA014

Produit avec le soutien du

Palazzetto Bru Zane

Enregistré à Riga (Lituanie) en mai 2021

au Studio de la Radio Lituanienne

Parution octobre 2022

Durée : 77′

www.primaclassic.com

Le titre « Voyage » est un peu bateau (pardon !), mais le programme l’est moins. On peut imaginer qu’il reflète la collaboration entre Marina Rebeka et Alexandre Dratwicki, directeur artistique du Palazzetto Bru Zane à qui rien du répertoire française du 19e siècle n’est inconnu. Mais on y sent aussi la patte d’un magnifique pianiste, Mathieu Pordoy, qui fait respirer la musique, et celle d’un producteur/ingénieur du son, Edgardo Vertanessian, souvent dans l’ombre de Marina Rebeka, et qui fait des merveilles : trouver l’équilibre juste entre une voix aussi puissante et un piano, d’ailleurs superbe, dont on entend toute la palette de sons, et être le premier auditeur, celui qui conseille, c’est essentiel dans la réussite d’un disque.

Marie Jaëll : découverte

La révélation (pas seulement pour nous j’imagine), ce sont les six mélodies de Marie Jaëll (1846-1925). Cette Alsacienne, née Marie Trautmann, fut une pianiste virtuose, à qui Liszt avait promis une grande carrière, qu’elle accomplit d’ailleurs conjointement avec son mari Alfred Jaëll, célèbre en son temps. Ses deux concertos pour piano ont été donnés et enregistrés et son œuvre entier pour piano existe au disque (par Cora Irsen). Amie de Saint-Saëns et de Fauré, autrice de beaucoup de musique de chambre, elle s’intéressa intensément à la pédagogie du piano, notamment au toucher, et ses écrits théoriques sur la psychophysiologie montrent un esprit pionnier.
Personnage d’une énergie folle, désireuse avant tout de créer, contemporaine de Louise Farrenc ou de Mel Bonis, on la redécouvre (un peu) de nos jours après un long oubli. Schéma connu.


Marie Jaëll © Bibliothèque de Strasbourg

D’abord on sera intrigué par le très insolite Rêverie sur un poème de Victor Hugo, qui semble errer dans une incertitude tonale, sur les arpèges très éthérés du piano, et non moins surpris par ses cinq mélodies en allemand, d’une puissance insensée, sur des poèmes écrits par elle.
Elles furent éditées en Allemagne en 1880. D’un romantisme tardif, dans la ligne de Brahms ou de Liszt, elles font appel à de grands moyens vocaux (Marina Rebeka les a) et à une tessiture d’une longueur redoutable. L’effusion amoureuse de Dein, l’intensité et la violence de Der Sturm, la légèreté puis la mélancolie de Die Vöglein, l’élan à la Schumann d’Ewige Liebe, le désespoir de Die Wang’ ist blass, toute cette aventure intérieure, qu’on peut penser autobiographique, Marie Jaëll la transpose puissamment, sans sensiblerie. Et Marina Rebeka la transmet avec noblesse, parfois avec virulence, parfois en suspendant le temps : souffle inépuisable, sûreté de la ligne vocale, limpidité du timbre, magnifiques pianissimi et jamais de sensiblerie.

La Russie de Viardot

Les six mélodies russes de Pauline Viardot qui viennent ensuite ont des ambitions plus modestes, mais beaucoup de charme. Sans doute composées pendant le long exil à Baden-Baden du couple Viardot, et pour le public de leurs amis, elles mettent en musique des poèmes de Pouchkine, de Fet ou du cher Tourgueniev, ami tendre de Pauline, qui l’introduisit à la poésie russe. Ces romances, Maria Rebeka y met une délicatesse teintée de nostalgie. Et surtout cette voix d’une pureté lumineuse.  Elle sait plier ses grands moyens à l’intimité d’une confidence de salon. Mais c’est toute sa puissance qu’elle retrouve dans Invocation sur un poème de Pouchkine, et là Viardot atteint à une grandeur pathétique et à une ampleur dignes de tous ceux qu’elle a servis et du grand personnage qu’elle fut, elle qui créa la Rhapsodie pour alto de Brahms.


Pauline Viardot © D.R.

Exotisme Troisième République

On avouera que certaines des mélodies choisies semblent d’un intérêt plus anecdotique ou pittoresque. Mais quel chic dans la Chanson slave de Cécile Chaminade et quel soin à tirer le meilleur d’autres partitions, d’un orientalisme d’époque, tel Désir de l’Orient (1871) de Saint-Saëns (le texte est de lui, qui mélange la terre chinoise, une sultane enivrée et de blancs minarets), Saint-Saëns qui à vingt ans rêvait d’Italie, assez banalement d’ailleurs (La Madonna col bambino, sur un texte de saint Alphonse de Liguori), et poursuivait son retour à une Italie fantasmée avec Alla riva del Tebro, nettement plus inspirée.

Quant à Gounod, c’est dans une période de dèche à Londres, où il s’était exilé après la capitulation de Sedan, qu’il composa  pour se renflouer Perché piangi et Oh ! Dille tu. Il fallait plaire au public victorien en lui offrant un exotisme sans trop d’inattendu. Rebeka soutient ces partitions aimables avec panache.

Cela dit, malgré tout le talent qu’elle y met, la mélodie de Widor reste un pensum…

Passages obligés

Mais ç’aurait été dommage de se passer de quelques mélodies fameuses, sous prétexte qu’elles le sont.
L’Invitation au voyage (Baudelaire/Duparc) devient une pièce aérienne, se perchant sur les sommets de la voix. Marina Rebeka prend le parti d’en faire une grande chose, quasi un air d’opéra, vaste et radieux, et le toucher liquide de Mathieu Pordoy suggère à merveille les flots des canaux où flottent les vaisseaux…

La Flûte enchantée, deuxième mélodie de Shéhérézade (Klingsor/Ravel), rayonne de sensualité et de transparence. La voix dorée s’alanguit, portée par un souffle inépuisable. Les couleurs du piano, tout aussi voluptueuses, sont à l’unisson.

Les Roses d’Ispahan (Lecomte de Lisle/Fauré) est d’un charme irrésistible et vaudrait le voyage à elle seule. La ligne serpentine de la mélodie, évoquant la silhouette de Leïla, la clarté du timbre, la diction distillée et impeccable (on ne perd pas un mot), le plaisir à séduire, les arabesques 1900, tout concourt à un plaisir teinté de mélancolie.

Qu’en est-il aujourd’hui de cet Orient-là ?

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
71akrxmnxcl._sl1200_

Note ForumOpera.com

3

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Henri Duparc
L’Invitation au voyage
Cécile Chaminade
Chanson slave
Marie Jaëll
Rêverie
Maurice Ravel
La Flûte enchantée
Camille Saint-Saëns
Désir de l’Orient
Charles-Marie Widor

Chanson indienne
Gabriel Fauré
Les Roses d’Ispahan
Charles Gounod
Perché piangi ?
Camille Saint-Saëns
La Madonna col bambino
Alla riva del Tebro
Charles Gounod
Oh! Dille tu!
Pauline Viardot
L’innamorata
Marie Jaëll
Dein
Der Sturm
Die Vöglein
Ewige Liebe
Die Wang’ ist blass
Pauline Viardot
Синица La mésange
Ива Le saule
Серенада Sérénade
Цветок La fleur
Шёпот, робкое дыханье Chuchotement
Заклинание Invocation

Détails

Marina Rebeka, soprano
Mathieu Pordoy, piano

Production, prise de son, montage, mixage

Edgardo Vertanessian

Consultant musical

Alexandre Dratwicki

CD Prima Classic PRIMA014

Produit avec le soutien du

Palazzetto Bru Zane

Enregistré à Riga (Lituanie) en mai 2021

au Studio de la Radio Lituanienne

Parution octobre 2022

Durée : 77′

www.primaclassic.com

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Merci de l’avoir réveillé !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Abouti et nécessaire
Livre
Merci de l’avoir réveillé !
Tassis CHRISTOYANNIS, Véronique GENS, György VASHEGYI
CDSWAG