Forum Opéra

Requiem d'Anne de Bretagne

Partager sur :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
CD
8 novembre 2011
Quiétude et dignité

Note ForumOpera.com

4

Infos sur l’œuvre

Détails

Antoine de FEVIN (c. 1470-1512)

Requiem d’Anne de Bretagne

Précédé de
« Fiere attropos mauldicte » de Pierre Moulu
« Cœur désolez » de Josquin Desprez
« Quis dabit oculis nostris » de Costanzo Festa.

Yann-Fañch Kemener, chant breton

Doulce Mémoire
Direction musicale
Denis Raisin-Dadre

Enregistré à l’Abbaye de Fontevraud du 20 au 24 septembre 2010

1CD Zig-Zag Territoires CD – 71’

 

Anne de Bretagne, épouse de Louis XII, meurt le 9 janvier 1514 à Blois. Commencent alors quarante jours de funérailles narrés par Pierre Choque dans son récit manuscrit Commémorations et advertissement de la mort d’Anne de Bretagne.

 

Le corps embaumé de la reine, tant aimée des Bretons pour avoir réuni le duché de Bretagne à la France, est d’abord exposé six jours dans sa chambre du château de Blois puis deux jours dans la Salle d’honneur. Puis le corps est enveloppé et déposé dans un cercueil de plomb. Pendant douze jours, il est présenté dans la Salle des douleurs, tendue de noir. Quatre messes sont alors dites quotidiennement, dont une de Requiem. Le 3 février, le convoi s’ébranle vers la basilique de Saint-Denis, ultime demeure. Huit jours de voyage, huit étapes où le corps, déposé dans une église, est présenté à l’adoration et la lamentation des sujets de France. Le convoi arrive à Paris le 12 février. Le 14 février est célébrée une messe à Notre-Dame de Paris, où est dressée une chapelle ardente de mille deux cent cierges, cependant que trois mille huit cent cierges brûlent dans la cathédrale. Le cortège enfin rejoint Saint-Denis, son terme. Le cœur de la reine sera déposé dans un reliquaire d’or et ramené à Nantes.

 

La musique est très présente pendant ces cérémonies. Blois compte alors une chapelle du roi et une chapelle de la reine, qui toutes deux chantent un Requiem, ou Missa pro defunctis. Ces chapelles, nous dit Denis Raisin Dadre, puisent dans le répertoire existant. Parmi eux, entre autres, figurent le Requiem de Prioris et celui de Févin, élève de Josquin Desprez et mort en 1512. Nul n’est certain que le Requiem de Févin fut donné à cette occasion. C’est cependant hautement plausible. Pour recréer le climat de ces funérailles grandioses, Raisin Dadre ajoute à cette œuvre des pièces de Pierre Moulu, Josquin Desprez et Costanzo Festa, contemporains de l’événement et actifs à la cour de France.

 

Denis Raisin Dadre traite la messe de Févin avec une douce sobriété, une austérité que tempère la suavité des sacqueboutes, mêlant la sincérité de la déploration à la nécessaire sévérité du décorum. Mais le terme qui revient le plus à l’écoute de cette œuvre est dignité. La plasticité sereine de la ligne de chant, la profondeur douloureuse, ne sombrent à aucun moment dans les spasmes de la mort. Toujours règne une tenue supérieure, une retenue fière. Où la pièce de Costanzo Festa laisse percer l’expression extériorisée du deuil, le Requiem de Févin nimbe la mort d’une lumière presque rassurante contrastant certainement avec les cris de douleur qu’il était alors d’usage de manifester, comme le raconte Pierre Choque (« maintz pleurs, cris et lamentacions ce firent les bons seigneurs et dame sur cette noble princesse »), selon une manière qui certainement ne se voit plus que dans les pays méditerranéens. Ce pathos ne contamine pas la musique de Févin, qui apaise et retient ses larmes. Denis Raisin Dadre a cependant eu la riche idée, en prologue, de nous offrir par la voix de Yann-Fañch Kemener le chant rude des Bretons éplorés.

 

La douceur infinie de cette musique, son élévation, sont celles d’un sublime familier, d’une compagnie quotidienne avec la mort, accueillie avec confiance et quiétude. Merci de la jouer à mon enterrement.

 

Commander ce CD sur Amazon.fr

 

Commentaires

VOUS AIMEZ NOUS LIRE… SOUTENEZ-NOUS

Vous pouvez nous aider à garder un contenu de qualité et à nous développer. Partagez notre site et n’hésitez pas à faire un don.
Quel que soit le montant que vous donnez, nous vous remercions énormément et nous considérons cela comme un réel encouragement à poursuivre notre démarche.
517t5xxqutl

Note ForumOpera.com

4

❤️❤️❤️❤️❤️ : Exceptionnel
❤️❤️❤️❤️🤍 : Supérieur aux attentes
❤️❤️❤️🤍🤍 : Conforme aux attentes
❤️❤️🤍🤍🤍 : Inférieur aux attentes
❤️🤍🤍🤍🤍 : À oublier

Note des lecteurs

()

Votre note

/5 ( avis)

Aucun vote actuellement

Infos sur l’œuvre

Détails

Antoine de FEVIN (c. 1470-1512)

Requiem d’Anne de Bretagne

Précédé de
« Fiere attropos mauldicte » de Pierre Moulu
« Cœur désolez » de Josquin Desprez
« Quis dabit oculis nostris » de Costanzo Festa.

Yann-Fañch Kemener, chant breton

Doulce Mémoire
Direction musicale
Denis Raisin-Dadre

Enregistré à l’Abbaye de Fontevraud du 20 au 24 septembre 2010

1CD Zig-Zag Territoires CD – 71’

Nos derniers podcasts

Nos derniers swags

Merci de l’avoir réveillé !
CDSWAG

Les dernières interviews

Les derniers dossiers

Dossier

Zapping

Vous pourriez être intéressé par :

Abouti et nécessaire
Livre
Merci de l’avoir réveillé !
Tassis CHRISTOYANNIS, Véronique GENS, György VASHEGYI
CDSWAG